Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les Croates de Vukovar contre le serbe cyrillique sur les immeubles publics

A Vukovar, en Croatie, les Serbes représentent près de 35% de la population, et ont obtenu le droit à l'usage officiel du cyrillique, leur alphabet natif, comme le permet la Constitution croate. Une partie de la population d'origine croate de Vukovar a cependant manifesté et détruit les panneaux bilingues fraîchement mis en place sur les bâtiments de l'Etat. Les manifestations contre l'alphabet cyrillique à Vukovar ont débuté le 9 septembre après la mise en place de plaques signalétiques sur les immeubles publics. Une manifestation pacifique a également eu lieu le même jour à Zagreb.

L'écriture cyrillique, également connue sous le nom d'Azbuka, est un système d'écriture alphabétique basé sur l'alphabet cyrillique archaïque, développé au cours du 10ème siècle à l'Ecole Littéraire de Preslav. Le cyrillique est l'un des principaux systèmes d'écriture dans le monde.

L'alphabet cyrillique serbe est une adaptation de l'écriture cyrillique originale, développée en 1818 par le linguiste serbe Vuk Karadžić. Il s'agit de l'un des deux alphabets modernes standards utilisés pour écrire le serbe et le bosnien, l'autre étant l'alphabet latin serbe. Bien que l'alphabet latin soit également utilisé, le cyrillique demeure l'écriture traditionnelle et officielle en Serbie.

Peaceful protest against introduction of bilingualism in Vukovar held in Zagreb:

Manifestation pacifique à Zagreb contre l'introduction du bilinguisme dans Vukovar, photo sur Demotix, utilisée avec autorisation

Vukovar, une ville d'environ 26 000 habitants dans l'est de la Croatie, demeure un symbole des conflits serbo-croates des années 1990. Pour de nombreux citoyens croates, le cyrillique en reste un rappel douloureux. Durant la manifestation de vendredi, les citoyens mécontents ont affirmé qu'ils ne voulaient pas de l'écriture cyrillique dans leur ville, “ni maintenant, ni jamais, car ce n'est pas seulement une écriture, mais l'écriture sous laquelle des crimes ont été commis contre des Croates et d'autres non-Serbes durant la Guerre d'Indépendance de Croatie”.

Pendant ce temps, sur les réseaux sociaux, la plupart des internautes étaient furieux contre le fait que quelques-uns s'attardaient sur le passé, tandis que beaucoup considèrent ces sujets hors de propos en ces temps de nouvelle crise économique et sociale. Le footballeur et journaliste bosniaque Goran Arbutina a twitté:

Les Croates se déchaînent sur le cyrillique alors que c'est ainsi que nous faisons à #Banjaluka… Ma rue.

#cirilica #latinica #sarajevo #vukovar pic.twitter.com/aiRJDWYdRY

— Goran Arbutina (@Goc1jedini) 6 septembre 2013

Bojan Glavašević, ministre-délégué au Ministère des Anciens Combattants a déclaré :

Je suis sans cesse attristé par ce qui arrive aujourd'hui à #Vukovar. La violence n'est pas un moyen de résoudre les problèmes dans une démocratie.

— Bojan Glavasevic (@bglavasevic) 2 septembre 2013

Le politicien croate et membre du Parlement Européen Ruža Tomašić a une opinion différente :

Déclaration pour les médias croates à Bruxelles: “Le cyrillique oui, mais pas à Vukovar”

http://t.co/5qnZfumtrh via @tportal #Vukovar #cirilic

— Ruža Tomašić (@RuzaTomasic) 5 septembre 2013

Protesters in Vukovar reaking bilingual boards; photo courtesy of Kurir daily

Vukovar: une planche bilingue cassée en signe de protestation PHOTO: quotidien “Kurir”

L'étudiant et musicien serbe Stefan Josimov a interrogé l'UE sur ce problème :

Est-il possible que l’#UE n'ait toujours pas réagi à la destruction des signes à #Vukovar#Srbija #Hrvatska #cirilica

— Stefan Josimov (@sjosimov) 4 septembre 2013

Mais un utilisateur de Twitter de Bosnie, surnommé Agent Tajne Sile, pourrait avoir une réponse à cette situation, bien que sarcastique :

Heureusement, personne n'a de problèmes avec les chiffres. Surtout lorsqu'il s'agit de comptes en banque. #cirilica #vukovar #lakunoc

— Agent tajne sile (@AgentTajneSile) 3 septembre 2013

Le président croate Ivo Josipovic a annoncé que des préparatifs sont en cours pour un éventuel accord sur l'initiative d'inscriptions bilingues à Vukovar, comme l'a rapporté l'agence de presse croate Hina. Des mauvaises nouvelles semble-t-il pour les officiels de Zagreb – selon les statistiques, la Croatie est quatrième sur les 47 pays sous la juridiction de la Cour Européenne des Droits de l'Homme à Strasbourg en termes de violation des droits de l'Homme. Vesna Skare-Ozbolt, ancienne ministre croate de la Justice, a déclaré au SETimes:

Je pense que l'introduction du bilinguisme contribuera à normaliser les relations entre la Croatie et la Serbie, mais sera aussi un exemple positif dans l'UE.

Mme Skare-Ozbolt a annoncé qu'environ 20 municipalités de Croatie ont rempli les conditions préalables à l'utilisation officielle du cyrillique, qui devrait débuter prochainement. Elle a ajouté que la Croatie et d'autres pays de l'UE ont instauré le bilinguisme dans les régions où les minorités nationales représentent au moins un tiers de la population. Elle a également déclaré que les rôles des autorités locales et de l'Etat sont cruciaux dans la réussite de la mise en oeuvre de ce processus :

La Croatie, en tant que nouveau membre de l'UE, maintient cette norme, bien que les conséquences de la guerre soient toujours importantes, comme on peut le constater à Vukovar, où une certaine résistance existe toujours.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site