Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Espagne : Le roi, les éléphants et la fureur des Espagnols

[Tous les liens sont en espagnol]

Le roi Juan Carlos a été opéré le 14 avril d’une fracture de la hanche droite à la suite d’une chute au cours d’une partie de chasse à l’éléphant au Botswana en Afrique. Le porte-parole de la maison royale a fait part de cet incident après l’opération, et une fois le roi admis dans l’unité de soins intensifs de l’Hôpital USP San José de Madrid.

La nouvelle, qui s’est immédiatement répandue sur internet, semble tout droit sortie d’un vieux conte de fées dans lequel les rois vivaient heureux et allaient chasser pendant que leurs sujets, joyeux, vaquaient à leurs occupations de citoyens ordinaires. Pourtant, au XXIe siècle, les circonstances ont bien changé. Le roi existe toujours, parti cette fois-ci à la chasse aux éléphants, au Botswana. Quant aux citoyens, ils subissent les effets de la crise financière : des coupes sociales sans précédent dans toute l’histoire de la démocratie, plus de 5 millions de chômeurs et un taux de chômage chez les jeunes de plus de 50 %.

Le coût du voyage du roi s’élève à plus de 37 000 €, ce qui a provoqué une levée de boucliers sur la toile, notamment la lettre rédigée par WWF Espagne (organisation écologiste) demandant à rencontrer la maison royale espagnole.

Este desafortunado acontecimiento es mundialmente conocido en estos momentos y estamos recibiendo incontables muestras de enérgica protesta, lo cual implica un grave perjuicio para la credibilidad de WWF y de la intensa labor que ha desarrollado durante más de cincuenta años para la protección de los elefantes y de otras especies.

Cet évènement regrettable a été diffusé dans le monde entier et nous recevons d’innombrables et énergiques marques de désapprobation, ce qui porte préjudice à la crédibilité de WWF et à son intense combat mené depuis plus de 50 ans en faveur de la protection des éléphants et d’autres espèces.

Sur le blog Principia Marsupia, le physicien Alberto Sicilia a posté sa « Lettre d’un chercheur en physique théorique au roi Juan Carlos »

Regresé a un país donde el Jefe del Estado se opera de prótesis de cadera en una clínica privada, mientras miles de compatriotas esperan meses para la misma intervención. Regresé a un país donde el Jefe del Estado se va de vacaciones en jet privado mientras se fulminan las ayudas a las personas dependientes.

Je suis revenu dans un pays où le chef de l’état se fait opérer de la hanche dans une clinique pendant que des milliers de compatriotes attendent des mois pour la même intervention. Je suis revenu dans un pays où le chef de l’état part en vacances en jet privé pendant que les aides aux personnes dépendantes sont supprimées.

Le débat ne s’est pas fait attendre sur les réseaux sociaux :

@DRYburgosMillones de parados, centenares de desahucios cada día… y el Rey cazando elefantes en Botswana?? Esto es intolerable!

Des millions de chômeurs, des centaines d’expulsions par jour…et le roi en train de chasser des éléphants au Botswana ?? C’est intolérable !

@GLlamazaresDe tal palo tal astilla. El monarca se fractura la cadera cazando elefantes y su nieto se dispara en el pie.

Tel père, tel fils. Le roi se fracture la hanche en chassant des éléphants et son petit-fils se tire une balle dans le pied [Ndt : le petit-fils du roi s'était en effet blessé en manipulant des armes à feu peu avant].

@democraciarealMientras unos sufrimos duros recortes en Sanidad y Educación, otros derrochan miles de euros de dinero público matando elefantes en África

Pendant que nous subissons des coupes budgétaires sévères en santé et en éducation, d’autres dépensent des milliers d’euros d’argent public pour aller tuer des éléphants en Afrique.

Voici une vidéo de Rann Safaris, entreprise qui organise ces expéditions de chasse en Afrique.

Le 18 avril, le roi a quitté l’hôpital et a présenté des excuses publiques à la presse : « Je souhaite reprendre mes obligations au plus vite et je regrette vraiment. Je me suis trompé et cela ne se reproduira pas ». Des paroles tout à son honneur, au moins en tant qu’individu, mais qui sont difficilement acceptables de la part de celui qui est le chef de l’état espagnol.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site