Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Au moins 48 morts après un glissement de terrain en Colombie

Salgar en Antioquia. Imagen en Flickr del usuario Iván Erre Jota (CC BY-SA 2.0).

Salgar, dans le département d'Antioquia. Photo sur Flickr de Iván Erre Jota (CC BY-SA 2.0). Foto de archivo.

Un glissement de terrain provoqué par de fortes pluies a laissé au moins 48 morts et un nombre indéterminé de disparus dans la commune de Salgar, dans le département colombien d’Antioquia, au petit matin du 18 mai 2015.

La secrétaire du gouvernement de Salgar, Zulma Osorio, a déclaré : “C’est une tragédie d’une immense ampleur (…), il y a beaucoup plus de morts, le village est totalement détruit”.

Le président colombien, Juan Manuel Santos, s’est exprimé sur Twitter :

L’état de calamité publique est décrété à Salgar afin de répondre à l’urgence. Le Gouvernement National se joint au Gouverneur d’Antioquia @sergio_fajardo pour apporter tout son soutien aux victimes

La Croix Rouge d’Antioquia a utilisé le réseau  de microblogging pour lancer un appel aux dons :

Énorme tragédie à Salgar, vous pouvez aider avec des couvertures et des aliments non périssables au centre logistique de Medellín

D’autres utilisateurs ont écrit :

Plus de secouristes et moins d’opportunistes, c’est de ça qu’a besoin Salgar en ce moment.

Et maintenant, les politiciens de tous bords qui profitent de la tragédie de Salgar ! MISÉRABLES

Le gouvernement répond à l’urgence à Salgar, Antioquia, où plus de 30 personnes auraient été tuées

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site