Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La centrale hydroélectrique d'Inambari au Pérou provoque le rejet

[liens en espagnol] Le projet de la centrale hydroélectrique d'Inambari a de nouveau fait parler de lui dans les médias péruviens après la récente publication de deux décrets d'urgence, qui suppriment l'obligation pour diverses autorités administratives d'étudier l'impact environnemental : la centrale hydroélectrique d'Inambari fait partie des projets relevant de ces décrets d'urgence.

Mais en quoi consiste ce projet ? Selon le site officiel qui lui est consacré, Proyecto Inambari, il s'agit de construire une grande centrale hydroélectrique sur le fleuve Inambari, dont le cours traverse les régions amazoniennes de  Puno, Cuzco et Madre de Dios. Ce serait le cinquième plus grand barrage  de la région, générant une capacité électrique de 2200 Mégawatts, et dont la construction requièrerait un investissement de quatre milliards de dollars US.

inambari gente

Habitants du río Inambari. Photo: aimable autorisation de Andrew Dare.

Le projet a suscité dès le début l'opposition des habitants, d'abord en raison de l'imminent impact écologique  et parce que 101 kilomètres de la route interocéanique sud se retrouveraient submergés par la retenue, ensuite, parce que, bien sûr, il implique le déplacement et le relogement des quelques  60 localités de Puno, Madre de Dios et Cusco, ceci, en de nombreux cas, contre la volonté des habitants qui ne souhaitent pas être obligés de quitter leurs villages. Toutefois, les autorités locales ont exprimé leur soutien au projet d'Inambari.

Le parlementaire Johnny Lescano insiste sur l'impact que cette centrale aurait sur l'écosystème : selon les rapports établis par Egasur, l'entreprise promotrice du projet, le barrage  a) causera la perturbation des cycles biologiques de la flore et de la faune aquatique, b) représentera  une perte de forêt, la mort d'animaux et même  l'extinction d'espèces locales, c) accroîtra le risque de maladies comme la malaria, la fièvre jaune, la dengue,  etc., et d) générera des gaz toxiques à effets de serre, dûs à la décomposition de la flore noyée, qui émettront plus de  69 millions de tonnes de  CO2.

Pablo Raúl Fernández, indique, dans Sociología Política, les incohérences juridiques présumées relatives à ces récents décrets d'urgence qui donneraient le feu vert au projet :

Nadie entiende cómo una norma con rango de ley, que el Poder Ejecutivo sólo puede dar en caso de urgencia económica y financiera, termine abordando temas ambientales y lo que es peor, eliminando requisitos fijados para obtener una concesión en esta materia. Por ello muchas instituciones, como el Instituto de Defensa Legal, están reclamando la inconstitucionalidad de esos decretos. Asimismo, esta semana se han pronunciado diversas organizaciones que siguen con preocupación el caso de las grandes hidroeléctricas que incluyen represas en la selva peruana…

Personne ne comprend comment une disposition réglementaire ayant statut de loi, que le Pouvoir exécutif peut seulement employer en cas d'urgence économique et financière, finit par aborder des sujets environnementaux et pire encore, par supprimer les obligations fixées pour obtenir une concession en la matière. De fait, beaucoup d'institutions, comme l'Institut de Défense juridique, réclament l'inconstitutionnalité de ces décrets. De la même manière, plusieurs organisations ont fait savoir cette semaine qu'elles suivent avec inquiétude le cas des grandes centrales hydoélectriques qui incluent des barrages dans la forêt péruvienne…

Ewing Jesús Falla, du blog Nauseapolítica réclame des candidats à la présidence qu'ils s'occupent du sujet :

Lejos de defender nuestra Amazonía, se la viene subastando para beneficiar a Estados vecinos… La cuestión ahora es saber si los candidatos a la Presidencia en el Perú, van a priorizar temas como este o si sólo van a bendecir las atrocidades y corruptelas que deja el gobierno aprista liderado por quien ha resultado ser el mejor vendedor de nuestros recursos: el señor Alan García Perez. El tema esta en la mesa, los ciudadanos peruanos esperamos sus respuesta señores candidatos !!

Loin de défendre notre Amazonie, on la vend aux enchères pour qu'elle profite aux Etats voisins… La question maintenant est de savoir si les candidats à la Présidence du Pérou vont faire une priorité des sujets tels que celui-ci ou s'ils vont seulement approuver les atrocités et les abus que nous lègue ce gouvernement Apriste dirigé par celui qui s'avère être le meilleur pour vendre nos ressources: Monsieur  Alan García Perez. Le sujet est sur la table, nous, les citoyens péruviens, nous attendons vos réponses, messieurs les candidats!!

Cependant, il faut aussi tenir compte de ce qui a été souligné par J. Francisco Canaza dans son blog Apuntes Peruanos:

Hace más de cinco años señalamos que Brasil iba a requerir más energía a cargo de sus ratios de desarrollo. Y que, o la obtenía de Bolivia o de nosotros. (…) La situación nos ha puesto en el casi deber de ser proveedores. Ante esta circunstancia, lo necesario es establecer el cómo cumplir con esas necesidades sin destruir nuestros recursos, tanto energéticos como naturales. Se necesita establecer un modelo en el que se desarrolle socialmente la zona sur del país sin perjudicar el entorno natural.

Cela fait plus de cinq ans que nous signalons que le Brésil allait avoir besoin de plus d'énergie en raison de ses taux de développement. Et que, soit il l'obtenait de la Bolivie soit de nous. (…) La situation nous a presque obligés à servir de fournisseur. Dans ces circonstances, ce qu'il faut c'est établir la manière de satisfaire ces besoins sans détruire nos ressources, tant énergétiques que naturelles. Il est besoin d'établir un modèle permettant à la zone sud du pays de se développer sans porter atteinte à l'environnement naturel.
Transporte fluvial público. Inambari.

Transport fluvial public. Inambari. (Photo: aimable autorisation de Andrew Dare).

Pendant ce temps, le Président Alan García a laissé entendre que les décrets pourraient  “être réévalués par le Conseil des Ministres “; le parlementaire Johny Lescano a annoncé qu'il présentera une demande d'inconstitutionnalité contre ces Décrets d'Urgence ; et le vice-Ministre de l'Energie, Daniel Cámac, a fait publier un communiqué de presse soulignant que le projet Inambari ne sera pas réalisé tant que l'Entreprise productrice d'électricité  sud-amazonienne  (Egasur) n'obtiendra pas une licence sociale.

Le débat s'est étendu à Twitter. L'ex-parlementaire, Javier Diez Canseco (@javierdcc), fait ce commentaire:

@javierdcc Inambari: poderosos intereses en juego, grandes constructoras d Brasil d dudosa reputación por irregilaridades,y un fuerte impacto ambiental

@javierdcc Inambari: de puissants intérêts en jeu, de grandes entreprises de construction brésiliennes à la réputation douteuse du fait d'irrégularités et un fort impact environnemental

Tandis que l'utilisateur  Aber Ver-Val (@catadioptrico) lui répond:

@catadioptrico @javierdcc asi como estas en contra de inambari,xq no dices nada de todo el microtrafico de madera hecha por peruanos en las narices d todos.

@catadioptrico @javierdcc comme ça, tu es contre Inambari, pourquoi ne dis-tu rien de tout le petit trafic de bois fait par les Péruviens sous le nez de tous ?

Diego (@lokerias) réclame que le sujet fasse son entrée dans la campagne électorale :

A Garcia le convienen los enfretamiento entre los candidato, asi, no nos preocupamos por Inambari , atención ¡¡ investiguen ¡¡

L'affrontement entre les candidats arrange Garcia, ainsi, nous ne nous préoccupons pas d'Inambari, Attention! Enquêtez !

Emma Robles (@RosaEmma89) convie le candidat, Alejandro Toledo, à se prononcer sur le sujet :

@RosaEmma89 @atoledomanrique , tómese la molestia de responder al electorado si está o no a favor de la construcción de la hidroeléctrica inambari.

@RosaEmma89 @atoledomanrique, prenez la peine de répondre à l'électorat si vous êtes ou non en faveur de la construction de la centrale hydroélectrique d'Inambari.

MonicaSol (@monicasol_35) s'interroge sur l'impact environnemental :

@monicasol_35 @carlos1cd la mineria informal en MDD [la región Madre de Dios] lleva casi 40 años, encima se viene la represa de Inambari y los pozos petrolíferos caletas [“escondido” en jerga peruana] de HuntOil.

@monicasol_35 @carlos1cd l'industrie minière illégale à MDD [la région de Madre de Dios] dure presque depuis 40 ans, à laquelle viennent s'ajouter le barrage d'Inambari et les puits pétrolifères cachés de HuntOil.

Ana Karina (@Apioverde) s'interroge sur les 101 km de route qui se retrouveraient submergés :

¿No que la carretera será inundada por la hidroelectrica de Iñambari? Pregunto nomás.

La route ne sera-t-elle pas inondée par la centrale hydroélectrique d’ Iñambari? Je demande juste comme cela.

La question de l'énergie destinée au Brésil est abordée par Rosario Linares :

@maroliva22 La energía de la CH Inambari, no será del Perú sino de los brasileros, pero Alan tenía que aceptar la orden de Brasil.

@maroliva22 L’ énergie de la centrale hydroélectrique d’ Inambari n'appartiendra pas au Pérou mais aux Brésiliens, mais Alan devait accepter la commande du Brésil.

Dans le même temps, l'opposition aux décrets s'est étendue aux régions, et des marches de protestation à Lima, la capitale du Pérou, ont été organisées pour exiger leur abrogation : car, en outre, selon Mariano Castro, de l'Association péruvienne de droit environnemental, ces décrets violent le droit à la consultation préalable .

Le projet a aussi provoqué le rejet tant au niveau politique que dans l'opinion publique, vu que la plus grande partie de l'énergie produite serait destinée au Brésil et non au Pérou. A ce sujet, J. Francisco Canaza indique dans son blog qu'il faut promouvoir l'utilisation des ressources de manière à promouvoir le développement de la région et non du seul Brésil.

On attend des informations sur ce sujet et ses conséquences dans les prochaines semaines.

rio inambari madre de dios peru

Crépuscule à Puerto Carlos, río Inambari. Photo: Wendorf Rodríguez.

Les deux premières photos ont été insérées sur l'aimable autorisation d’Andrew Dare.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site