Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les manifestants de #Shahbag rejettent les accusations d'athéisme par les Islamistes

Voir notre couverture spéciale sur les manifestations #Shahbag du Bangladesh

[liens en anglais et bengali] Les manifestants demandant la peine de mort pour les criminels de guerre au Bangladesh ont reculé après l'organisation par des fondamentalistes islamistes de violentes contre-manifestations accusant leur mouvement d'être athée et anti-musulman.

Les affrontements entre la police et des partisans du Jamaat-e-Islami Bangladesh, le plus grand parti politique islamique du pays, qui a pris position contre le mouvement populaire Shahbag, ont fait quatre morts et près de 1.000 blessée, dont 14 journalistes, le 22 Février 2013.

Les rassemblements dans les mosquées à travers le pays, organisés par le Jamaat et 12 autres partis islamiques de la même tendance, furieux des supposées insultes contre l’islam et le prophète Mahomet sur les blogs et Facebook de la part des protestataires de Shahbag, ont tourné à la violence. Les manifestants auraient saccagé le monument Shaheed Minar, une structure érigée à la mémoire des martyrs du mouvement pour le bengali, à Sylhet, brûlé le drapeau national à Chandpur, et agressé la police ainsi que d'autres musulmans pendant les affrontements.

Le secrétaire général de la Jamaat, Abdul Quader Mollah, a été condamné à la prison à vie par un juge du Tribunal pénal international le 5 Février 2013 pour des crimes commis pendant la guerre de libération du Bangladesh en 1971, dans laquelle entre 200.000 et 3 millions de personnes, selon les estimations, ont été tuées par l'armée pakistanaise avec l'aide de milices politiques et religieuses locales.

Des centaines de milliers de personnes assistant à un grand rassemblement à Projonmo Chattar dans Shahbagh de la capitale. Phto de Firoz Ahmed. Copyright Demotix (21/2/2013)

Des centaines de milliers de personnes assistant à un grand rassemblement à Projonmo Chattar place Shahbagh dans la capitale. Phto de Firoz Ahmed. Copyright Demotix (21/2/2013)

Le verdict qui lui a laissé la vie sauve a suscité des manifestations sur la place Shahbag de Dhaka, capitale du Bangladesh, le jour même, demandant que ceux qui ont commis des assassinats collectifs, des viols, des incendies et d'autres crimes contre l'humanité pendant la guerre soient pendus.

Mais la résistance islamique au mouvement a augmenté les tensions religieuses au Bangladesh, où 89% de la population est musulmane.

Les-émeute des militants du Jamaat Bangladesh au cours d'une manifestation contre les blogs blasphématoires. Photo de Zakir Hossain Chowdhury. Droits d'auteur Demotix (22/1/2013)


Les partisans du Jamaat Bangladesh au cours d'une manifestation contre les ‘blogs blasphématoires’. Photo de Zakir Hossain Chowdhury. Droits d'auteur Demotix (22/1/2013)

Les protestataires de Shahbag ont rejeté ces  accusations d'athéisme et de blasphème en ligne.

Nijhoom Majumder a repris sur Facebook une célèbre photo qui a capté le moment où les réfugiés du Pakistan oriental se sont déversés en Inde par millions pendant la guerre de libération du Bangladesh, en rappel de l'histoire terrible et motif à poursuivre les protestations :

আমার মা'কে, আমার বাবাকে, আমার বোনকে, আমার ভাইকে এত তীব্র কষ্ট যারা দিয়েছিলো তাদের বিচার চাইতে গেলেই আমি নাস্তিক? তাদের বিচার চাইতে গেলেই আমি আওয়ামীলীগের দালাল? বিচার চাইতে গেলেই কি আমাকে এইসব অসভ্য প্রোপাগান্ডার মুখে পড়তে হবে?

Si je veux la justice pour ceux qui ont infligé une douleur atroce à ma mère, mon père, ma sœur, mon frère, ils me cataloguent comme un athée. Si je veux le jugement des criminels de guerre, je suis étiqueté comme un porte-parole du parti au pouvoir. Dois-je faire face à toute cette propagande répugnante parce que je veux la justice?

L'utilisateur de Facebook Dipu a partagé une vidéo de son compte sur le mouvement Shahbag.

Un ancien étudiant de l'Université Jahangirnagar et utilisateur de Facebook, Saikat Shuvro Aich [bn], a publié sa réaction sur la destruction du monument Shaheed Minar et l'incendie du drapeau national :

Le BNP est un parti “nationaliste” ! Mais ses dirigeants ont soutenu la dégradation des deux symboles suprêmes de nos sentiments nationalistes : le Shaheed Minar et notre drapeau national. Ils ont soutenu avec force la hartal (grève) lancée par les gens qui ont commis ces actes. Ils se sont tus quand le mouvement Shahbagh a débuté, puis ils ont commencé à faire des commentaires déroutants. Parfois, ils prétendent saluer le mouvement, puis ils disent qu'ils vont s'opposer à ce même mouvement avec leur propre moncho gonotontro (scène de démocratie) ainsi qu'avec les personnes qui ont dégradé notre drapeau et le Shaheed Minar!

J'entends l'expression faillite politique depuis l'enfance. Maintenant, en voyant le BNP, je comprends le terme. Il n'est pas question de considération pour ceux qui s'opposent à 71 (guerre de libération). Ta Ta, BNP, adieu.

Shashanka Baran Roy [bn] a écrit sur ​​Facebook qu'il est optimiste quant au mouvement :

Ils ont brûlé notre drapeau national et détruit le monument Shaheed Minar. Ce combat vient de l'âme de chaque personne de ce pays à l'exception des Rajakars Al-Badrs. Il n'y a aucune autre alternative à la victoire.

Le militant blogueur, utilisateur de Facebook Bijoy Majumder [bn] a publié :

Quelle est la relation entre l'appel à la pendaison d'un blogueur athée et le fait de brûler le monument Shaheed Minar et le drapeau national?

The students of Jamia Nuria Islamia Madrassa are protesting against blogger of shahbag who expressing anti Prophet Mohammad on their page. Kamrangirchar, Dhaka, Bangladesh. Image by Zahidul Selim. Copyright Demotix (24/2/2013)

Manifestation des étudiants de l'école religieuse Jamia Islamia Madrassa Nuria contre des blogueurs de Shahbag qui auraient exprimé des sentiments blasphématoires contre le Prophète Mohammad sur leur page. Kamrangirchar, Dhaka, Bangladesh. Image Zahidul Selim. Droits d'auteur Demotix (24/2/2013)

Les partisans et les opposants du mouvement Shahbag dans le pays et à l'extérieur, se livrent une bataille sur Twitter. Tarek Fatah (@TarekFatah) tweete :

@TarekFatah: Les Islamistes au Bangladesh menacent la Premier ministre Hasina: “Arrêtez les blogueurs #Shahbag autrement nous allons les massacrer un à un”. http://youtu.be/ngtkv6UWE1k

Shahed Haq (@BrotherShahed) a tweeté à propos de Ghulam Azam, un des accusés de crimes de guerre:

@BrotherShahed: Politique101: #Shahbag #6: Ghulam Azam était une des figures de proue du mouvement sur la langue #factcheck http://tinyurl.com/afxomkx

En réponse à ce tweet, Pinaki (@pim863) a écrit:

@pim863: @BrotherShahed comment pouvez-vous dormir la nuit ? Regardez ce que ghulam azam a dit pic.twitter.com/I8vf6CtddI #shahbag #jamaatis sont des menteurs.

Ishtiaq Opal (@opal_snaps) a tweeté que le Jamaat, en dépit de ses prétentions, ne soutient pas l'islam ou le Bangladesh:

@opal_snaps: les jamatis recrutent des Pakistanais contre nous. Comment peuvent-ils encore vivre dans ce pays?   #shahbag ne finira pas tant que les jamatis ne finiront pas. pic.twitter.com/uNwXjJWMKp

L'utilisateur de Twitter Iftekhar Chowdhury (@iftekhat_chy) enjoint :

@iftekhat_chy: Suivez les traces de Muhamaad (PSL) qui est le message que Nouman Ali donne ici, Ne suivez pas le Jamaat ##shahbag http://goo.gl/0VDzT

“Bangladesh Fan” (@BAN_FAN) a écrit:

@BAN_FAN: Être musulman et soutenir le Jamat sont deux choses différentes. Vous pouvez être un bon musulman et rejeter la politique du Jamat #Shahbag #BanglaSpring (PrintempsBangladais)

Anu Likhon (@anulikhon) a tweeté un message au Jamat :

@anulikhon: Cher #jamat, ainsi vous avez fait de votre mieux, vous, vous ne pouvez que terroriser les gens, rien d'autre. #bangladesh vous rejette. #shahbag

Shahbagh protestors gather for a flag rally at Rayerbazar Buddhijbi Monument Saturday.

Des manifestants de Shahbagh se rassemblent samedi pour une levée du drapeau au monument de Rayerbazar Buddhijbi. Photo de Zahidul Selim. Copyright Demotix (23/2/2013)

Internet n'a pas été utilisé que pour des commentaires pour ou contre Shahbag. Les partisans des contre-manifestants islamiques ont même piraté le site du journal anglais The Daily Star et les hackers pro-Shahbag ont piraté le site Web des étudiants du Bangladesh Islami Shibir. L'Autorité de contrôle des télécommunications du Bangladesh a bloqué jusqu'à présent 12 blogs et pages Facebook [bn] administrés par des partisans du Jamaat-Shibir accusés d'incitation à la haine et à la violence.

Les dirigeants du parti Jamaat ne sont pas les seuls à faire face à des poursuites judiciaires. Quelques dirigeants du principal parti d'opposition, le Bangladesh Nationalist Party (BNP) et un leader de la Ligue Awami au pouvoir, sont accusés eux aussi de génocide, viols, incendies criminels et crimes pendant la libération du pays du Pakistan en 1971.

Dr. Imran H. Sarker, coordinateur du réseau Bloggers and Online Activists Network [bn], qui a organisé au début les manifestations de protestation en a spécifié les six principales exigences dans un discours du 21 février [bn]:

Les 6 points

1. Toutes les personnes impliquées dans les meurtres de Shaheed Rajib Haider, Jafar Munshi, Bahadur Miah, Kishor Russel Mahmoud doivent être arrêtées dans les 7 jours.

2. Interdire la participation des anti-indépendantistes, des groupes terroristes Jamaat-Shibir dans la politique, les mettre en accusation formelle et commencer une action en justice contre le parti Jamaat-e-Islami conformément à la loi modifiée.

3. Les institutions économiques qui financent les activités terroristes du groupe doivent être identifiées et traduites en justice dans les limites de la loi en créant une commission d'enquête indépendante

4. Assurer un procès rapide et sérieux des criminels de guerre au Tribunal pénal international.

5. Pour assurer la sécurité de la population, en général, et faire cesser la violence et les activités des terroristes du Jamaat-Shibir, les institutions d'application de la loi doivent prendre des mesures spéciales pour arrêter les criminels, récupérer les armes illégales et retrouver les cachettes. Le vrai visage de ce groupe doit être démasqué aux médias nationaux et internationaux.

6. Prendre des mesures immédiates contre les mass-média qui ont incité à l'assassinat et à des sentiments communautaristes pour protéger les criminels de guerre.

Les militants de Shahbag disent qu'ils vont poursuivre leur mouvement jusqu'à ce que leur demande de peine capitale soit remplie.

Voir notre couverture spéciale sur les manifestations #Shahbag du Bangladesh

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site