Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Grèce : Un musicien anti-fasciste poignardé par un néo-nazi

Le rappeur grec Pavlos Fyssas, alias Killah P. Photo via Greek Wikipedia

[Sauf mention contraire, les liens renvoient à des pages en anglais] Le rappeur anti-fasciste grec Pavlos Fyssas, aussi appelé Killah P., a été poignardé à mort mercredi 18 septembre 2013 par un néo-nazi sympathisant du parti Aube dorée, qui a avoué son crime après son arrestation le jour même.
Aux dires des témoins, au petit matin du 18, une bande d'une trentaine d'individus en T-shirts noirs et godillots militaires ont attaqué Fyssas, 34 ans, et sept de ses amis devant un bar à Amfiali, Keratsini, un quartier d'Athènes, où il regardait un match de football en compagnie de son amie.

Un homme, qui serait arrivé sur les lieux après avoir répondu à un appel téléphonique de quelqu'un de la bande, a poignardé à deux reprises Fyssas, le visant au coeur. Des témoins l'ont ensuite reconnu comme l'un des néo-nazis les plus notoires du Pirée. Fyssas a désigné son meurtrier [grec], et l'a peut-être identifié, avant d'expirer à l'hôpital quelques heures plus tard. Selon le père de la victime, les médecins sont d'avis (vidéo, grec) que les coups de poignard ont été portés de manière professionnelle. L'attaque a pu être une embuscade préméditée, vu l'opposition déclarée du musicien au parti Aube Dorée. Ce dernier a nié toute relation avec l'auteur du meurtre, malgré les preuves et témoignages du contraire.

Le journaliste Leonidas Saklabanis a twitté un témoignage direct :

Témoin (ami de Fyssas) : Ils l'ont poignardé deux fois parce qu'ils n'arrivaient pas à l'étendre au sol. Ils portaient des T-shirts noirs.

Le blogueur et usager de Twitter Monahus a souligné :

Selon le père de Fyssas, certains les ont entendu parler de membres d'Aube dorée et ont appelé les autres qui lui ont ensuite tendu l'embuscade.

Les témoins visuels ont aussi affirmé qu'ils avaient supplié des agents de police présents d'intervenir, qui avaient refusé parce que les attaquants étaient “trop nombreux”. Le journaliste grec vivant à Londres Yannis Baboulias précise :

Ça vaut la peine de mentionner que le meurtrier a finalement été arrêté par une policière, pendant que ses collègues restaient les bras ballants.

Le rédacteur en chef adjoint du quotidien grec en anglais Kathimerini English Edition (@ekathimerini) Nick Malkoutzis a commenté :

Sur le meurtre de l'antifasciste Pavlos Fyssas, le gouvernement doit aussi répondre à des questions sur l'apparente inaction des policiers qui ont assisté à l'agression #Grèce

Les médias généraux se sont d'abord raccrochés à la théorie de la querelle footbalistique, enlevant au meurtre toute préméditation et motivation politique :

Incroyable que la télévision SKAI présente le meurtre de l'antifasciste sous le titre “Il l'a tué pour une histoire de foot”. Honte absolue.

Le meurtrier reconnu a d'abord déclaré à la police qu'il était déjà présent au bar où la victime consommait avec ses amis, que ceux-ci l'avaient agressé lorsqu'il retournait à sa voiture, et qu'il avait poignardé la victime en état de légitime défense. Il a aussi nié faire partie d'Aube Dorée, prétendant une “vague” relation avec le parti néo-nazi.

Mais ses allégations étaient incohérentes et en contradiction avec la déclaration de sa femme à la police. Elle a indiqué que pendant le match, son mari était à la maison lorsqu'il a reçu un appel téléphonique d'un inconnu et est sorti précipitamment, puis a reconnu avoir reçu l'ordre par un coup de fil ultérieur de faire disparaître la “littérature politique” et autres preuves accusatrices :

Des sources policières disent à @jeansouliotis que le membre d'Aube Dorée qui a poignardé l'antifasciste Pavlos Fyssas a dit à la femme de jeter sa carte du parti

Un taser et des matraques trouvées dans l'appartement du meurtrier qui a demandé à sa femme de faire disparaître tout objet en rapport avec Aube Dorée

D'après un ami du meurtrier [grec], non seulement il était un sympathisant d'Aube Dorée, mais il travaillait aussi, avec des membres de sa famille, dans les bureaux du parti. La police enquête sur lui pour l'exécution d'actes de violence pour le compte du parti, comme le passage à tabac de migrants aux alentours du Pirée. Sa femme et un de ses amis, travaillant aussi pour Aube Dorée, ont été arrêtés tous deux pour faux témoignage et tentative de destruction de preuves dans l'appartement du prévenu.

Apostolis Kaparoudakis, co-fondateur de la web-radio indépendante radiobubblea cité un article de presse :

TVXS : “Le meurtrier était payé par Aube Dorée pour tabasser les migrants” http://bit.ly/18y8zm1 #rbnews #massmedia #KillahP

et le blogueur alepouda ajoute :

D'après le porte-parole de la police, l'auteur du crime se rendait au siège local d'A.D. 5 à 6 fois par semaine. #KillahP

A côté des témoignages, il y a plusieurs photos et vidéos d'Aube Dorée sur YouTube, où l'on peut voir le meurtrier participer aux événements ou sorties du parti, comme les tristement célèbres distributions de nourriture et de vêtements réservées aux Grecs.

Pavlos Fyssas, la victime, était un artiste underground de hip-hop connu et aimé, dont les chansons et actions traduisaient l'esprit anti-fasciste et anti-raciste indépendant :

Témoin : “Ni moi, ni Pavlos n'appartenons à aucun parti. Ils cherchent des victimes”.

The Editors’ Newspaper [grec] atteste :

Killah P, [voulait dire] “Killer [qui tue] du passé”. [..] [Pavlos] sortait d'une famille ouvrière, était un anti-fasciste déclaré, aimé de son entourage et connu sur la scène grecque du hip hop. [..] “Bien sûr qu'il était un anti-fasciste actif. Il suffit d'écouter ses textes,” a expliqué un voisin. La mère d'un de ses amis proches a confirmé qu'il “n'était membre d'aucun parti, mais il était politiquement actif à sa façon. N'en doutez pas une seconde : c'est un meurtre à motivation politique.” “Il se battait toujours pour ses convictions,” a dit un commerçant, près de la scène du meurtre.

La nouvelle s'est répandue comme une traînée de poudre sur Twitter, quand les internautes furieux se sont mis à twitter et poster sur le meurtre, pointant la responsabilité morale d'Aube Dorée :

Comment se fait-il que [l'attaché de presse d'Aube Dorée] Kasidiaris soit sur toutes les télévisions à commenter et n'ait pas encore été arrêté pour complicité ? #animaux

De nombreux utilisateurs de Twitter se sont attachés à rappeler que les migrants étaient les premières victimes d'Aube Dorée. Vasilis Papageorgiou a écrit :

Il n'était pas le premier à être tué. A moins qu'on considère les migrants assassinés par Aube Dorée comme des non-humains.

Dans cet ordre d'idées, le blogueur Anthony Verias donne un lien vers une carte des attaques racistes en Grèce : 

Carte des attaques racistes qui ont eu lieu en Grèce http://map.crisis-scape.net/

Le site alternatif d'information basé à Thessalonique Alterthess a rappelé les avertissements lancés en vain par des médecins, sur des attaques contre les migrants :

Un neuro-chirurgien de l'hôpital Nikaia : 3 ans déjà que nous gueulons à propos de dizaines d'attaques racistes http://dlvr.it/3zxDsF [el]

Amnesty International a condamné le meurtre du militant anti-fasciste, et exhorté le gouvernement grec à empêcher de nouvelles violences extrémistes à visée politique :

Cette montée de xénophobie, d'intolérance et d'attaques à motivation politique en Grèce est proprement glaçante. Les autorités doivent agir maintenant pour empêcher ces violences de s'étendre avant qu'elles deviennent incontrôlables

L'éditeur et auteur pour Global Voices Asteris Masouras a créé un storify sur le sujet, et contribué à cet article.

Ci-après, une des chansons de Killah P avec sous-titres en anglais, un remix hip hop d'une chanson célèbre du groupe grec de rock, devenu un chant de ralliement anti-fasciste contre la peur, étrangement en accord avec son combat et son destin.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site