Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Ukraine : Les blogueurs réagissent à la détention d'une activiste

[liens en français sauf mention contraire] En août, la détention de l'activiste russe Irina Teplinskaya avait perturbé la communauté ukrainienne qui se consacre à la réduction des risques en matière de toxicomanie.  Les médias russes en ligne rapportaient [ru] qu'Irina était détenue par la police à l'aéroport de Kaliningrad, ville où elle réside, pour trafic de drogue.  Les autorités affirmaient qu'un comprimé de méthadone avait été trouvé dans ses bagages.  Irina soutenait que cette drogue avait été introduite dans sa valise à son insu.  Irina revenait de Kiev en Ukraine où elle avait fait suivi un programme de réinsertion.

Irina Teplinskaya, photo du site de la Fondation Andrey Rylkov utilisée sous licence CC BY 3.0

Irina est une activiste bien connue qui se bat pour que les Russes vivant avec une toxicomanie  aient accès aux traitements de substitution à base de méthadone.  Irina est l'une des dirigeantes de la Fondation Andrey Rylkov pour la santé et la justice sociale [en anglais] et est membre du Comité de direction du réseau eurasien de réduction des méfaits[en anglais].

Irina admet ouvertement avoir été toxicomane pendant plus de 30 ans.  Elle a partagé l'histoire de sa vie dans ce discours [en russe] lors de la Conférence internationale sur la réduction des risques d'avril 2011 à Beyrouth, discours archivé sur le blog de la Fondation Rylkov.  Élevée dans une famille russe aisée, Irina a commencé à se droguer à 14 ans.  Elle a essayé plusieurs fois d'arrêter mais sans succès et a passé environ 16 ans de sa vie en prison pour des crimes liés à la drogue.  Elle a contracté le VIH, la tuberculose et l'hépatite C en utilisant des seringues contaminées.  C'est après un traitement dans un hôpital soignant la tuberculose qu'elle a commencé à travailler pour aider d'autres toxicomanes infectés par la tuberculose et le VIH.

L'objectif principal d'Irina est de forcer le gouvernement russe à autoriser le traitement de substitution des opiacés, qui est recommandé par l'ONU et qui est utilisé par tous les pays développés du monde.  Plaidant pour la mise en place des traitements de substitution en Russie, Irina en a appelé de façon répétée à plusieurs cours de justice de la Fédération de Russie et à la Cour Européenne des Droits de l'Homme.  En 2010, Irina a déposé une réclamation auprès du Rapporteur Spécial de l'ONU pour le droit universel de bénéficier des plus hauts standards de santé physique et mentale [en anglais]. Irina faisait partie des dirigeants d'organisations humanitaires qui ont rencontré la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme Navanethem Pillay lors de sa visite en Russie en février 2011.

Irina avec la Haut-Commissaire des droits de l'homme des Nations Unies, photo du site de la Fondation Andrey Rylkov utilisée selon Attribution 3.0 Unported (CC BY 3.0)

Pavel Kutsev, le blogueur ukrainien dont le Drop-In Center [en anglais] est soutenu par Rising Voices, a commenté la détention d'Irina et analysé ses possibles implications sur les programmes de substitution pour toxicomanes en Ukraine.  Pavel était particulièrement inquiété par le fait que la possession d'un comprimé entier de méthadone puisse pousser le personnel médical à revenir à la pratique de réduire les pilules en poudre avant de les donner aux patients.  Cette pratique avait été abandonnée il y a quelques années [en anglais] suite aux protestations de ceux qui militent pour un programme de réduction des risques.  Pavel écrit [en russe] :

Очень трудно быть объективным, когда происходит нечто международно-скандальное, изначально мутное… Известную активистку Иру Теплинскую, которая ещё недавно проходила в Киеве курс лечения задержали на томожне с РФ прямо в Калининградском а/п и теперь выдвигают обвинение… в контрабанде наркотиков.

Внимательно отслеживая все обсуждения этого инцендента, пока могу поделиться только одним неутешительным выводом … для оппонентов ЗПТ появлись достаточно весомый аргумент.
Если из Украины можно вывезти наркотический препарат применяемый исключительно в программах заместительной терапии …, то его происхождение можно (и, увы, не без оснований) истолковать только одним – утечка в нелегальный оборот наркотиков используемых в исключительно медицинских программах ЗПТ – не такой уж и “единичный случай”…
[…]
Остается надеяться, чтобы не началось закручивание гаек со стороны МВД в самой Украине. Дескать, вообще уже охренели – сайты дырявые, а этот грёбанный метадон даже закордон “гуляет”. И примут “меры”.
И мы помним эти меры – дробление в порошок, кипяточек… Неужели то, чего мы с таким трудом добивались – своё   право на получение  препарата без нарушения его целостности, теперь может  снова кем-то оччень умным поставиться “под сомнение”… Тревожно, однако.

C'est dur d'être objectif face à quelque chose de si international, si scandaleux et si peu transparent… La fameuse activiste Irina Teplinskay qui vient juste de suivre un traitement à Kiev a été détenue à l'un des postes de contrôle des douanes de la fédération de Russie à l'aéroport de Kaliningrad et accusée de…trafic de drogue.

Après avoir attentivement suivi tous les événements, je ne peux en conclure qu'une chose : les opposants au traitement de substitution ont maintenant un argument de poids.

Si vous pouvez sortir des médicaments d'Ukraine… médicaments utilisés exclusivement pour les traitements de substitution, alors leur origine est évidente (et malheureusement cela semble logique) et donc faire passer les drogues utilisées pour les traitements de substitution sur le marché noir est une chose assez courante.

[…]

Après cela, nous ne pouvons qu'espérer que le ministère de l'intérieur ukrainien ne va pas commencer à sévir contre nous.  Ils pourraient dire que nous avons perdu la tête, que les sites ont des “fuites”… La méthadone se retrouve même à l'étranger.  Et ils pourraient commencer à “prendre des mesures”.

Nous nous souvenons tous de ces “mesures” : réduire les comprimés en poudre et les mélanger à de l'eau chaude.  Est-ce pour en arriver là que nous avons travaillé si dur ?  Notre droit de recevoir un comprimé entier pourrait être remis en cause ?  Je suis vraiment inquiet…

Le 5 septembre, le site de la Fondation Andrey Rylkov a annoncé la bonne nouvelle de la libération d'Irina et de la clôture du dossier d'accusation.  Cela a été rendu possible grâce à la diligence de ses avocats et au soutien du public.

Photo du site de la Fondation Andrey Rylkov utilisée sous CC BY 3.0

La blogueuse Slava [en russe] de l'Association ukrainienne de soutien aux traitements de substitution  (Association of the Substitution Treatment Advocates of Ukraine – ASTAU) [en russe] commente :

Рад за Ирину Теплинскую

Мня сегодня очень обрадовала ссылка,что  дело в отношении Ирины прекращено.И по этому поводу решил черкануть в блоге.Так на душе приятно что полицаи Калининградские сломали свои зубы-клычища которыми хотели укусить Ирку.

Ведь понятно что кто-кто а Ира человек который всегда на чеку,и с такой ерундой не в жизнь бы не решилась пересекать границу.Слава Богу что все обошлось!!!

Je suis très heureuse pour Irina Teplinskaya.  J'étais contente de lire que l'affaire était close.  Alors,  j'ai décidé d'en parler sur mon blog.  J'étais si heureuse quand j'ai réalisé que la police s'était “cassé les dents” sur le cas d'Irina.

Il était évident qu'une personne si prudente et avec autant d'expérience qu'Irina de passerait jamais le frontière avec un comprimé.  Dieu merci, tout va bien maintenant.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site