Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le gouvernement zambien veut acheter des fourgons de police à 500 000 dollars pièce

A Zambian police van carrying riot police chasing rioting students at one of the public colleges in Lusaka. Photo used with the permission of Lusaka Times.

Un fourgon de Police Zambien transportant la police anti-émeute à la poursuite d'étudiants manifestant violemment dans une des universités publiques de Lusaka. Photo utilisée avec l'autorisation de Lusaka Times.

Pour de nombreux Zambiens, les nouvelles du jour sur la chaîne de télévision publique Zambia National Broadcasting Corporation (ZNBC) le 14 juin 2015, et relatives à l'intention du gouvernement de dépenser la somme colossale de 190 millions de dollars US pour l'acquisition d'un parc de véhicules destiné aux forces de sécurité était une information de type ‘des gouvernants aux gouvernés’.

Le ministre de l'intérieur Davis Mwila, qui a été cité dans le reportage, a révélé que l'achat de ces véhicules était destiné à la police zambienne, la commission de lutte contre la drogue, le service pénitentiaire et le département de l'immigration.

Un utilisateur Facebook, Kaluba Chilaisha, ne s'est pas contenté de faire le calcul. Il a également lié la somme à un prêt provenant de la Chine et que les autorités ont annoncé à la nation il y a peu de temps. Il a écrit :

Je suis en train de regarder les infos du soir sur la ZNBC et je viens d'apprendre que le gouvernement allait dépenser 192 millons de $ pour 400 véhicules destinés aux forces de sécurité. Il doit y avoir une erreur de calcul, 480 000 $ par véhicule ? De quel type de voitures s'agit-il et d'où proviennent-elles ?

Dans un commentaire sous le même post, Chilaisha a écrit:

Non mais sans rire! Il y a des rumeurs relatives à un emprunt de 192 millions de $ qui s'y associent !

Quelques fils Twitter ont également réagi face à cette histoire.

@muchimc1 a posé les questions suivantes:

Namushi ‏espère que le présentateur du journal télévisé a fait une erreur :

Le  quotidien privé le plus populaire de Zambie, The Post, a révélé l'emprunt de 192 millions de $ US qui avait été caché au départ, en citant une lettre entre le Secrétaire du Cabinet et le Secrétaire du Trésor :

Le Cabinet lors de sa 8ème réunion qui s'est tenue le 27 april 2015, a accepté la recommandation de votre ministre d'approuver une souscription de prêt auprès de Poly Technologies Incorporated de Chine s'élevant à 192.924.047 de dollars US, afin de soutenir la mise en oeuvre de l'approvisionnement, de la livraison, de l'installation et de la mise en service de l'équipement de protection pour les forces de police, le Département de l'Immigration, le Service Pénitentiaire et la Commission de Lutte contre la Drogue.

Fait intéressant, le gouvernement a uniquement révélé un emprunt de 14 millions de dollars US provenant de la Chine destiné soi-disant à améliorer l'eau et l'assainissement dans l'une des provinces les plus rurales de Zambie, ce que l'une des personnalités, un opposant politique, le président Charles Milupi d'Alliance for Democracy and Development (ADD) (Alliance Démocratique pour la Démocratie et le Progrès) a contesté :

Je suis un dirigeant et en tant qu'expert, je peux m'exprimer sur ce sujet. Lorsque j'ai creusé un forage pour mon village, j'ai dépensé la somme 3.500 $ US qui comprenait le forage, une pompe manuelle, le transport et tout. Maintenant, lorsque vous faites convenablement le calcul, vous vous rendrez compte que le Gouvernement promet de creuser 4 000 forages dans chacun des 100 villages. C'est absolument ridicule.

La révélation de l'emprunt par les médias a mis en colère le Président Edgar Lungu, qui occupe également la fonction de ministre de la Défense, et qui a sommé la police d’enquêter sur la source de l'information et de traîner les coupables en justice.

C'est Chishimba Kambwili, le Ministre de l'Information et de la Diffusion, également le porte-parole du Chef du Gouvernement, qui a directement ordonné à l'Inspecteur général de la Police d’enquêter sur les fuites :

J'ordonne à l'inspecteur général de la police, avec effet immédiat, de porter un vif intérêt à cette fuite de document et de traîner les coupables en justice. Même si le Gouvernement a discuté de cet emprunt, il est totalement inconcevable que cela soit révélé au grand jour étant donné que certains de ces problèmes sont extrêmement inquiétants d'un point de vue sécuritaire, et il n'est absolument pas possible que le Gouvernement le divulgue au grand public. Et à ces gens se trouvant au ministère de la finance, au Trésor ou au bureau du secrétaire du cabinet qui divulguent des documents confidentiels, nous voulons leur dire que leurs jours sont comptés et qu'ils ne peuvent blâmer personne. Ils doivent assumer les conséquences de leurs actes.

Un lecteur du Lusaka Times a désigné la manière dont le Gouvernement Zambien est dirigé comme ‘entreprise criminelle’, en écrivant:

La Zambie est une véritable entreprise criminelle. Cette situation est politiquement déplacée, économiquement injustifiable, socialement immorale et intellectuellement inacceptable pour la Zambie, où l'intégralité du Cabinet peut emprunter et garder l'argent pour lui sans informer les contribuables. En fait, c'est le Cabinet qui devrait faire l'objet d'une enquête et être arrêté.

Malgré l'ordre du président Lungu et de son ministre Kambwili que la police mène une enquête sur les responsables de la fuite, personne n'a été arrêté à ce jour.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site