Liberté promise à Kavaan, « l'éléphant le plus solitaire au monde »

L'image montre un éléphant dans un petit enclos. Il se jette de la terre sur le corps à l'aide de sa trompe. Face à lui, des enfants et des adultes, agrippés au grillage, assiste à la scène, qui se déroule en plein jour sous le soleil.

Un éléphant dans un zoo du Pakistan. Image via Wikipédia réalisée par Mfawadazhar, sous licence CC BY-SA 4.0

[Sauf mention contraire, tous les liens renvoient vers des pages en anglais, ndlt.]

Kavaan, unique éléphant d'Asie du Pakistan, a été maintenu enfermé au zoo de Marghazar à Islamabad, depuis plus de trois décennies.

Depuis longtemps, les défenseurs des droits des animaux dénoncent les mauvais traitements infligés à l'éléphant et, en 2015, ils ont entrepris une campagne pour sauver l'éléphant Kavaan du zoo, avec le soutien de la pop star Cher. En mai 2020, la Haute Cour d'Islamabad s'est prononcée en faveur du transfert de Kavaan, d'Islamabad vers un sanctuaire approprié.

L'éléphant le plus solitaire au monde

Le gouvernement sri-lankais avait fait don de Kavaan, alors tout jeune, au Pakistan en 1985 dans un effort visant à renforcer les relations bilatérales entre les deux pays. En 1990, Saheli, un compagnon originaire du Bangladesh, a rejoint Kavaan. Puis, en 2012, Saheli décède, et Kavaan devient “l'éléphant le plus seul au monde“. Il a alors montré des signes de léthargie, de stress, et plus tard d'agressivité, conduisant ses gardiens à le faire enchaîner.

Le journaliste Kasim Abbasi a tweeté :

Kavaan a été désigné comme “l'éléphant le plus solitaire du monde” par le quotidien The Guardian.

[description image]
L'image montre un plan serré d'un éléphant et d'un homme qui se trouvent face à face. L'homme a ses mains posées sur sa trompe. En arrière plan, on distingue des arbres, une forêt. La scène se passe à l'extérieur en journée.

Un long combat pour libérer Kavaan

En 2015, une vétérinaire nommée Samar Khan a lancé une pétition en ligne pour faire retirer les chaînes de Kavaan et pour souligner le triste état de l'éléphant et son isolement. Samar Khan a également ouvert une page Facebook, intitulée “Free Kavaan The Elephant” (Libérez l'éléphant Kavaan) pour faire connaître le triste sort de l'éléphant.

L'artiste Cher [fr] a fait campagne pour la libération de Kavaan, à travers sa fondation, Free The Wild (Libérez les animaux sauvages), dont le but est de protéger les animaux sauvages en captivité.

Lors d'une réunion d'urgence du Conseil de gestion de la faune sauvage d'Islamabad (IWMB), en juillet 2020, le gouvernement pakistanais a offert de déplacer Kaavan d'Islamabad vers le sanctuaire de Lek au Cambodge, où il pourra rejoindre plus de 80 autres pachydermes, et bénéficier des soins de spécialistes de la faune sauvage.

La relocalisation interviendra avec l'aide de Four Paws International, organisation autrichienne de protection des animaux, qui a contribué au sauvetage de plus de 30 animaux de zoo au Pakistan.

La construction du conteneur qui transportera Kavaan au Cambodge est déjà achevée, avec le soutien de Free The Wild, et celui-ci est agrémenté d'œuvres d'art traditionnelles.

MESDAMES ET MESSIEURS ! VOICI LE CONTENEUR DE TRANSPORT DE #KAAVAN !#Kaavan #LibérezKaavan #nature #Islamabad #Pakistan #éléphant #Zoo #Islamabadzoo #faunesauvage #margallahills #faunesurTerre #sanctuaire #quatrepattes #libérezlesanimauxsauvages #suzie #bubloo@ftwglobal @fourpawsint @anikasleem @FaisalAminKhan @aminattock

[description image]
L'image est découpée en 4 parties. On peut voir le conteneur, qui servira à relocaliser un éléphant ou autre animal, sous différents angles. Les deux côtés du conteneur illustrent l'univers sauvage de l'éléphant, avec deux fenêtres grillagées. Sur le devant, on observe une multitude de dessins et/ou œuvres d'art, différents graphismes comme le dessin d'une autruche. L'entrée du conteneur a une affichette en haut, sur laquelle est écrit “PRINCIPAL”. Sur le dernier plan, on voit les artistes à l'œuvre et le plan est plus resserré, faisant apparaître les détails des illustrations.

Un espoir pour les autres animaux du zoo de Marghazar

Ainsi, le 22 mai, la Haute Cour d'Islamabad (IHC) a enjoint l'IWMB de relocaliser tous les animaux du zoo de Marghazar vers des sanctuaires, y compris l'éléphant Kavaan.

La Haute Cour a ordonné la relocalisation des 800 animaux et oiseaux vers leurs sanctuaires respectifs.
L'incompétence de la direction du zoo d'Islamabad et du Conseil de la faune sauvage en charge, a déjà causé la perte de nombreux autres animaux, lion, lionne, autruche, antilope Nilgaut (nilgai or blue bull), zèbre, au cours des procédures de capture et de transport des animaux.

[description image]
La première image montre un homme de dos, derrière les grilles d'un enclos. On distingue le feu à l'intérieur et des animaux. L'image est floue en raison des fumées générées par le feu. La seconde image montre deux plans : le plan très petit, en bas de l'image, d'un présentateur et le titre “Breaking news” (Édition spéciale) à côté de la même première image. Le titre est en gros caractères et le panneau comporte aussi un titre en ourdou.

Parmi les 917 animaux et oiseaux du zoo, 513 ont été perdus lors de la relocalisation, et dix autres ont péri, dont deux lions qui ont succombé après avoir inhalé des fumées allumées par leurs maîtres dans le but de les effrayer. Les autres animaux ont été transférés sans encombre par l'IWMB.

Bablo et Suzie vont enfin partir pour la Jordanie.
Des licences d'exportation vont être délivrées.#suizeetbablu #kavaan #zood'islamabad #joie

[description vidéo]
La vidéo dure 11 secondes. Une personne, au travers d'un grillage, filme un ours dans un petit enclos. L'ours a un comportement inhabituel, il se balance de gauche à droite sans interruption. Il y a des barreaux et un grillage tout autour de son enclos, qui est délimité par un muret. La vidéo est tournée en journée.

En août 2020, des experts de Four Paws se sont rendus au Pakistan. Depuis, le docteur égyptien Amir Khalil, directeur de Four Paws, s'est occupé de l'éléphant Kavaan, l'a dressé, a chanté pour lui et a joué avec lui. Le docteur Amir Khalil, lequel a évalué les conditions de vie à Marghazar et les a jugées néfastes pour les animaux, a dirigé la campagne pour leur relocalisation.

Soulagement en perspective pour #Kaavan avec la délivrance d'un permis de relocalisation au Cambodge.
🐘Kavaan sera transféré vers un sanctuaire au Cambodge sous un mois. Le gouvernement cambodgien a délivré, vendredi, un permis pour le transfert de Kavaan, du zoo d'Islamabad vers un sanctuaire local
— OPEN🐘UNIVERSITY of ELEPHANTS (@OElephants) October 26, 2020

[description image]
L'image montre trois hommes en train de nourrir un éléphant. On distingue le visage et la trompe de l'animal. Avec sa trompe, il attrape la nourriture que les hommes lui tendent. Une grande bassine contient plusieurs aliments.

Les défenseurs des animaux au Pakistan œuvrent depuis longtemps pour l'amélioration des conditions de vie des animaux dans les zoos, et aussi pour faire cesser l'abattage des chiens et les autres formes de cruauté. Faryal Haque, un activiste pour le bien-être animal qui réside à Islamabad, a déclaré à Global Voices que :

Kavaan has come back to life because of Four Paws and efforts of Dr Amir Khalil. They have become good friends. But it is a pity the way animals in the Islamabad Zoo were kept. It is time to put an end to these zoos and move towards digital zoos and let animals live in their natural habitat.

Grâce à Four Paws et aux efforts du Dr Amir Khalil, Kavaan a repris goût à la vie. Ils sont devenus de bons amis. Mais il est regrettable que les animaux du zoo d'Islamabad soient maintenus en captivité dans des conditions déplorables. Le temps est venu de mettre un terme à ces zoos et de passer aux zoos virtuels, et ainsi de permettre aux animaux de vivre dans leur habitat naturel.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site