Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Maghreb : Pour le ramadan, bons voeux et autres réflexions

La blogosphère maghrébine fleurit cette semaine d'une abondance de bons voeux et de félicitations pour accueillir le mois saint musulman du ramadan. Et parmi les salutations d'usage et les félicitations dans les formes, certains blogueurs explorent les aspects pratiques du ramadan, tandis que d'autres, de façon originale, ont exprimé ce que l'on pourrait considérer comme des opinions controversées, allant souvent à l'encontre des idées reçues sur les musulmans.

Moon by Voobie on Flickr

La lune, par Voobie sur Flickr

Al-Kanz est un site d'information en ligne qui traite des questions relatives aux consommateurs musulmans en France. Ce site web remarque qu'à la différence des années précédentes, les enseignes de la grande distribution française ont décidé de nommer ouvertement leurs consommateurs-cibles. En France, la pusillanimité entoure la moindre mention de communautés religieuses, ce qui est en rapport avec une certaine lecture de la laïcité, consistant en ce que les médias, les partis politiques et les entreprises évitent de cibler des groupes religieux particuliers de peur d'être accusés de communautarisme :

Si, il y a quelques jours, nous déplorions la frilosité répétée des grands noms de la distribution lorsqu’il s’agit de dire clairement que la cible de leurs opérations commerciales à l’occasion du mois de ramadan n’est autre que celle des consommateurs musulmans, il faut bien avouer que nous avons droit cette année à quelques surprises.

Le mois saint musulman du ramadan n'est pas seulement un mois de prières austères et de jeûne, il est aussi, comme l'ont souligné de nombreux blogueurs cette semaine, fondamentalement une période de réunions sociales et d'attention aux pauvres, ayant pour but de dépasser les clivages sociaux et de renforcer les liens familiaux. Le blogueur algérien Adel, citant le quotidien francophone al-Watan, se réfère aux initiatives du gouvernement pour alléger la pauvreté, prévues pour coïncider avec le début du ramadan, mais il déplore la mauvaise gestion générale :

A l’approche du ramadan, le gouvernement s’est penché sur la pauvreté en Algérie. Il a promis de débloquer 3 milliards de dinars (30 millions d’euros) pour assurer les besoins alimentaires de base pour les 1,2 million de familles démunies recensées. Un récent rapport du PNUD fait état de l’augmentation du taux de pauvreté dans le pays, où un Algérien sur trois vivrait au-dessous du seuil de pauvreté […] “Etat riche, peuple pauvre” est le slogan le plus utilisé par l’opposition pour décrire une gestion opaque et inégalitaire des ressources du pays.

Le ramadan est sans nul doute un mois de consommation effrénée. Les spéculateurs, profitant du gonflement de la demande, poussent habituellement les prix des produits de base à la hausse. Mais comme le rapporte Maghreb Info, un site d'information en ligne, certains gouvernements de la région ont annoncé des mesures rigoureuses pour garantir la stabilité de l'approvisionnement et des prix :

Le gouvernement marocain annonce des mesures pour l’approvisionnement normal et régulier des marchés, mais aussi pour lutter contre la spéculation. Les autorités marocaines soulignent la nécessité de veiller au respect des prix des produits alimentaires, et annoncent un très net renforcement des contrôles sur tous les points de vente au Maroc.

[L]e ministre [algérien] du commerce annonce avoir recruté 1500 agents de contrôle supplémentaires chargés de débusquer les éventuels spéculateurs.

Pendant le ramadan chaque musulman en bonne santé est censé observer le jeûne depuis l'aube jusqu'au crépuscule, s'abstenir de fumer ou d'avoir un comportement social inconvenant ; du moins c'est le principe. Certains soutiennent que les comportements anti-sociaux tendent à augmenter pendant le mois saint, comme  le soutient le blogueur tunisien ART.ticuler [en arabe], se référant à un étude sociologique publiée il y a quelques années. Il écrit :

وتوصل الدكتور أحمد المجدوب إلى أنّ جرائم السطو المسلح والنشل والسرقة تزيد في شهر رمضان، كذلك تزيد معدلات الجرائم الزوجية كالضرب والإهانة والطرد من المنزل والقتل لأتفه الأسباب خاصة قبل الإفطار أو خلال العشر الأيام الأخيرة من الشهر الكريم
Le Dr. Ahmad al-Majdub est arrivé à la conclusion que les crimes tels que le vol à main armée, les vols à la tire et en tous genres augmentent pendant le ramadan. Le taux de crimes conjugaux tels que les raclées, l'humiliation, l'expulsion de la maison et les meurtres pour des raisons futiles surtout avant le repas de l’Iftar ou pendant les 10 derniers jours du mois saint de ramadan augmentent également.

A ce propos, le blogueur marocain Ibn Kafka décrit comment il s'est fait braquer après une réunion qu'il a tenue avec des amis blogueurs, se rassemblant dans une tradition parfaitement ramadanesque, lorsque les gens se rencontrent et s'attardent dans les cafés jusque tard dans la nuit. Il raconte sa mésaventure :

Nous nous étions rencontré, cinq bloggeurs, pour discuter et passer du temps ensemble après le ftour […] [N]ous avions fini par nous faire éjecter [du café où nous sommes restés] bien au-delà de la fermeture. N’ayant pas terminé la discussion, nous sommes restés près de dix minutes à papoter devant le café, entourés de marchands et badauds. Ainsi que de cinq ou six salopards armés de machetes, transportés sur deux scooters, qui nous avaient repérés […] J’avais ma sacoche avec mon lap-top, et un autre bloggeur un sac-bandoulière où l’on met portefeuille et papiers. C’est nous que les salopards visèrent: l’un d’entre eux, par derrière, tira ma sacoche. Me retournant, je vis un petit type de vingt ans, pantalon et blouson noir, agitant une machete, entouré de comparses, quatre peut-être, deux ou trois avec des machetes. J’ai eu le réflexe de lâcher tout de suite, la sacoche ne contenant que mon laptop, une clé USB et un chargeur pour mon mobile.

Alors que tous les musulmans ne respectent pas strictement l'intégralité des cinq piliers de l'Islam, le manquement à l'observance du jeûne est mal toléré. Néanmoins, certains sont allés jusqu'à afficher ouvertement leur non observance, tels ces blogueurs marocains qui ont décidé de créer ce groupe [arabe, français] de dialogue sur le site de réseaux sociaux Facebook.

بالنسبة لوكالين رمضان راه كاينة واحد المشكلة يعانون منها و هي انهم مجبرون على النفاق الاجتماعي في رمضان باش ميتعاقبوش بالقانون المغربي الذي يجرم الافطار العلني،اضافة الى انهم ممكن يتعرضو الى عنف من طرف المجتمع ،وللاشارة فالسنة الماضية تعرض مواطن للتعنيف من رباعة ديال المواطنين بسبب شربه للماء في الشارع في مدينة فاس.هاد العنف كيعبر على ان المواطنين صايمين غير متسامحين مع لي واكل رمضان و الدولة كتزيد تشرعن هاد الثقافة ديال اللاتسامح مع وكالين رمضان […].
المغرب موقع على اتفاقيات ديال حقوق الانسان و لي فيها،ان من حق اي مواطن يمارس حقه في المعتقد،و لكن الدولة مكتحترمش الاتفاقيات الدولية لوقعت عليها…

فكرة تأسيس هاد المجموعة ماشي دعوة لاي طرف،انما فقط من اجل فتح حوار عقلاني و هادئ بين الصايمين و الشاحطين رمضان.

Ceux qui ne jeûnent pas pendant le ramadan souffrent d'une stigmatisation qui les contraint à l'hypocrisie sociale afin d'éviter de tomber sous le coup de la loi marocaine qui pénalise le fait de manger en public pendant ce mois, pour ne pas parler de la violence qu'ils pourraient subir de la part d'une partie de la population, comme c'est arrivé l'an dernier à Fez. Cette violence traduit l'intolérance de ceux qui observent le ramadan vis-à-vis de ceux qui ne respectent pas les règles religieuses -une chose que l'Etat impose par la législation.
Le Maroc est signataire des conventions internationales des droits de l'homme, qui comprennent la liberté de conscience, mais l'Etat ne se conforme pas à ces règles.
L'idée à l'origine de ce groupe n'est pas d'implorer une partie quelle qu'elle soit, mais plutôt d'ouvrir un dialogue raisonné entre pratiquants et non-pratiquants lors du ramadan.

Une initiative novatrice et sans doute progressiste, qu'apparemment Jalal Aaouita, parmi d'autres commentateurs, n'est pas prêt à accepter. Il écrit :

كفى من هذه الحرب على مسلمات المسلمين بدعوى الحرية و المسؤولية …نحن نعلم من يحرك هذه التوجهات و إذا علمنا من يحركها زال العجب …فالعلمانين و الليبرالين هذه خططهم كما فعلوا في تونس و غيرها من بلاد المسلمين الضرب في المسلمات حتي يسهل عليهم الضرب في المقدسات و الركائز

Il y en a assez de cette guerre contre la foi des musulmans sous prétexte de liberté et de responsabilité …Nous savons qui pousse ces idées et une fois leurs instigateurs découverts, il ne reste aucune surprise… Ce sont les plans des laïcistes et des libéraux qui, par ces attaques veulent -comme ils l'ont fait en Tunisie et dans d'autres pays musulmans- viser nos valeurs et nos piliers.

Au-delà de la polémique, la profusion de billets de blogs cette semaine suggère que bloguer et fréquenter les sites de réseaux sociaux sur Internet font désormais partie intégrante des activités sociales durant le ramadan, au même titre que regarder avec persévérance des séries télévisées, faire du shopping compulsif et… prier.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site