Un pasteur nigérian fait circuler des conspirations et la désinformation sur le COVID-19

L'église cathédrale du Christ Marina à Lagos est la plus ancienne cathédrale au Nigéria. Image par dotun55, le 25 mars 2015, via CC BY-SA 2.0.

[Sauf mention contraire, tous les liens de cet article renvoient à des pages en anglais, ndlt]

Consultez le dossier spécial de Global Voices sur l'impact du COVID-19 dans le monde.

Lorsque l'on aborde les fausses informations associées au coronavirus, cela va généralement de pair avec une période de chasse ouverte aux pasteurs évangéliques nigérians. En tant que dispensateurs de désinformation, plusieurs pasteurs se sont opposés aux mesures de confinement imposées par le gouvernement, qui auraient un impact sur les fermetures des églises.

Au 13 mai, le Nigéria compte 4 971 cas confirmés de COVID-19, avec 164 morts et 1 070 personnes guéries.

Théories du complot et désinformation

Capture d'écran d'une vidéo YouTube du pasteur Chris Oyakhilome.

Le pasteur Chris Oyakhilome de LoveWorld Incorporated (également connue sous le nom d'ambassade du Christ), à Lagos au Nigéria, a tenu quelques propos loufoques depuis la début de la pandémie dans le pays. 

Ce pasteur prônant la prospérité flamboyante fonde sa prédication sur la théologie ou évangile de prospérité [fr], une doctrine soutenue par certains chrétiens évangéliques, selon laquelle les bénédictions financières sont les manifestations du dessein de Dieu en leur faveur. Oyakhilome est à la tête d'une fortune de 30-50 millions de dollars américains et son église compte près de 13 millions de membres à l'intérieur et à l'extérieur du Nigéria.

Le 8 avril dernier, Monsieur Oyakhilome a prononcé un sermon vu plus de 12 000 fois sur YouTube, dans lequel il a affirmé que l'introduction de la technologie 5G a été responsable du déclenchement de la pandémie du coronavirus. Il a aussi prétendu que l'administration du vaccin contre le COVID-19 serait utilisée comme stratégie pour l'instauration d'un « nouvel ordre mondial » dirigé par l'anti-Christ.

La 5G est une technologie de communications sans fil de cinquième génération, prenant en charge les réseaux de données cellulaires. 

Deux autres pasteurs nigérians, Sam Adeyemi et Matthew Ashimolowo, ont démenti les affirmations de Monsieur Oyakhilome. 

Monsieur Ashimolowo a rejeté les allégations comme étant des « théories du complot qui n'ont rien à voir avec l'anti-Christ » selon le Premium Times, un journal en ligne du Nigéria. « Cela a toujours été dans la nature des leaders chrétiens d'instiller la peur dans l'esprit de leurs membres » face à un  « événement mondial majeur », a ajouté Monsieur Ashiumowo.

Le pasteur Sam Adeyemi démolit l'ignorance, les powerpoints et la désinformation en l'espace de 2 minutes, grâce à une simple recherche et une lecture sur internet sur une ancienne pandémie. Si seulement les gens pouvaient effectuer leurs propres recherches avant de donner du crédit aussi facilement à des théories du complot… 💭 pic.twitter.com/9Aq88IlaeX

— ✨👑 DaddyMO👑✨ (@therealdaddymo1) 8 avril 2020

Monsieur Adeyemi, le pasteur principal du Centre chrétien Daystar, a fait remarquer que la pandémie grippe espagnole de 1918 avait elle aussi touché le Nigéria, et entraîné la fermeture des églises,  des mosquées, des écoles et des marchés. 

Une semaine plus tard, Monsieur Oyakhilome s'est rétracté, précisant qu'il était seulement opposé aux
« risques sur la santé » du réseau 5G.

Les répercussions sur la santé publique du colportage de ces théories de conspiration ont de grandes conséquences. Le sénat nigérian a d'ores et déjà, ouvert une enquête sur le statut de la 5G et son impact potentiel sur la santé des citoyen·ne·s.

Malheureusement, comme la plupart des théories sur le COVID-19 liées à la 5G, il n'existe simplement 
« aucune hiérarchie de crédibilité », écrit la journaliste Amy Davindson du New Yorker. Le coronavirus est un virus transmis entre humains par des gouttelettes comme la salive.

Les ondes radio utilisées pour la 5G sont de la radiation non ionisante, qui, selon l'Agence de protection environnementale des États-Unis, « dispose de suffisamment d'énergie pour mettre en mouvement les atomes et provoquer leur vibration », mais pas assez « pour arracher les électrons aux atomes ».

Par conséquent, les ondes radio 5G n'ont pas la capacité de générer suffisamment d'énergie pour provoquer une hausse de température au corps humain ou affaiblir le système immunitaire.
« L'affirmation selon laquelle la 5G affaiblirait le système immunitaire ne tient pas la route face à un examen approfondi », a déclaré à la BBC Simon Clarke, professeur de microbiologie cellulaire à l'université de Reading. 

Pourtant, les fanatiques comme Monsieur Oyakhilome continuent à répéter ces idées fausses. 

Chris Oyakhilome a dit n'importe quoi pendant la période du COVID-19. Irresponsable au point de paraître dérangé. Une catastrophe. Une disgrâce absolue. Pour ceux qui sont toujurs programmés ou suffisamment dupes pour être en adoration devant son visage couvert de talc et son accent maniéré, nous vous présentons – la démystification. https://t.co/tlXn5rsM6b

— Molara Wood (@molarawood) 7 mai 2020

Apparemment ni le coronavirus, ni la 5G, ni la conspiration anti-Christ n'ont découragé Monsieur Oyakhilome d'amplifier davantage la désinformation.

Dans la vidéo ci-dessus, Monsieur Oyakhilome qualifie le port de masques pour atténuer la propagation de COVID-19 d'« adhésion à la science ». Au début de l'épidémie, il a rappelé à ses fidèles que l'Organisation pour la Santé Mondiale (OMS) et le Centres pour le contrôle et la prévention des maladies(en anglais : Centers for Disease Control and Prevention ou CDC) avaient déclaré que « les masques fonctionneraient pas ». Il estime que « Porter [un masque], c'est politique, c'est normal. Mais personne ne devrait nous mentir en disant [cela] c'est de la science… En réalité, scientifiquement parlant, c'est dangereux pour la santé. Voilà la vérité ».

Au début, il y a eu une certaine confusion concernant les avantages du port du masque en public. Cependant, cette période a été de courte durée.

Plusieurs scientifiques éminents, notamment Camilla Rothe et ses associés de l'hôpital universitaire LMU de Munich en Allemagne, et Lirong Zou avec d'autres membres du Centre pour le contrôle et la prévention des maladies de la province de Guangdong à Guangzhou en Chine, ont tous⋅tes recommandé le port de masques ou de linges sur le visage pour limiter la propagation du virus. 

Se reposant sur ces preuves scientifiques, le CDC a recommandé, le 13 avril, le port de masques ou de
« linge recouvrant le visage dans les lieux publiques où les mesures de distanciation sociale sont difficiles à appliquer (c'est-à-dire les magasins d'alimentation et les pharmacies) – particulièrement dans les lieux de transmission communautaire sensible » [insistance du CDC].

De même au Nigéria, le NCDC (Centre de contrôle des maladies du Nigéria) a encouragé [pdf] le port de masques en tissu « comme couche supplémentaire » de prévention contre la transmission du coronavirus.

Monsieur Oyakhilome a omis de faire mention de tous ces conseils dans son discours.

En outre, il se contredit en affirmant que, « si [le port du masque] c'est scientifique, alors on peut en débattre ». Il s'agit plutôt d'une déduction irresponsable, comme si les preuves scientifiques étaient de simples opinions sujettes à débat.

Cela n'est pas totalement surprenant, ses déclarations sans fondement n'ont rien de nouveau.

En 2004, la Nigerian Broadcasting Corporation (service de télé et radiodiffusion nigérian) avait interdit la diffusion de miracles « non-vérifiés » sur les réseaux nationaux. Deux ans plus tard, M. Oyakhilome a requalifié cette interdiction de « complot envers le Dieu Tout-puissant et ses anges », ayant fait obstacle à ses efforts pour faire valider ses miracles. 

Les églises poussées au confinement

Le 30 mars, le gouvernement nigérian a publié des ordonnances de confinement à domicile pour 14 jours dans deux États clés, Lagos et Ogun, ainsi qu'à Abuja, la capitale du pays — qui ont plus tard été prolongées jusqu'au 13 avril, pour deux semaines supplémentaires. En outre, les grands rassemblements religieux et sociaux ont également été interdits au Nigéria.

Le 4 mai, le président Buhari a annoncé l'assouplissement des confinements à Lagos, Ogun et Abuja. Cependant, les lieux de culte restent soumis à la fermeture.

Le 30 avril, M. Oyakhilome s'est insurgé contre le confinement systématique, parce qu'il considère que l'église est « un lieu de guérison ».

So, those of you who love to run around government officials to get your validation, come and get COVID-19 compliant registration for your church. That is the last day Jesus will be in that church. But that is coming.

Alors, ceux d'entre vous qui aiment courir après les fonctionnaires du gouvernement pour obtenir leur validation, venez vous faire enregistrer conformément à la norme COVID-19 pour votre église. C'est le dernier jour où Jésus sera dans cette église. Mais cela va arriver.

Cependant, M. Oyakhilome n'est pas le seul à penser ainsi. David Oyedepo, l'évêque président de Living Faith Worldwide (en français : Église mondiale de la foi vivante), s'est également demandé pourquoi les marchés étaient ouverts alors que les églises restaient fermées.

L'évêque Oyepedo partage quelques réflexions sur le récent assouplissement partiel du confinement. Qu'en pensez-vous ? pic.twitter.com/UdZNfX1mxI

— Naija (@Naija_PR) 6 mai 2020

Dans une vidéo, Monsieur Oyepedo a expliqué en quoi le confinement permanent pour les églises était une attaque démoniaque : « Il y a anguille sous roche. Les forces des ténèbres influencent les gens à différents niveaux, en raison de la croissance de l'église qui représente la plus grosse migraine pour le diable », a-t-il déclaré.

La Chapelle des Vainqueurs de M. Oyepedo possède plusieurs branches dans plus de 300 villes du pays. Les sièges de l'église à Otta, dans l'État de Ogun, au sud-ouest du Nigéria, accueille un auditorium de
50 000 places, renommé pour être un des plus grands auditoriums ecclésiastiques du monde.

Réputé pour être un des pasteurs nigérians les plus fortunés, M. Oyepedo est le fondateur de l'université confessionnelle du couvent.

Il convient de noter que toutes les activités économiques n'ont pas encore été relancées.

Ainsi, affirmer que le confinement  prend pour cible les églises n'est pas tout à fait exact. Les rassemblements sociaux et les écoles – qui attirent également beaucoup de monde – demeurent suspendus.

Dans le même temps, beaucoup de chrétiens au Nigéria ont eu la possibilité de satisfaire leurs besoins spirituels au travers de services diffusés sur internet. Ce qui est plus raisonnable, plutôt que d'exposer les gens à des risques inutiles.

Les prédicateurs qui devraient collaborer avec les gouvernements locaux, étatiques et fédéraux pour s'assurer que les gens respectent les instructions du gouvernement deviennent fous ? Quel est leur problème ?

— Jola (@Jollz) 7 mai 2020

Il semble que ces pasteurs aient besoin des sages conseils de leur collègue, Ignatius Kaigama, un archevêque catholique d'Abuja, qui a insisté sur le fait que les pasteurs devraient avoir pour seul objectif de conduire leur troupeau vers le ciel « que le coronavirus soit à l'oeuvre ou non »

Ailleurs, des leaders d'église ont exprimé l'amour chrétien pour les plus vulnérables et aux mourants de diverses manières. Par exemple, l'église catholique a fait don de 425 hôpitaux et une église évangélique de Lagos a fait don de son auditorium au gouvernement pour qu'il soit utilisé comme centre d'isolement.

Ces initiatives sont un meilleur modèle à suivre que le colportage de théories du complot, de désinformation et de confusion pendant une crise sanitaire mondiale.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site