Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'Éthiopie impose une coupure totale d'Internet à l'échelle nationale

Une manifestation en octobre 2016 à Londres par les originaires de la région d'Oromo contre des meurtres et des violations des droits de l'homme de la part du gouvernement éthiopien. Photo de David Holt, l'utilisateur de Flickr. CC BY 2.0

Une manifestation en octobre 2016 à Londres d'Oromos contre des meurtres et des violations des droits de l'homme de la part du gouvernement éthiopien. Photo de David Holt, l'utilisateur de Flickr. CC BY 2.0

Le 30 mai à 15 heures, les Ethiopiens se sont retrouvés incapables d'accéder à Internet. La coupure [fr] semble être à l'échelle du pays.

Il semble que les autorités éthiopiennes ont coupé Internet [fr] dans tout le pays afin d'éviter que “les sujets d'examen ne soient publiés sur Facebook” avant les épreuves des examens de fin d'études secondaires organisées au cours des des deux semaines à venir.

24 heures après le début de la coupure totale d'Internet, le gouvernement n'a toujours pas voulu dire pourquoi.

Vingt-quatre heures après la coupure, le Ministre adjoint de la communication Zadig Abraha a déclaré à l'AFP que les données mobiles avaient également été désactivées.

Enfin, le gouvernement éthiopien a déclaré que la coupure d'Internet se poursuivra jusqu'au 8 juin 2017, motivée par la crainte d'une “fuite des sujets d'examen”.

L'année dernière, le gouvernement avait été contraint de reporter l'examen national d'entrée à l'université après que la session initiale a été marquée par une fuite sur Facebook. Des militants de la diaspora avaient publié les épreuves [fr] sur Facebook avant l'examen au début de juin 2016 quand le gouvernement a refusé de le réorganiser pour les étudiants qui ont manqué un semestre entier de cours en raison de manifestations.

Mais la coupure actuelle est différente des précédentes d'Internet mobile et de médias sociaux qui ont été imposées dans le but d'éviter les fuites d'examens. Elle est plus globale et sur une plus grande échelle, éliminant l’Éthiopie de la carte de l'Internet au nouveau mondial.

C'est particulièrement facile pour le gouvernement éthiopien, puisque tous les services Internet et téléphoniques du pays sont fournis par un fournisseur de services Internet public, Ethio Telecom. Cette coupure laisse ainsi les entreprises, les banques, les cybercafés d'Addis-Abeba et les sites des médias sociaux de même que gouvernementaux coupés du reste du monde, ce qui rend plus difficile leur travail quotidien.

À cause de la coupure : les banques sont hors service, les SMS lourds ne sont pas disponibles, les services GPS ne sont pas accessibles …

Cette grave mesure entraîne une question : les autorités essayent-elles vraiment d'empêcher les étudiants de tricher aux examens ou bien y a-t-il plus que ça ? En fait, ce n'est qu'une des diverses raisons que les autorités éthiopiennes ont utilisées pour justifier la censure et les coupures d'internet ces dernières années.

L'Éthiopie a bloqué l'Internet à trois reprises depuis que de grandes manifestations anti-gouvernementales ont éclaté en novembre 2015. Les réseaux téléphoniques mobile et fixe sont également paralysés dans une grande partie des deux plus grandes régions du pays, Oromia et Amhara, où les manifestations anti-gouvernementales sont revenues à l'ordre du jour ces deux dernières années.

Lorsque les autorités éthiopiennes ont déclaré l'état d'urgence en octobre 2016, elles ont officiellement bloqué l'accès à Facebook, Twitter et aux applications les plus populaires de messagerie comme Viber et IMO. Étant donné que la vitesse de l'Internet est déjà incroyablement lente, les plates-formes vidéo lourdes comme YouTube ont été inaccessibles même si elles ne sont pas bloquées officiellement.

Il y a seulement deux semaines, des militants à l'intérieur du pays ont indiqué qu'ils pouvaient enfin accéder à Facebook gratuitement, après de nombreux mois d'utilisation de VPN et d'autres outils de contournement pour se connecter au réseau social. Mais, avec la coupure totale actuelle dans l'ensemble du pays, ils sont maintenant plus isolés du reste du monde, et même les uns des autres, qu'avant.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site