Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

‘Piccola Italia’, un petit coin d'Italie à Buenos Aires

Plaza Cortazar, en el bonaerense barrio de Palermo. Imagen en Flickr del usuario Omar Uran (CC BY 2.0).

Plaza Cortazar, dans le quartier de Palermo, à Buenos Aires. Image Flickr de l'utilisateur Omar Uran (CC BY 2.0).

L'immigration italienne en Argentine fut le mouvement migratoire le plus important de ce pays d'Amérique du Sud. On estime que près de trois millions d'Italiens sont arrivés sur les terres argentines et se sont installés dans les régions centrales du pays. Entre 1814 et 1970, l'Argentine a reçu des immigrés italiens venus de toutes les régions d'Italie.

Après la transculturation propre à ces processus, les migrants italiens se sont intégrés à la société argentine, bien qu'avec toujours une sensation de nostalgie pour la terre natale laissée derrière eux. Cette nostalgie a sans doute été récupérée par leurs enfants, puis par leurs petits-enfants, qui ont adopté de nombreuses habitudes des générations précédentes et se les sont appropriées.

Une petite Italie très présente

Cette ‘italiénité’ est palpable dans une zone de Buenos Aires, la capitale argentine, où une Piccola Italia, une petite Italie, est en train de naître :

[…] cinq pâtés de maisons qui forment un espace gastronomique et culturel où partager et exprimer l'italiénité. Ses initiateurs imaginent déjà l'arche à l'angle de Arévalo et Gorriti, dans le quartier portuaire de Palermo.

L'italiénite en Argentine reste difficile à définir parce qu'elle a réussi à se répandre dans toute la société, parce qu'elle est insaisissable et omniprésente. Elle est là, dans les mots mélangés au lunfardo, dans la valorisation de la famille et des amis, dans les recettes héritées et argentinisées, dans chaque quartier de la ville avec les commerces aux noms italiens, dans les apéritifs, dans les Volturno pour le café court et fort. Elle est là.

Le lunfardo est l'argot employé à l'origine par les classes populaires de Buenos Aires, dont les mots et les locutions sont ensuite entrés dans l'espagnol populaire d'Argentine et d'Uruguay.

Le 20 septembre est une date spéciale pour les Italiens, qu'ils se trouvent à la maison ou à l'étranger, car en ce jour de 1870, les troupes italiennes occupèrent la ville de Rome, ce qui mit un terme à “l'épopée de l'unité italienne et au processus politique et guerrier de l'unification de la Péninsule italienne, autour du Royaume du Piémont et de la Maison de Savoie, et, dans les faits, à l'existence des États Pontificaux”. C'est pour cette raison que, depuis trois ans, a lieu le festival “Al Dente!”, un événement culturel en libre accès et gratuit pendant lequel on célèbre chaque année le Jour de l'Italiénité en Argentine”. :

[…] Un événement qui [en 2015] aura lieu pour la troisième année consécutive et qui est en même temps une fête culturelle et gastronomique […] qui nourrit le rêve de créer, dans le quartier de Palermo, La Pequeña Italia en Argentine.
Organisé par une jeune génération de descendants d'Italiens qui veut rendre hommage à leurs origines dans une ambiance festive d'unité et de joie, cet événement a connu sa première édition en 2013.

Sur Twitter, certains utilisateurs ont publié des photos des festivités de 2015.

👉 Voilà comment s'est passé le #FestivalAlDente et ArgNoticias te raconte tout : https://t.co/lgJoxsrX8G
🌟 À l'année prochaine ! 🌟

— Festival Al Dente (@FestivalAlDente) 22 octobre 2015

Un petit tour par le @FestivalAlDente #AlDente #FestivalAlDente pic.twitter.com/S0oyVKbAxc

— Maximiliano Bagnasco (@MaxBagnascoCari) 29 septembre 2015

 

Une grande cohue. Le succès obtenu en à peine trois éditions est incroyable.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site