Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Congo (RDC): Les chimpanzés ne sont pas des animaux de compagnie

Les média traditionnels [en anglais] ont beaucoup parlé d'un chimpanzé âgé de 15 ans et pesant 200 livres (90 kg) qui a attaqué une femme à Stanford, dans le Connecticut, aux États-Unis. Le primate, qui était apparu dans des annonces  publicitaires et des films télévisés, a attaqué et blessé une femme, une amie de son propriétaire, la laissant dans un état “très sérieux”.
An adult chimp

Les biologistes et primatologues ont, comme on devait s'y attendre, réagi à cette information, avec le sévère avertissement que les chimpanzés – et par extension tous les animaux sauvages – ne peuvent pas être traités comme des animaux domestiques.

Le blog   Lola ya Bonobo blog sur  WildlifeDirect [en anglais]a expliqué pourquoi on ne peut avoir un chimpanzé comme animal de compagnie. Il  argumente  par le fait que les chimpanzés sont des animaux sauvages, contrairement aux chiens et aux chats, qui ont été domestiqués depuis des milliers d'années permettant ainsi aux humains de procéder à une sélection des races pour en écarter celles avec des gènes d'agressivité.

Selon Lola ya Bonobo, cette agressivité n'est pas évidente quand les primates sont jeunes. C'est pourquoi les trafiquants les vendent quand ils sont encore jeunes, mais dès qu'ils grandissent, pour atteindre la taille d'un humain adulte, avec la force d'un boxeur catégorie poids lourds, les propriétaires ne sont plus en mesure de les contrôler.

C'est un combat que de s'occuper d'un chimpanzé de façon humaine tout en assurant la sécurité, même pour les zoos et les réserves naturelles. Les propriétaires privés n'ont naturellement aucune possibilité d'avoir les moyens des zoos en la matière. Ce qui porte à une plus grande agressivité, exposant les humains à des dangers.

Les chimpanzés et tous les primates, de part leur constitution génétique proche de celle de l'homme, peuvent contracter des maladies facilement transmissibles aux humains tels que l'herpès  B, la fièvre jaune, la varicelle simienne, [et dans des cas rares et extrêmes] les virus d'Ebola, de Marburg,  le VIS (Virus de l'infection du singe, ndt) et la tuberculose. Ces seuls risques devraient décourager les amateurs de prendre des primates comme animaux de compagnie.

Enfin, il y a une dernière bonne raison pour ne pas avoir des animaux sauvages comme animaux de compagnie : le commerce international de ces animaux est une cause d'extinction de beaucoup d'espèces. Les écologistes cherchent à le faire cesser dans les pays en développement, où les braconniers attrapent des animaux en danger d'extinction pour les revendre comme animaux de compagnie sur place ou à l'étranger. Mais ce n'est pas un problème spécifique des pays en voie de développement. Lola ya Bonobo écrit :

… les hommes politiques dans ces pays profitent du vide juridique des États-Unis et demandent pourquoi il est condamnable et illégal pour eux d'avoir un chimpanzé comme animal de compagnie, pourquoi, si les chimpanzés sont des animaux en danger qui devraient être protégés,  quiconque aux États-Unis [peut] en commander un sur Internet avec une carte de crédit ?

Lola ya Bonobo conclut :

Nous n'achetons et ne vendons plus des êtres humains. Comme les chimpanzés et les bonobos partagent 98.7 pour cent de notre ADN, ne mériteraient-ils pas le même respect ?

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site