Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Russie : Poutine hué, “fin d'une époque” ou “voeu pieux” ?

(Billet d'origine en anglais publié le 22 novembre)

Lorsque le premier ministre russe Vladimir Poutine s'est avancé dimanche 20 novembre pour féliciter le champion d'arts martiaux mixtes Fedor Emelianenko, il a visiblement été pris de court par la réaction tout sauf chaleureuse des spectateurs moscovites.

Si les taux d'approbation de Poutine ont décliné ces derniers mois, cet étalage public d'animosité à son encontre est peut-être le premier du genre de la présente saison électorale, d'autant plus remarquable que la Russie poutinienne n'a connu qu'une poignée d'incidents où les média aient vraiment saisi Poutine sur la défensive.

Le blogueur et militant anti-corruption Alexeï Navalny a mis en ligne sur son compte LiveJournal [en russe] deux vidéos des propos tenus par Poutine au complexe sportif Olimpiysky Sports, sous le titre, “La fin d'une époque”. On y voit M. Poutine monter sur scène après la victoire de M. Emelianenko sur l'Américain Jeff Monson et ne rien dire de provocant. S'exprimant en russe, Poutine a simplement qualifié M. Emelianenko d’ “authentique héros russe,” l'a félicité de sa victoire, et l'a remercié aimablement.

Il apparaît sur la vidéo que ce n'est pas aux paroles de Poutine que l'assistance réagissait négativement, mais à sa présence. Le billet de Navalny a généré près de 3.000 commentaires.

Voici la vidéo d'Olimpiysky de l'utilisateur LJ poo-lin, visionnée 558.688 fois sur YouTube avec 2.630 commentaires depuis sa republication sur son blog par Navalny :

Dans la section des commentaires de la vidéo publiée par poo-lin sur LiveJournal [en russe], l'utilisateur LJ largannn écrit [en russe] :

Merci pour la vidéo ! Dans les annales de l'histoire on s'en [souviendra] comme du “commencement de la fin de la carrière politique de V.V. Poutine” )

L'incident a aussi été commenté sur Twitter.

Valery Dementiev:

L'assistance a hué #Putin http://t.co/DTzNdWfq (#Emelianenko [est lui-même un membre – en russe] du parti #Russie Uni)

Alec Luhn:

victoire d'#Emelianenko = papier tournesol pour les médias russes. Gazeta.ru : Poutine hué, Lenta.ru : l'assistance huait Monson, Izvestiya : silence sur les huées

Le parti de Poutine Russie Unie mène depuis quelques mois une campagne agressive sur différents supports. L'auteur pour Global Voices Alexey Sidorenko a publié récemment un article, où il relatait un cas [en anglais] d'opération controversée du parti Russie Unie dans des écoles russes.

Le blog Danger Room sur Wired.com a publié une vidéo d'une publicité de Russie Unie qui a fait scandale à cause de son usage flagrant du sexe, et aussi en dépeignant des pratiques de vote illicites avec l'occupation d'un isoloir par plus d'une personne :

[…] Sous le titre à double sens (en anglais en tous cas), “Faisons ça ensemble,” la publicité suit un adolescent ordinaire qui poursuit une jolie fille dans un bureau de vote. Elle lui décoche un regard aguicheur. Ils s'engouffrent tous deux dans l'isoloir pour cocher Poutine sur leurs bulletins de vote et Dieu sait quoi d'autre. Votez Vlad et ça pourrait être vous. […]

Democracy Digest, un blog associé au Mouvement Mondial pour la Démocratie, a remis en contexte les taux actuels d'approbation de Poutine en citant un article du Moscow Times, dans un billet du 9 novembre :

[…] “Avec 61% de réponses approuvant l'action de Poutine comme premier ministre, le sondage du 28 octobre au 1er novembre indique que Poutine n'aura guère de difficulté à exécuter son plan de retourner au Kremlin. Mais sa cote de confiance, qui était de 66% dans un sondage Levada conduit du 21 au 24 octobre, était au plus bas depuis août 2000, quand il était plombé par sa réaction bâclée à la catastrophe navale qui a coûté la vie à la totalité des 118 membres d'équipage du sous-marin Koursk.” […]

Ekaterina Vinokurova a rendu compte sur le blog de Gazeta.ru le mois dernier d'une étude menée par l'Université d'Etat de Moscou, qui analysait l'opinion du public sur la classe politique et les partis. Les résultats font apparaître que la cote de confiance de Poutine est la plus faible des dix années sur lesquelles porte l'étude :

[…] Selon l'étude, seulement 44,5% de la population approuvent les idées politiques de Poutine au démarrage de la campagne. Cela contraste avec les 70% de soutien exprimés par les réponses de la campagne de 2004 et les 47% de celle de 2000.

Les personnes interrogées étaient invitées à évaluer différentes qualités de Poutine, de la séduction physique à la réussite en affaires. Comparé à l'année 2000 jusqu'au second mandat de l'administration Poutine, la confiance des électeurs a chuté de presque la moitié : au départ de la campagne du second mandat et avant le coup d'envoi de la campagne actuelle du troisième mandat, seules 14% des réponses déclarent aimer l'apparence de Poutine contre 28% en mars 2000.

Plus important aux yeux des électeurs, selon l'étude, les qualités professionnelles et de gestionnaire de Poutine ont souffert de l'usure du pouvoir, en mars elles étaient louées par 69% des personnes interrogées, par 64% en mars 2004. Avant la campagne électorale actuelle seuls 17,1% les approuvent. […]

Le blog de Gazeta.ru a publié au début du mois un éditorial d'Andreï Kolesnikov sur les relations de Poutine avec les média. M. Kolesnikov a rappelé aux lecteurs la catastrophe du Koursk en août 2000, lorsque le sous-marin russe coula en mer de Barents, perdant tout son équipage. Le Koursk avait été l'un des premiers sous-marins lancés après la chute de l'Union Soviétique et pendant la tragédie de l'équipage coincé sous les eaux, les organes de médias avaient montré le Président Poutine sur son lieu de vacances :

[…] L'été 2000, Poutine, qui commençait juste à jouir de sa présidence, vit à la télévision quelque chose qui ne lui a pas plu. (Il aurait peu-être préféré que personne ne sache rien de cette tragédie). Une part non négligeable de la population russe n'a pas aimé cette histoire. Cette même partie de la population russe a pardonné à Poutine la tragédie du Koursk, et depuis lors, sa cote est comme le teflon, et le bandeau sur les yeux de l'auditoire russe a été si épais qu'ils le remarquent à peine et que leur indifférence moralement inexplicable est immense. […]

Poutine a réagi à l'incident du Koursk en limitant le pouvoir des chaînes de télévision indépendantes. M. Kolesnikov poursuit son éditorial en rappelant à ses lecteurs la crise des otages de Beslan en 2004, suivie à son tour d'une nouvelle action de Poutine contre le pouvoir des média :

[…] Et cela s'est reproduit en 2004, quand les terroristes tchétchènes ont pris en otage un millier d'écoliers le 1er septembre et que le rédacteur en chef du journal national Izvestia a fait la même chose que tous les rédacteurs du monde : publier les photos montrant l'horreur de l'événement.

Après 2004, la télévision et la presse contrôlées par le Kremlin n'ont plus commis de telles erreurs – c'est-à-dire que dans leur travail professionnel, ils ont évité d'offenser les sentiments esthétiques du Leader National de la Russie. Le rideau de la stagnation est tombé sur les écrans de télévision et les unes, et le “Père du Peuple” l'appelle toujours la ‘Stabilité Sociale’. Tout ce qui traverse cette ligne de séries télévisées, où le Camrade Staline est un protagoniste, les émissions-débats sur lui à nouveau, les frontières de la télé-réalité de danse et des émissions humoristiques – tout cela est appelé “accroissement du capital politique”. […]

Iouri Mamtchour a décrit sur RussiaBlog en décembre 2007 la popularité de Poutine dans l'attente de l'élection présidentielle russe de 2008. Il suggérait aussi que dans le cas de celui-ci, les résultats d'élections ne reflètent pas toujours les cotes de confiance.

Cela a été nettement le cas lors des élections parlementaires russes du 2 décembre. Le parti Russie Unie de  Poutine a capté avec ses alliés 400 des 450 sièges à la Douma, rendant très probable le maintien au pouvoir de Poutine après l'expiration de son mandat l'an prochain. Avec ses irrégularités rapportées à large échelle, le scrutin n'a pas, il s'en faut, une pure mesure de la popularité de Poutine. De nombreux électeurs ont été contraints de cocher leur bulletin sous le regard de militaires, par exemple, et il se dit que Russie Unie a acheté des votes contre de l'argent et de la vodka. Cependant, ces tactiques n'étaient probablement pas nécessaires. Les études pré-électorales plaçaient la cote de confiance de Poutine au-dessus de 70%, et tout montre que la plupart des Russes le révèrent.

Dans leurs commentaires au vidéo-article de Navalny, de nombreux blogueurs ne semblent pas très impressionnés par les huées qu'a essuyées par Poutine et pour eux, interpréter l'incident comme la “fin d'une époque”, c'est “prendre ses désirs pour la réalité.” D'autres, come l'utilisateur LJ mig_25tt, sont d'accord [en russe] avec Navalny :

Et voilà – l'opinion de l'électorat… Honnête et objective.

1 commentaire

  • […] […] L'été 2000, Poutine, qui commençait juste à jouir de sa présidence, vit à la télévision quelque chose qui ne lui a pas plu. (Il aurait peu-être préféré que personne ne sache rien de cette tragédie). Une part non négligeable de la population russe n'a pas aimé cette histoire. Cette même partie de la population russe a pardonné à Poutine la tragédie du Koursk, et depuis lors, sa cote est comme le teflon, et le bandeau sur les yeux de l'auditoire russe a été si épais qu'ils le remarquent à peine et que leur indifférence moralement inexplicable est immense. […] Russie : Poutine hué, “fin d’une époque” ou “voeu pieux” ? · Global Voices en Français […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site