Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le Monténégro répond à Trump qu'il n'est pas une menace pour la paix mondiale

Scène de rue typique de Podgorica, la capitale du Monténégro, où les citoyens préfèrent largement les plaisirs des terrasses de cafés sous le splendide ciel méditerranéen à l'élaboration d'imaginaires plans guerriers. Photo par Anton Nosik, via Wikipedia, CC-BY.

Une récente saillie du président américain Donald Trump a causé la controverse à propos de l’État balkanique du Monténégro, dont il a dit que l'‘agressivité’ pourrait déclencher une Troisième Guerre mondiale.

Le commentateur conservateur de Fox News Tucker Carlson interrogeait Trump sur l'article 5 du traité de l'OTAN, qui oblige ses membres à venir en aide à un autre État membre s'il est attaqué. Pour quelle raison les fils de l'Amérique devraient-ils partir défendre le Monténégro, le tout nouveau membre de l'OTAN ? Et Trump de répondre que “le Monténégro est un pays minuscule avec des gens très forts” qui “peuvent devenir agressifs, et bravo, vous êtes dans la 3e Guerre mondiale.”

Trump se dit inquiet des clauses de l'OTAN qui exigent des USA qu'ils viennent à la défense des autres pays membres.

La petite phrase a été critiquée par les chefs de la diplomatie et les législateurs étasuniens comme étant “un cadeau à Poutine”.

Par ailleurs, selon un article de Business Insider, l'échange sur Fox News fait une interprétation erronée du fonctionnement de l'article 5. Un membre de l'OTAN à l'origine d'une guerre “ne saurait invoquer l'article 5 et requérir l'intervention des USA parce qu'il ne s'agirait pas d'une attaque contre un membre de l'OTAN mais d'une attaque par un membre de l'OTAN.”

L'histoire récente du Monténégro : la pomme de discorde entre la Russie et l'OTAN

Avec un peu plus de 642.000 habitants, le Monténégro est le plus petit État des Balkans par la population. Il est devenu indépendant en 2006. La scène politique, dominée par la même élite depuis 28 ans, y est profondément polarisée entre un gouvernement pro-Union Européenne (UE) et pro-OTAN, et une opposition composée de partis accusés de liens avec les extrémistes de la Serbie voisine et avec le Kremlin.

En 2016, les autorités monténégrines ont annoncé qu'elles avaient déjoué une tentative de coup d’État appuyée en sous-main par la Russie avec le but supposé d'empêcher le pays d'adhérer à l'OTAN.

Le Monténégro est finalement entré à l'OTAN en juin 2017 malgré la désapprobation du ministère russe des Affaires étrangères, qui a proféré officiellement une menace de mesures de rétorsion.

Au fil du temps, le Monténégro a connu son premier éclat lié à Trump lorsque le président américain a semblé pousser le premier ministre monténégrin Duško Mirković lors d'une séance de photo de dirigeants de l'OTAN. Tandis que le premier ministre a parlé d'un geste “innocent”, l'opposition interne en a fait un prétexte à des manifestations anti-OTAN.

La vidéo ci-dessous donne en 8 minutes et demi une explication concise de l'histoire récente [en anglais].

Une fois de plus, le gouvernement monténégrin a réagi aux propos de Trump de façon conciliante, en insistant sur son dévouement à l'amitié et à l'alliance avec les États-Unis. Il a fait valoir que “Dans le monde d'aujourd'hui, l'important n'est pas que vous soyez grand ou petit, mais votre degré d'attachement aux valeurs de liberté, de solidarité et de démocratie.”

Le gouvernement du Monténégro : nous sommes fiers de notre histoire, notre amitié et alliance avec les USA est solide et permanente

De l'autre côté, le politicien monténégrin d'opposition Marko Milačić a dit ‘approuver Trump’ en ce qu'il “est entré dans la zone de convergence d'opinion avec les opposants à l'adhésion à l'OTAN qui depuis des années posent la question symétrique : pourquoi les soldats monténégrins devraient-ils aller se battre à travers le monde pour défendre des peuples qu'ils étaient incapables de trouver sur une carte la veille” ? De même, il n'a pas pris au sérieux l'affirmation sur la 3e Guerre mondiale, “une blague”.

Milačić est un conservateur opposé à l'adhésion tant à l'OTAN qu'à l'UE, et on le voit brûler un drapeau de l'OTAN sur la vidéo ci-dessus. Ses autres priorités sont les valeurs familiales et le refus du mariage des personnes de même sexe.

Ce sont les USA qui ont invoqué en dernier lieu l'article 5 du traité de l'OTAN, après le 11 septembre 2001, ce qui a conduit à l'opération de l'OTAN en Afghanistan, avec une participation directe du Monténégro depuis 2010 avant même qu'il devienne membre.

Quelques possibles motivations du cliché trumpien du “Monténégrin fort”

L'affirmation que le Monténégro pourrait se lancer dans une guerre contre un pays ennemi beaucoup plus gros rappelle de nombreuses blagues en vogue dans l'ex-Yougoslavie.

Dans les Balkans, les Monténégrins ont une réputation de résistance chevaleresque aux invasions étrangères, depuis l'Empire ottoman jusqu'à la lutte contre le fascisme pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils ont aussi une réputation d'alliés loyaux une fois qu'ils ont conclu un pacte de par leur libre choix.

C'est ainsi que l'ancien Royaume du Monténégro a déclaré officiellement la guerre au Japon en 1904 en démonstration de soutien à son allié d'alors l'Empire russe pendant la guerre russo-japonaise. Il existe même une légende selon laquelle un officier monténégrin s'est rendu en solitaire en Extrême-Orient pour rejoindre les troupes russes comme volontaire, et a vaincu un samouraï en duel.

Alors que la culture monténégrine devenait moins militariste dans les décennies qui ont suivi la Seconde guerre mondiale, le contraste entre la taille du pays et le stéréotype des fiers et inflammables montagnards a été exploité par de nombreuses blagues, comme celle très connue sur une guerre avec le pays le plus peuplé du monde :

Pričaju dva Crnogorca:
– Znaš li mrčo da smo zaratili sa Kinezima?
– Znam. A koliko ih ima?
– Milijardu i dvjesta miliona.
– Kuku nama! Đe ćemo sahranit’ tolike ljude?

Dialogue entre deux Monténégrins :
– Tu sais qu'on a déclaré la guerre aux Chinois ?
– Je sais. Ils sont combien ?
– Un milliard deux cents millions.
– Oh là là ! Où est-ce qu'on va enterrer tous ces gens ?

On ne dispose d'aucune information sur ce qui a pu faire rendre familier à Trump le stéréotype du “Monténégrin fort”. Une théorie veut que sa femme Melania, qui a grandi en Yougoslavie, a pu avoir été exposée à cet élément de culture populaire, mais il n'y a aucune preuve publique enregistrée que Trump ait gagné d'elle une connaissance aussi fine des Balkans.

La résistance récente à la tentative de coup d’État a aussi montré que la détermination monténégrine à tenir tête aux ingérences hostiles (cette fois, de la Russie) n'est pas une blague, et a pu avoir fait impression sur les conseillers de Trump, ou sur le président russe Vladimir Poutine, avec qui il vient d'avoir une conversation privée.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site