Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Playing For Change milite à travers le monde pour la paix et l’intégration par la musique

Cuatro miembros de la Red de Escuelas de Música de Medellín tocan parte de "La Tierra del Olvido" desde una de las comunas de Medellín. Captura de pantalla del video disponible en la cuenta de YouTube de Playing for a Change.

Quatre membres du Réseau d'écoles de musique (Red de Escuelas de Música) situé à Medellín en Colombie, participent à « La tierra del olvido » (La terre de l'oubli) dans un des quartiers de Medellín. La vidéo d'où est tirée cette image se trouve sur le compte YouTube de Playing For Change.

Le but de Playing For Change est d'unir les gens par la musique. C'est un projet culturel qui rallie des musiciens de partout dans le monde par le biais de chansons emblématiques.

D'après son fondateur, le réalisateur et producteur Mark Johnson, l'idée lui vint à New York :

Il y a environ 10 ans, j'ai vécu une expérience qui m'a ouvert les yeux sur le pouvoir de la musique. Je me rendais au travail dans un studio d'enregistrement à New York et j'étais dans une station de métro quand j'ai vu deux moines vêtus de robes et peints tout en blanc. Un des moines jouait de la guitare acoustique à corde en nylon pendant que l'autre moine chantait dans une langue que je ne comprenais pas. Je voyais une station de métro remplie de monde et personne ne montait dans le train : tout le monde écoutait cette musique extraordinaire. Des gens souriaient alors que d'autres pleuraient, mais tout le monde était profondément touché par la musique. J'ai pris le métro et je suis allé au travail et je me suis dit que la plus belle musique que je n'avais jamais entendue, c'était en allant au studio, pas dans le studio. J'ai compris que la grande musique et le grand art ne sont que des instants de la vie et qu'ils existent partout. Nous pouvons utiliser l'énergie de ces instants pour rassembler les gens.

Ses efforts pour rassembler des gens de cultures, ethnicités, religions et origines politiques différentes à travers la musique commencèrent à prendre forme en mars 2005 avec une chanson considérée comme une des meilleures chansons du 20e siècle – « Stand By Me » de Ben E. King. Le chanteur américain Roger Ridley l'a chantée dans les rues de Santa Monica en Californie, puis Mark a ajouté d'autres voix et sons enregistrés en Irlande, Afrique du Sud, Inde, Népal, Moyen-Orient et à Barcelone. Au moment de la rédaction de cet article, la vidéo en ligne a été vue plus de 90 millions de fois.

Deux ans plus tard, en 2007, il créa la fondation du même nom :

Notre mission est de créer des changements positifs grâce à l'éducation musicale et artistique. Comme le dit un de nos étudiants au Népal, « La musique est indispensable à notre vie – on ne peut pas vivre sans musique ». Nous sommes tout à fait d'accord. À la fondation Playing For Change, nous vivons dans cette optique et appliquons ce principe à tout ce que nous faisons.

Colombie, Mexique et Argentine

Le message d'intégration de l'organisation a touché un grand nombre de pays. En 2010, Mark est allé en Colombie pour enregistrer « La tierra del ovido » (La terre de l'oubli), une chanson de Carlos Vives avec le soutien de la fondation Americas Business Council qui a été créée en 2008 pour promouvoir le développement culturel dans les Amériques.

D'après Playing For Change :

Cette vidéo présente plus de 75 musiciens de partout en Colombie. Tout au long de notre parcours, nous avons appris que la musique est le meilleur outil pour guérir les pays, les cultures et les cœurs brisés. Avec cette vidéo, nous avons entrepris d'unir et d'inspirer le peuple de Colombie pour qu'il puisse aller de l'avant après des années de conflit, et construire un futur positif.

Leur succès les a menés a essaimer dans d'autres pays et en 2012, ils sont allés au Mexique pour enregistrer « Mexico lindo y querido » (Beau et adoré Mexique). Leur but était de soutenir Cauce ciudadano (Chaine des citoyens), une organisation de société civile qui travaille avec les jeunes pour combattre la violence dans le pays.

L'année suivante, Playing For Change arrive en Argentine pour soutenir une campagne sur l'environnement nommée « Dejá tu huella: una Reserva con más Reservas » (Laissez votre empreinte : une réserve avec plus de réserves). La chanson sélectionnée s'intitule « Carnaval toda la vida » (Carnaval à vie), par le groupe ska nommé Los Fabulosos Cadillacs.

Erzo Bueno, qui a produit la vidéo, a déclaré :

Es un honor colaborar con la preservación de los bosques nativos y  creemos que la música tiene la fuerza necesaria para unir a la gente en torno a esta causa tan noble.

C'est un honneur de contribuer à la préservation de ces forêts indigènes. Nous pensons que la musique a le pouvoir de rassembler les gens derrière cette grande cause.

Playing For Change continue à tisser des liens en Amérique latine aujourd'hui. En 2015, ils sont retournés en Colombie pour soutenir l'orphelinat Betsalem dans son projet de créer une école de musique, initiative qu'ils espèrent reproduire dans d'autres régions du pays. Le 24 septembre 2016, ils fêteront le Playing For Change Day, qui unira les musiciens et les mélomanes à travers 46 évènements qui auront lieu dans 21 pays en soutien aux différents projets dans lesquels l'organisation est impliquée.

Beaucoup d'autres versions de leurs chansons des quatre coins du monde, ainsi que les témoignages des participants, se trouvent sur la chaine YouTube de l'organisation.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site