Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Colombie : “Prête ta jambe”, pour soutenir les victimes des mines antipersonnel

|Liens en espagnol, sauf mention contraire] La Journée internationale de sensibilisation au problème des mines antipersonnel a été célébrée le 4 avril dernier, à travers la campagne  Lend Your Leg [en anglais] (Prête ta jambe). En Colombie, c'est la fondation Arcángeles qui était chargée de diriger et coordonner  la campagne. D'autres fondations telles que Mi Sangre, ou des établissements d'enseignement supérieur comme le SENA (Service National d'Apprentissage), ont coordonné avec Arcángeles le mouvement appelé depuis 2011 en Colombie “Retrousse ton pantalon, prête ta jambe“.

A l'échelle internationale, la campagne a encouragé à retrousser une jambe de pantalon en hommage aux victimes des mines antipersonnel. Wikipedia en espagnol donne la définition suivante de ces mines :

Type de mine terrestre. Destinées à tuer, blesser ou mutiler leurs victimes. Elles sont utilisées afin de paralyser les services médicaux ennemis, affecter le moral des troupes ou endommager des véhicules non blindés. Dans cette optique, on recherche davantage à blesser gravement ou mutiler, plus qu'à tuer, puisqu'un mort n'engendre pas autant de problèmes qu'un blessé. Les mines antipersonnel entraînent  le plus communément amputations, mutilations génitales, lésions affectant les muscles et les organes internes et des brûlures. Le nombre de mines dans le monde est estimé à plus de 110 millions, réparties dans plus de 64 pays (la majorité en Afrique).”

En Colombie, d'après les rapports du PAICMA (Programme présidentiel de lutte intégrale contre les mines antipersonnel), entre les années 1990 et 2012, les mines antipersonnel ont fait 9 704 victimes.

4 avril. Journée internationale de la sensibilisation au problème des mines antipersonnel. Photo de Germán Vitti sur Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

Martha Elena González explique le mouvement Lend Your Leg, dans un texte qui circule sur Internet, sur le blog La ciudad :

Ce 4 avril, une grande convocation est lancée. Les gens dans tous les coins du monde sont invités à prêter leur jambe en retroussant leur pantalon, geste symbolique contre les mines antipersonnel, problème qui constitue toujours une menace grave et permanente pour différentes populations civiles.

Les chiffres le prouvent. Selon le ICBL (International Campaign to Ban Landmines), et d'après le Landmine Monitor Report 2011, 4191 victimes d'accidents liés à des mines antipersonnel et des restes de munitions explosives de guerre ont été recensées en 2010, soit une hausse de 5% par rapport à 2009. De plus, on sait que les données dans certains pays sont incomplètes, ce qui suppose un plus grand nombre de victimes.

Le texte se poursuit, expliquant qu'il s'agissait initialement d'une campagne colombienne (Remángate), qui a pris une dimension internationale (Lend Your Leg) :

La campagne Lend Your Leg, qui a lieu pour la deuxième année consécutive en Colombie, est désormais internationale et a lieu le 4 avril lors de  la Journée internationale de lutte contre les mines antipersonnel. Le Programme présidentiel pour l'éradication des mines antipersonnel, l'ONG Arcángeles, l'organisation civile GTO14, l'UNICEF, le PNUD, l'UNMAS, l'OCHA, l'Agence présidentielle pour l'action sociale et la coopération internationale et l'OEA ont soutenu l'initiative. En 2012, la campagne internationale bénéficie également du soutien de l'ONU, de  l'ICBL et de différents pays qui travaillent en collaboration.

Le 4 avril ont été postées sur Twitter, et spécialement en Colombie, des opinions sur ce que représente cette réalité, sous les étiquettes  #Remángate et #Lendyourleg :

Soy Yerbatero (@yerbatero1) a publié :

Retirer une mine coûte entre 300 et 1000 dollars. La poser coûte entre 1 et 3 dollars. @remangate#remangate 

Autoktonus (@autoktonus) a parlé des pays dans lesquels l'initiative a été bien suivie :

Nouvelle-Zélande+Belgique+Australie+Indonésie+ Panama. Là-bas ils retroussent leurs pantalons, #Remangate  #LendYourLeg toi aussi

Óscar Alberto Murcia a quant à lui publié une photo sur laquelle il retrousse son pantalon :

Moi aussi je prête ma jambe en soutien aux victimes des mines casseuses de pattes #remángate http://yfrog.com/nzn4otbj

Photo d'Óscar Alberto Murcia, publiée avec son accord

L'appel lancé sur les réseaux sociaux exprimait le désir de pouvoir marcher sans crainte. Andrea (@AndreaCorner) a ainsi publié :

J'exige de marcher sans avoir peur!  #Remangate

Se sont également exprimés certains qui n'adhèraient pas à l'initiative, comme David Prada (@davidprada) :

Retrousser son pantalon sert autant aux victimes des mines que montrer une photo représentant de l'air à une personne entrain de s'étouffer.#Remangate

Alejandra Alzate (@aleja_alzate) était sceptique avant cette journée :

Sincèrement, je ne pensais pas qu'autant de gens allaient faire part de leur admiration, soutien, respect aux victimes des mines antipersonnel #REMANGATE #FF

D'autres enfin ont fait appel à la tolérance. Lau G. Osorio (@Deathlovenight), a écrit :

Mais vous vous battez pour un rien. Vous voulez retrousser votre pantalon? Allez-y. Vous ne voulez pas retrousser votre pantalon ? Ne le faites pas et arrêtez de faire chier.

Sur le site officiel de la campagne internationale se trouvent des photos et vidéos liées à l'initiative. Les internautes sont également invités à publier une photo d'eux-mêmes en train de “prêter leur jambe” sur le Service des Nations Unies pour l'action contre les mines@MineAction a lancé ce message :

Take photos of you “lending your leg” & add them to the for a free world group!

Prenez des photos de vous en train de “prêter votre jambe” et ajoutez-les au groupe Flickr pour un monde sans mines ! http://goo.gl/BLiyX

Dans ce groupe se trouvent une galerie de photos. La vidéo promotionnelle de Remángate est quant à elle disponible en espagnol et en anglais sur le compte YouTube des organisateurs :

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site