Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les députés ougandais élaboreraient un plan, pas très subtil, pour faire de Museveni un Président à vie

Le Président ougandais Yoweri Museveni cherche à multiplier le nombre de ses mandats depuis qu'il a pris le pouvoir en 1986. Photo publiée sous licence Creative Commons de Russell Watkins / Département pour le développement international du Royaume-Uni).

Le Président ougandais Yoweri Museveni cherche à multiplier le nombre de ses mandats depuis qu'il a pris le pouvoir en 1986. Photo publiée sous licence Creative Commons de Russell Watkins / Département pour le développement international du Royaume-Uni.

Le Président ougandais Yoweri Museveni a maintenant une excuse parfaite pour se présenter aux élections de 2021 afin d'atteindre 40 ans de pouvoir, grâce à Mme Anne Maria Nakabirwa, Présidente de la section du Mouvement de résistance nationale [parti au pouvoir, fr] du district de Kyankwanzi dans la ville de Butemba.

Elle aurait affirmé que les gens de son district lui demandaient de persuader ses collègues députés de faire campagne pour la suppression des limites d'âge pour les candidats présidentiels, pour permettre à des leaders capables tels que le président Museveni de continuer à gouverner.

Elle a dit qu'elle allait demander aux hauts responsables du parti de supprimer la limite d'âge pour que M. Museveni puisse se présenter de nouveau.

Ces révélations n'ont pas choqué beaucoup d'Ougandais car de telles bizarreries ne surprennent plus personne.

La proposition de modifier la constitution est considérée comme une tentative de faire de M. Museveni un président à vie.

Exaspérée par cette manoeuvre, Me Jackie Assiimwe Mwesigye, une avocate ougandaise, a demandé à ses amis sur Facebook de s'opposer à ce plan:

MPs, while meeting in Kyankwanzi, have resolved to push for lifting of the age limit for the Presidency in the Constitution.
We must resist this evil scheme. It does not help anyone, not Uganda, and not even the person for whom it is intended. Let's not fall into this trap.

Les députés, tout en répondant à Kyankwanzi, ont décidé de faire pression pour la suppression de la constitution toute limite d'âge pour la présidence.

Nous devons résister à ce plan diabolique. Ce n'est dans l'intérêt de personne, ni de l'Ouganda, ni même pour la personne concernée.
Ne tombons pas dans ce piège.

Quelles sont ces lois de toute façon?

La constitution actuelle interdit à toute personne de plus de 75 ans de se présenter à la présidence.

Le Président Museveni, qui est agé maintenant de 71 ans, ne serait donc pas qualifié pour briguer un nouveau mandat à la prochaine élection présidentielle en 2021sauf en cas de modification de la Constitution.

Toute proposition de modification ne rencontrerait qu'une faible résistance au parlement où le Mouvement de résistance nationale, le parti au pouvoir, dispose d'une majorité solide.

M. Museveni est au pouvoir depuis 30 ans. Il est actuellement dans son cinquième mandat depuis 1996, quand il a été élu la première fois. Il n'y avait pas de limites dans le nombre de mandats présidentiels de 1986 à 1996.

Soixante-dix pour cent des Ougandais sont âgés de moins de 29 ans et n'ont donc connu qu'un seul président au cours de leur vie.

En 2005, les députés ougandais ont modifié la constitution pour supprimer la limite du nombre de mandats présidentiels.

L'ancien Premier ministre et candidat présidentiel en 2016, M. Amama Mbabazi a depuis exprimé ses regrets pour son soutien d'autrefois pour la suppression de la limite du nombre de mandats.

Réagissant aux nouvelles à propos d'un éventuel amendement portant sur la limite d'âge, l'utilisatrice de Twitter et avocate Bireete Sarah a fait une subtile référence aux allégations selon lesquelles les députés avaient été payés pour voter en faveur de la suppression de la limitation du mandat en 2005:

Je me présenterai en 2021 – M7! La limite d'âge sera résolue au Parlement prépayé!!! Nous serons là, les amis.

‘Les Ougandais décideront’

En 2014, un quotidien local avait rapporté que des initiatives émanant de citoyens et d'organisations de la société civile demandaient à la Commission ougandaise des réformes du droit de modifier la constitution afin de supprimer la limite d'âge.

Au cours de sa visite en Allemagne en juin, le journal allemand Der Spiegel avait demandé à M. Museveni, “Si vous vouliez vous présenter encore à une autre élection présidentielle, la constitution devra être changée pour repousser la limite d'âge pour les présidents âgés de 75 ans. Est-ce que ce sera le cas?

M. Museveni aurait répondu: “Les Ougandais décideront.”

Me Sarah Bireete espère que la jeune génération va contrecarrer toute initiative visant à supprimer la limite d'âge :

78% de notre population sont des jeunes âgés de 0 à 30 ans. Seront-ils cette grande génération qui empêchera la levée de la limite d'âge.

Un utilisateur de Twitter sous le nom “She Wolf” plaisante que le pays devrait plutôt “lever sa limite de la mort”:

Les députés proposant la levée de l'âge limite sont des ennemis du progrès. Pourquoi ne pas lever la limite de la mort de sorte que leur maître puisse vivre éternellement?

Alexi Omondi quant à lui déplore le fait que le pays suivait un schéma connu à travers le continent africain:

Initiative irréfléchie. Sans imagination et à courte vue. Quel est le problème avec les Africains?

Claire Ahabwe n'a pas été surprise:

Ça ne me surprend pas. Cependant, ils devraient se rappeler que même le meilleur danseur quitte la scène

Kiyingi Elly est moins enclin de blaguer à ce sujet, soutenant que ce serait un jour de tristesse nationale si la constitution était finalement modifiée:

Un jour de tristesse nationale devrait être déclaré si c'est approuvé

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site