Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Malaisie : 300 km à pied contre une usine de raffinage de terres rares

Le 13 novembre 2012, la Cour suprême de Malaisie a levé la suspension de deux mois de l'autorisation accordée à la compagnie minière australienne de terres rares, la Lynas Corporation, pour le raffinage de terres rares dans l'Etat de Pahang, en Malaisie. Alarmés par la pollution dévastatrice engendrée par le raffinage de terres rares en Chine, les groupes écologistes malais se sont rassemblés pour protester. L'un des écologistes, Wong Tack, a entamé une marche de 300 km, intitulée “Marche verte”, depuis Kuantan (Ndt: capitale de l'Etat de Pahang) jusqu'au siège du Parlement à Kuala Lumpur. Il a d'ailleurs pu compter sur une importante participation de personnes qui avaient décidé de l'accompagner dans son périple.

Voici le parcours suivi durant sa “marche verte”:

Carte de la marche de 300 km. Source: page Facebook Himpunan Hijau 2.0

Les écologistes ont raconté en temps réel sa progression sur la page Facebook Himpunan Hijau 2.0. Avant le début de cette marche, ceux-ci avaient rappelé aux lecteurs “la marche du sel” entreprise par Gandhi en 1930 contre l'Empire britannique :

Si Gandhi était en Malaisie aujourd'hui, ne croyez-vous pas qu'il conduirait la Marche verte de  Kuantan jusqu'au Parlement pour détrôner ces colonialistes australiens?

La Grande Marche a débuté le 13 novembre 2012. Photo de la page Facebook Himpunan Hijau 2.0.

 

Chan Wei See, une ancienne rédactrice en chef de l'agence indépendante d'information en ligne Merdeka Review, a aussi pris part à la Grande Marche. Elle a enregistré  la conversation entre Wong Tack et d'autres participants sur Facebook:

我在休息时段时跟黄德在木棚下聊了起来。他告诉我,当年从建筑系毕业的他选择到加拿大修读环保系,父亲没法理解他的选择,但他依然坚持自己的选择。毕业之后他留在加拿大发展,一晃就是15年。15年后他回到吉隆坡,为了给父亲一个交代,他在妹妹的建筑公司做建筑师,盖了几栋大楼之后,热爱自然环境的他实在没法在吉隆坡呆下去,于是飞到沙巴州做油棕园和有机农场,一呆就是五年,期间他一直领导反煤炭发电厂的工作,令当地政府和公司有所忌讳。他认为莱纳斯稀土厂、边佳兰石化厂、武吉公满山埃厂只是一些课题,要绿化环境需作长远的工作,因此他积极推广有机农场及有机生活的概念,希望能打造出一个热爱大自然的社会。

J'ai parlé avec Wong Tack durant l'une de ses haltes. Il m'a raconté qu'après l'obtention de son diplôme d'architecte, il est parti au Canada étudier les Sciences de l'environnement. Son père y était opposé mais il a persisté dans ses choix. Il a travaillé au Canada pendant 15 ans puis est revenu à Kuala Lumpur après le décès de son père. Il y a travaillé comme architecte et a construit divers bâtiments. Toutefois, il ne supportait pas le style de vie de Kuala Lumpur et a décidé de prendre un avion pour Sabah où là, il a dirigé une plantation de palmiers dattiers et une ferme biologique. Il y a vécu pendant 5 ans et y a aussi conduit une campagne contre la construction de centrales électriques au charbon minéral. Les autorités locales et les grands entrepreneurs sont plutôt mécontents de ses activités. Wong Tack estime que la Lynas, le raffinage de terres rares, l'usine pétrochimique de Pengerang et la pollution au cyanure de Bukit Koman sont des exemples parmi d'autres de menaces pour la population. La protection environnementale à long terme réside dans l'agriculture biologique ainsi que dans un changement de style de vie et de culture.

Durant la marche, Chan s'est aussi entretenu avec un aborigène de Sarawak :

来自巴南的他说,他的岳母来自巴贡上游,当年巴贡水坝计划迁移上游原住民时,他岳母种的三千多棵黄梨,政府只赔了145令吉。[…]

我从他口中获知,巴南水坝尚未开始兴建,他们打从一开始就拒绝谈赔偿,只专注于施压政府撤销水坝计划。由于水坝还未兴工,只要压力够大,他相信人民是可以成功的,因此他来到了这里,走这十四天的路程,希望能带出原住民的心声。

Il était de Baram et sa belle-mère vivait en amont du fleuve Bakun. En raison de la construction du barrage hydroélectrique de Bakun, le gouvernement a déplacé de force les aborigènes. Sa belle-mère avait planté plus de 3 000 poiriers tout au long de sa vie et le Gouvernement ne lui a offert que 145 dollars malais en guise d'indemnisation […]

Il m'a raconté que la construction du barrage n'avait pas encore commencé, que dès le premier jour, ils s'y étaient opposé et qu'ils refusaient d'entendre parler d'une possible indemnisation. Ils veulent faire pression sur le Gouvernement pour que celui-ci ne mène pas à bien ce projet de construction de barrage. Il croit que si la population demeure unie, elle obtiendra gain de cause. Il a participé à la marche pour exprimer et défendre les revendications des aborigènes.

Johor Yellow Fame a aussi partagé son avis sur son profil Facebook:

马来西亚人民有比别人践吗?是这样吗?为什么当权者会枉故人民性命,双手欢迎山埃采金、莱纳斯稀土厂、边加兰的高污染石化厂?甚至要在砂拉越建多个和新加坡一样大小的水坝而把当地原住民赶尽杀绝?[…]

振奋人心的是,今天,JYF柔南黄色行动小组成员成钢、秀君、凯聪前来支持,并全程陪伴大队同行。除此,今天也看到了各路英雄陆续加入步行队伍。一路上,无法参与步行的村名在旁为大家加油喝彩,有者更慷慨地主动提供住宿场所、食物、药品、水,和支援,让我感动不已,我定把这些勇士铭记于心。

La vie des Malais vaut-elle moins que celle des autres ? Comment les élites gouvernementales peuvent-elles ne faire aucun cas de nos vies et utiliser nos terres pour l'exploitation au cyanure de mines aurifères, pour le raffinage de terres rares par la Lynas et pour la production pétrochimique hautement polluante de l'usine de Pengerang ? Non contents de cela, ils veulent même se débarrasser de la population aborigène de Sarawak via la construction d'un grand barrage qui va occuper une superficie égale à celle de Singapour […]

L'organisation Mama Bersih a distribué des tracts sur la Marche verte dans le centre-ville de Kuala Lumpur. Photo de l'utilisateur Facebook: Elaine.

Fait encourageant : les membres du groupe d'action de Johor Yellow Fame sont venus aujourd'hui manifester leur soutien et ont rejoint les nombreux autres marcheurs. Ceux qui n'ont pas pu s'associer à la marche ont manifesté leur soutien tout au long du chemin et quelques habitants ont même  offert le logement, le couvert, de l'eau et des vivres aux participants. Je me souviendrai toujours de leur amabilité à notre égard.

D'autres encore, qui n'ont pu participer à l’évènement, ont fait campagne pour protester contre le raffinage de terres rares de manière individuelle. Mama Bersih, une organisation de défense des femmes, a, par exemple, décidé d'aider à diffuser les informations sur la Marche Verte en distribuant des tracts dans le centre-ville de Kuala Lumpur.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site