Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Guinée : Allégations de fraude à l'approche du deuxième tour des élections

Une élection présidentielle se déroule en ce moment en Guinée, et les résultats officiels du premier tour sont sur le point d'être proclamés. Le second tour est fixé au 1er août car l'examen des allégations de fraude a repoussé la date originellement prévue du 18 juillet. Les sondages officieux du premier tour semblent indiquer que Cellou Dalein Diallo et Alpha Condé auraient de bonnes chances de figurer au second tour.

Malgré les allégations ponctuelles de fraude, l'impression générale est  de soulagement et de satisfaction que le scrutin se soit déroulé jusqu'à présent dans le calme et avec une participation remarquable. Il y a aussi eu une importante augmentation des débats en ligne en rapport avec les élections. Les blogueurs ont traité plusieurs thèmes, depuis les allégations de fraude qui ont émergé, jusqu'au déroulement paisible des opérations, en passant par le souci que les aspects ethniques aient pu déterminer le choix de la plupart des électeurs.

Les autorités ont aussi révélé hier qu'elles avaient déjoué un complot pour déstabiliser le second tour de l'élection (source: la Voix de l'Amérique [en anglais] et BBC Afrique).

La fraude a été discutée en long et en large dans la blogosphère guinéenne, dès avant le premier tour de scrutin. Guinee58 publie un fac-similé du bulletin de vote mis à la disposition des électeurs au premier tour :

Bulletin de vote, photo avec la permission de http://Guinee50.com

Laura Hirahara sur Impunity watch donne le contexte des allégations de fraudes et de celles qui ont été  confirmées:

Le premier tour du vote le 27 juin, auquel 77 % des électeurs guinéens inscrits ont pris part, s'est déroulé sans violence.  Néanmoins, depuis l'annonce des résultats par la Cour Suprême de Guinée, beaucoup des 24 candidats qui n'atteignent pas le second tour ont déposé des plaintes officielles de fraude. La commission électorale chargée d'enquêter sur les irrégularités de vote a confirmé “de nombreux cas de fraude,” s'ajoutant aux réclamations qui ont été faites.

Des détails de  fraudes dans quelques villes du nord du pays ont été rapportés en ligne. A Faranah et Siguiri, les allégations suivantes ont été émises [en anglais] :

A Faranah, le chef du quartier  a été surpris en train de voter au Bureau N° 346, avec 75 (Soixante quinze) cartes d’électeurs subtilisées. Ensuite, dans la Commune urbaine de Siguiri,  la commission administrative de centralisation des votes n’a pu dépouiller  que 2 Bureaux sur 71. Le reste des résultats sont arrivés dans la salle, sans enveloppes sécurisées.

Conakry photo Flickr http://www.flickr.com/photos/attawayjl/

Siaka Kouyaté sur Actu Guinee rapporte deux arrestations pour contrefaçon de cartes d'électeurs :

Le commerçant dénommé Diallo Sadakadji et son fils, tous deux coupables d’édition et de distribution de près d’un million de fausses cartes d’électeurs, ont été arrêtés hier, mercredi, 30 juin 2010, à leur domicile à Kaporo, dans la Commune de Ratoma.

Les Electeurs Testeurs souhaiteraient aller au-delà des allégations de fraude et s'interrogent sur ce que réserve le second tour pour l'avenir de la Guinée alors qu'ils vont de l'avant :

Pour le reste, le repli identitaire ne marchera plus. Il faut des alliances. Et seule l’objectivité pourra guider désormais le choix des autres ethnies en majorité les jeunes à aller vers l’un des deux candidats en liste pour le second tour de la présidentielle.

Les Electeurs Testeurs discutent ensuite de l'ethnocentrisme comme facteur dans le choix électoral pour estimer qu'il a été gonflé dans les médias, et que les Guinéens ont su voir au-delà des considérations ethniques :

Contrairement à cette image véhiculée par les medias, celle d’une Guinée où la réconciliation serait utopique, nous avons vu une autre Guinée durant ces campagnes qui s’achèvent. Les populations de la Guinée profonde ont su réservé cette surprise à tous les candidats en se mettant au dessus des clivages ethniques. Mais malheureusement, un incident a troublé cette atmosphère paisible hier. C’est une première et encore une fois c’est l’intérêt national qui a prévalu. La Guinée est et reste une famille.

L'atmosphère non-violente a été appréciée partout étant donné l'incidence des années passées. La presse convient que l'étape a été importante. Le journaliste Souleymane Diallo donne son opinion sur le blog Guinea Oye [en anglais] :

la première élection libre du pays depuis l'indépendance de la France en 1958 fut “une renaissance, un pas important dans la libération de la Guinée. Jusqu'à maintenant il n'y avait jamais eu de véritable élection en Guinée. C'est la première fois qu'il était impossible de connaître le nom du futur président la veille du scrutin”

Tous les Guinéens espèrent que la patience et la raison prévaudront avec la publication des résultats du premier tour. Un observateur électoral propose l'avis suivant sur les opérations électorales jusqu'à présent [en anglais] :

Ils ont été patients, ils ont été extrêmement accommodants et, je crois, réellement soulagés, parce qu'ils n'avaient jamais eu de scrutin dans ce pays qui n'ait été manipulé par le régime au pouvoir. Il y a donc une impression qu'ils veulent vraiment le changement et ils sont de si bonne humeur

L'auteur guinéen de Global Voices (et traducteur pour GV en français) Abdoulaye Bah a fourni les liens de cet article.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site