Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Bangladesh : plus de 100 écoles incendiées dans des violences contre les élections

Guards carry ballot boxes and equipment to a polling station that will be used for the 10th parliamentary elections. Image by Naveed Ishtyak. Copyright Demotix (4/1/2014)

Des gardes transportent les urnes et le matériel électoral dans un bureau de vote utilisé lors des 10e élections législatives. Image de Naveed Ishtyak. Copyright Demotix (4/1/2014)

Tous les liens associés renvoient à des pages en anglais, sauf mention contraire.

A la veille des dixièmes élections législatives nationales, le Bangladesh subit une vague de violences avec plus de 100 écoles incendiées dans 20 districts, alors qu'elles avaient été transformées en bureaux de vote et un scrutateur a été battu à mort lors de son service à Thakurgaon.

Les élections du 5 janvier 2013 ont lieu dans un climat particulièrement tendu, avec de nombreux partis d'opposition dirigés par le Parti Nationaliste du Bangladesh (BNP) NP) boycottant [fr] le vote et leurs partisans s'engageant dans des manifestations violentes dans tout le pays

Les internautes ont sévèrement condamné les incendies d'écoles. Farhana Azim Shiuly a écrit sur Facebook [bengali]:

নির্বাচন প্রতিহত করার জন্য দেশে অনেক ভোট কেন্দ্র পুড়িয়ে দেয়া হচ্ছে। এমন খবর শুনে টিভির সামনে বসে দেখলাম আগুনে যা পুড়ছে তা তো ভোটকেন্দ্র নয়। আগুনে জ্বলে যাচ্ছে সারি সারি স্কুল ঘর। বছরে ১ দিনের জন্য যাকে আমরা ভোটকেন্দ্র নামে ডাকি, বাকি ৩৬৪ দিনই তার নাম স্কুল। রাজনীতির নামে মানুষ পুড়েছে। এখন পুড়ে যাচ্ছে মানুষ গড়ার কারখানা।

De nombreux bureaux de vote sont incendiés dans tout le pays pour faire interrompre les élections. J'ai suivi les informations et j'ai dû m'asseoir deviant la télévision en découvrant que les bâtiments incendiés sont en réalité des écoles publiques. Le feu est en train d'emporter un grand nombre de salles de classe. Ce que nous appelons centre de vote pour un jour est un établissement d'enseignement. Nous avons vu des gens brûler sans raison au nom de la politique. Aujourd'hui, ce sont les laboratoires qui permettent l'éducation des gens qui brûlent. 

L'écrivain et pédagogue Joydeep Dey Shaplu a dénoncé ces incendies et rappelé que le Bangladesh n'a déjà pas suffisamment d'écoles pour sa grande population :

যুদ্ধক্ষেত্রে স্কুল পোড়ানো হয় কিনা আমার জানা নেই। তবে যাই করা হোক, একবার ভাবা হয়, যুদ্ধের পর শান্তির সময় কি করে দেশ চলবে। এই বোধটাও আজ আমাদের নেই। দু'দিনের রাজনীতির জন্য তিল তিল করে গড়ে ওঠা শিক্ষাব্যবস্থাকে ধ্বংস করে ফেলা হচ্ছে। চোট পেলে সেরে যায়, বিকলাঙ্গ হলে তো কিছুই করার থাকে না। আন্দোলনের নামে পুরো জাতিটা বিকলাঙ্গ হয়ে গেলে কাদের নিয়ে দেশ চালাবেন আপনারা?

Je ne sais pas si les écoles sont aussi brûlées durant la guerre. Mais quel que soient les faits, il faut réfléchir sur le développement du pays après la guerre. Dans notre pays, le secteur de l'enseignement en plein développement (et dans sa propre lutte contre l'illettrisme) est en train d'être détruit. Une petite faiblesse peut guérir, mais si vous êtes un invalide, vous en souffrez à vie. Si vous rendez la nation invalide au nom de votre contestation, comment ferez-vous avancer ce pays ?  

Sur Twitter, le professionnel des média Jabed Sultan Pias (@piasbd) a écrit qu'il a perdu dans ces incendies sa première école dans sa ville natale :

1. Ma première école, l'école primaire publique Madanpur, à Netrokona. Hier, ils ont incendié mon école bien-aimée .

L'avocat Shah Ali Farhad (@shah_farhad) a tweeté que cette fois, les cibles des manifestants de l'opposition sont les écoles:

Les cibles sont les écoles maintenant! Plus de 100 écoles incendiées par ces voyous du BNP Jamaat dans tout le #Bangladesh #Sauvez le Bangladesh du #Terrorisme

Opposition party supporters set a van on fire at Shanti Nagar in Dhaka, ahead of the Bangladesh National Party led 18-Party Alliance’s countrywide 84-hours strike. Image by mamunur Rashid. Copyright Demotix (9/11/2013)

Les partisans des partis de l'opposition ont mis le feu à un van à Shanti Nagar, dans Dacca, lors des grèves de 84 heures de la coalition de 18 partis dirigée par le Parti Nationaliste du Bangladesh. Image de Mamunur Rashid. Copyright Demotix (11/9/2013)

Les arbres sont aussi des cibles des manifestants. Des centaines d'arbres le long des avenues ont été abattus pour les utiliser dans des barrages de rues pendant les récentes violences politiques qui ont lieu dans tout le pays. Sheikh Rokon a écrit sur Facebook :

Oui, profitez de la ‘politique’ mes amis. Ils ont abattu des millers d'arbres qui longent les rues pour leurs ‘barrages’. Maintenant, ils ont aussi commencé à brûler les écoles pour ‘bloquer’ les élections. Clap! Clap ! Clap ! (Applaudissements)

Le Bangladesh avait déjà dû subir de telles électionssans opposition, mais les manifestations n'étaient pas violentes. Arif Jebtik a rappelé aux auteurs des violences :

[…] এরশাদের ১৯৮৮ সালের নির্বাচন ঠেকাতে আলাদা আলাদা অবস্থান থেকে চেষ্টা করেছিল বিএনপি, আওয়ামী লীগ, জামায়াত, বামদল সহ সবাই-কিন্তু সেই নির্বাচন ঠেকানো যায়নি।

খালেদা জিয়ার ১৯৯৬ সালের ১৫ ফেব্রুয়ারির নির্বাচন ঠেকাতে আলাদা আলাদা অবস্থান থেকে চেষ্টা করেছিল আওয়ামী লীগ, জামায়াত, বামদল-কিন্তু নির্বাচন বন্ধ হয়নি।

সুতরাং আগামীকালের নির্বাচন ঠেকাতেও বিএনপি-জামায়াত পারবে না।

কিন্তু এর আগের ঘটনাগুলোয় স্কুল পোড়ানো হয়নি।
এবার স্কুলগুলো পোড়ানো গেল-এটাই নগদ লাভ। জামায়াতকে কোলে তুলে নিয়ে রাজনীতি করে বিবর্তনে এই জায়গাতেই পৌঁছাল বিএনপি!

[..] En 1988, sous le mandat du Général-Président Ershad, les partis politiques principaux (ligue Awami, BNP, Bangladesh Jamaat-e-Islami et les gauchistes) avaient tenté d'interrompre les élections mais n'avaient pas réussi. 

Lors des élections unilatérales du BNP le 15 février 1996, la ligue Awami, le Bangladesh Jamaat-e-Islami et les gauchistes avaient tenté de résister aux élections et échoué. 

Le BNP-Jamaat ne sera donc jamais capable d'arrêter ces élections. 

Mais dans les précédents incidents, aucune école n'avait été brûlée. 

Cette fois, le BNP a gagné cette manche. C'est leur politique pour promouvoir la cause du Bangladesh Jamaat-e-Islami.

Le journaliste Fazlul bari a reproché au Bangladesh Jamaat-e-Islami d'être responsable de ces incendies d'écoles :

নির্বাচন ঠেকানো নিয়ে বিএনপি হাল ছেড়ে দিয়েছে’ এমন একটি রিপোর্ট ছাপা হবার পরই ‘হাল’ পুরোপুরি নিজের কর্তৃ্ত্বে নেয়া শুরু করে দিয়েছে যুদ্ধাপরাধীদের দল জামায়াত-শিবির! পেট্রোল বোমা, মানুষকে পুড়িয়ে মারার সন্ত্রাসের পর ভোট কেন্দ্রে আগুন দেয়া সহ অকল্পনীয় নানান সন্ত্রাস শুরু করে দিয়েছে দেশ বিরোধী এই অপশক্তি! […]

Un article récent disait que le BNP avait renoncé à s'opposer aux élections. Par la suite, le parti des criminels de guerre, le Jamaat, est entré dans la mascarade pour montrer qui avait le contrôle. Ils ont déjà utilisé des bombes au pétrole sur le peuple, dans les bus, les maisons et ne sont sûrement pas loin de cette extrême violence qui brûle les écoles.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site