Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le tatouage à la gloire d'hommes politiques remis au goût du jour par les nationalistes des Balkans

Les tatouages représentant d'anciens leaders politiques sont devenus tellement populaires dans les pays des Balkans ces dernières années que lesdits leaders atteignent à présent un statut d icône.

Pendant les années 50 et ce jusqu'à la fin des années 80, dans les anciens pays yougoslaves, la tradition était de se faire tatouer les emblèmes et symboles de l'Armée populaire yougoslave. Les conscrits ayant eu à subir une à deux années de service militaire revenaient ainsi souvent avec comme souvenirs de l'armée, des tatouages évoquant des tatouages de prison. Parmi les motifs populaires, des symboles étatiques, des armes, ou encore, à l'époque où son culte de la personnalité était encore à son apogée, le visage de l'ex-président yougoslave Josip Broz Tito.

Après la dissolution de la Yougoslavie, d'autres personnages historiques se mirent également à apparaître sur les peaux, tout particulièrement sur celles de jeunes hommes farouchement nationalistes. Ante Pavelić, leader fasciste croate du 20ème siècle, avait par exemple la cote parmi les Croates, tandis que que dans son pays d'origine, le chef des Tchetniks Draža Mihailović était devenu un motif de tatouage populaire. Les nostalgiques se mirent quant à eux à utiliser de nouvelles techniques de couleur, ce qui donna lieu à de nouvelles versions de tatouages de Tito.

Tattoos of Tito (younger and older), Pavelic and Mihajlovic.

Tatouages représentant Tito (en version noir et gris, puis en couleur), Pavelić et Mihajlović.

En 2009, le quotidien croate Slobodna Dalmacija rapporte qu'un habitant de Banja Luka s'est fait tatouer le portrait de Milorad Dodik, un homme politique serbo-bosniaque contemporain; le phénomène visant à se faire tatouer les visages de représentants du gouvernement actuel prend alors une ampleur considérable.

Bosnian Serb politician Dodik's face as tattoo and model photograph.

Le visage du politicien serbo-bosniaque Milorad Dodik, en tatouage et en photo qui a servi de modèle.

Le Premier Ministre macédonien actuel, Nikola Gruevski, un homme de droite, est à son poste depuis 2006. Depuis, des Macédoniens enthousiastes ont choisi de montrer leur dévouement au chef du parti majoritaire macédonien, le VMRO-DPMNE, en postant des photos de leurs tatouages de Gruevski sur les réseaux sociaux. Parmi eux, un homme arborant les nom et prénom du Premier Ministre, ainsi que l'acronyme VMRO et une croix. Un autre internaute a quant à lui opté pour Le portrait de Gruevski, accompagné de l'inscription “Fidèle jusqu'à la tombe”.

Tattoos showing loyalty to Macedonian right-wing Prime Minister Nikola Gruevski.

Des tatouages à la gloire du Premier Ministre macédonien Nikola Gruevski.

L'exemple le plus récent de ce phénomène s'est retrouvé en première page du journal macédonien Vest [mk]. On y voit un habitant de Shtip qui a choisi de se faire tatouer les visages du chef des Services Secrets et cousin du Premier Ministre Sasho Mijalkov et de son fils. Le tatoué a déclaré qu'il se sentait redevable au riche et puissant responsable du parti VMRO-DPMNE pour l'aide apportée tout au long de sa vie.

Front page of Macedonian daily Vest from August 7, 2014.

La une du 7 août 2014 du quotidien macédonien Vest, ornée d'une photo de l'homme aux tatouages représentant les Mijalkov.

Cette tradition au succès renouvelé est par ailleurs la cible d'humoristes des Balkans. Le journal croate satirique en ligne News Bar a ainsi publié un faux article dans lequel Tomislav Karamarko, un homme politique de droite, demande à un tatoueur de lui encrer le portrait du “plus grand homme d'Etat croate du 20è siècle” sur le torse. Mais au lieu de l'escompté portrait de Franjo Tuđman, homme politique croate et ancien chef du parti aujourd'hui décédé, c'est avec Josip Broz Tito qu'il se retrouve sur les pectoraux.

Le magazine politique indépendant macédonien Fokus a lui aussi récemment publié un article qui tourne en dérision non pas une mais deux tendances: les tatouages d'hommes politiques, mais également les très jeunes ministres qui se retrouvent affectés au gouvernement alors même qu'ils sont inexpérimentés.

Откако неколку големи фанови на ВМРО-ДПМНЕ ги истетовираа ликот на Груевски и на Сашо Мијалков на своите рамења, владејачката партија реши да им излезе во пресрет и на најмалите и тие да ги украсат рацете со некој од вмровските функционери. Па така, освен Сунгерот Боб, Дора, Диего и Том и Џери децата ќе може на своите раце да аплицираат уште еден нивен херој. За таа цел пуштена е во продажба посебна серија на мастики со кои доаѓа и привремена тетоважа со ликот на Диме Спасов. Тетоважата се вади сама за неколку дена или веднаш со „бекутан“ сапун.

Après qu'un certain nombre de farouches partisans du VMRO-DPMNE se sont fait tatouer les portraits de Gruevski et Sasho Milanov sur les épaules, le parti s'est décidé à pourvoir au besoin évident qu'ont les jeunes générations de se recouvrir les bras de leurs bureaucrates. Les enfants pourront donc se décorer de nouveaux héros, en plus des traditionnels Bob l'Eponge, Dora l'Exploratrice, son cousin Diego, ou Tom et Jerry. Une édition limitée de chewing-gums contenant des tatouages temporaires à l'effigie de [Dime Spasov] est maintenant en vente. Le tatouage part tout seul au bout de quelques jours ou peut être effacé à l'aide de savon Becutan. [Becutan est une marque locale connue de produits pour bébés]

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site