Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Ethiopie : Débat sur l'homosexualité en marge de la Conférence sur le Sida d'Addis Abeba

(Liens en anglais sauf mention contraire) La prochaine Conférence Internationale sur le SIDA et les IST en Afrique (ICASA) a déclenché la controverse. Les dignitaires religieux et les officiels du gouvernement éthiopiens se sont réunis mardi pour décider si les réunions des activistes gays prévues en marge de la conférence internationale sur le Sida devaient être ou non interdites.  Cette réunion a été organisée après que les dignitaires religieux aient annulé la conférence de presse qui devaient réprouver la conférence organisée par les activistes gays.

La 16ème Conférence Internationale sur le SIDA et les IST en Afrique (en français) où plus de 200 activistes, experts et officiels de l'ONU sont attendus se tiendra à Addis Abeba dimanche prochain.

Suite à la tentative de la communauté religieuse de faire interdire la conférence, les internautes éthiopiens se sont tournés vers Facebook pour débattre de l'homosexualité en Éthiopie.  Dans ce pays, l'homosexualité est un crime punissable d'un maximum de 15 ans d'emprisonnement.

D'après le Pew Global Attitudes Project (Rapport Pew sur les attitudes internationales) de 2007, 97% des personnes vivant en Éthiopie pensent que la société ne devrait pas accepter l'homosexualité, ce qui en fait le deuxième pays avec le plus haut taux de rejet de l'homosexualité derrière le Mali qui est à 98%,  parmi les 44 pays étudiés.

Affiche de l'ICASA 2011 Image : site ICASA 2011.

Cependant, sur Facebook, certains internautes éthiopiens commencent à avoir une différente perspective sur l'homosexualité.

Hallelujah demande un débat public civilisé sur le sujet :

Tôt ou tard nous devrons avoir un débat public civilisé sur le sujet.  Nous ne devrions pas haïr ou discriminer mais être assez fort, intelligent et critique pour exprimer notre désapprobation de la pratique de l'homosexualité d'un point de vue spirituel, moral, social, sanitaire, dans la perspective de la nature et de la survie.
Voici les commentaires qui ont répondu au message d’Hallelujah sur son mur :
Lilly Kidane pense que nous devrions faire preuve de compassion sur le sujet :

Il faut parler de cela et faire preuve de compassion.  Nous avons créé Dieu à notre image et quand nous n'aimons pas et ne comprenons pas quelque chose et que nous le jugeons, nous disons que Dieu ne l'aime pas non plus, mais à mon avis Dieu devrait s'occuper de choses plus importantes que de savoir qui couche avec qui.  Chacun doit trouver ce qui le rend heureux et en être reconnaissant.

Elle ajoute :

Que le monde serait ennuyeux si il était uniforme.  Il faut toutes sortes de gens pour remplir le monde.

Bisrat Teshome dit que des réactions émotionnelles à l'homosexualité sont inacceptables :

Personnellement, je ne pense pas que l'homosexualité est un problème en soi.  C'est une question de préférence.  Les gens sont rationnels et ont le droit et la connaissance pour choisir ce qui est bien pour eux (dans le respect de la loi du pays bien sûr).  Ce genre de réactions émotionnelles et pleines de discrimination venant des religieux est inacceptable.

Osman Mohammedsiraj dit que le débat devrait porter sur comment protéger les Éthiopiens “de l'épidémie” :

Les droits gays et lesbiens font parti des sujets qu'il ne vaut pas la peine de discuter en Éthiopie puisque l'on sait déjà que tout le monde, toutes affiliations religieuses comprises, les désapprouve.  A la place il faudrait parler de comment nous pouvons protéger notre population contre cette épidémie.

Nuhamin Getachew pense que l'homosexualité n'a pas sa place en Éthiopie :

Je remercie Dieu pour ceux parmi nous qui pensent toujours que c'est un acte complètement contre nature.  Aussi, je N'ARRIVE PAS à croire que je lis que des ÉTHIOPIENS approuvent ça ??  S'il-vous-plait les gars, gardons le digne pays que nos ancêtres nous ont légué et ne confondons pas civilisation et totale immoralité !!

Markos demande  :

Je pense que nous ratons le SEUL point important… depuis quand est-ce que les gens sont maltraités pour faire des CHOSES qui n'impliquent qu'eux même ?

Mesfin Tekle dit que l'Afrique doit se préoccuper de cette question :

Cette question est très complexe, mais un jour ou l'autre notre pays et le continent Africain devront s'en préoccuper.  Ce n'est pas une maladie qui se soigne et contre laquelle on peut se vacciner comme la polio.

Bob Herold demande :

Voici quelque chose à quoi réfléchir.  Que feriez-vous si un de vos enfants que vous avez AIMÉ, protégé et sur qui vous avez veillé venait vous voir et vous disait “Je suis gay”.  Pourriez-vous lui tourner le dos ?  Est-ce que cela fait de lui une mauvaise personne ?  En fait, est-ce que cela les change en quoi que ce soit en dehors de ce qu'ils font dans leur VIE PRIVÉE, chez eux ?   Hmmmm.

Selam Araya voit l'homosexualité comme le signe d'une génération en proie à la confusion :

J'essayais de lire les commentaires et des débats ci dessus et je me demandais ” quelle serait la réponse de la génération précédente à cette question ?”  Je suppose complètement contre l'homosexualité.  Et encore mieux, la réponse de la prochaine génération.  Je suppose complètement OK avec l'homosexualité.  Nous sommes la génération qui est dans la confusion !

Sewinet Belete a publié (en amharique) le message de protestation suivant en amharique (lien en français) sur Facebook :

Un message de protestation contre la conférence

Programme de la réunion à l'hôtel Jupiter dévoilé.

Le principal point de discussion de la Conférence Internationale sur le SIDA qui aura lieu dans le Hall Millenium est “d'arrêter la propagation du virus HIV SIDA et de l'homosexualité comme solution”… un autre objectif de cette réunion est d'influencer le gouvernement éthiopien pour passer une loi qui accepterait cette très mauvaise pratique qui mène à la corruption des familles et du pays.

Dans ce but, ils essayent de dépenser beaucoup d'argent et d'obtenir le soutien d'organisations internationales.

Des personnes en Éthiopie qui sont très respectées, riches et éduquées participent activement à cette cause comme si c'était le summum de la sagesse et de la connaissance.

Et toute personne qui croit en Dieu… toute personne qui vit en société devrait refuser/critiquer cette mauvaise pratique qui a corrompu l'Europe et le monde occidental.

Le débat continue sur Facebook, auquel plus de 90% des internautes éthiopiens ont accès.

La section commentaires est fermée

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site