Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Guatemala : Une série d'assassinats fait cinq morts parmi les activistes

Sauf indication contraire, les liens dirigent vers des sites en anglais.

Alors que le Guatemala s'efforce de poursuivre devant la justice l'ancien dictateur Efraín Ríos Montt dans un procès exemplaire pour génocide, les violences et les crimes se poursuivent dans le pays et restent impunis. En moins d'un mois, cinq activistes et défenseurs des droits humains, en lutte contre les compagnies minières et pour le droit à la terre et au travail, ont été assassinés dans des zones rurales.

Comunicarte [es] rapporte que Tomas Quej, un jeune responsable indigène de Baja Verapaz, a été retrouvé mort d'une balle dans le cœur le 26 février 2013. Après une longue lutte, Tomas Quej venait de gagner un procès pour la sauvegarde des terres de sa communauté. Il avait sept enfants, dont un nouveau-né.

Peu de temps après l'assassinat de Tomas Quej, Carlos Hernández Medoza, un paysan responsable d'un syndicat indigène, était assassiné le 8 mars en revenant du Honduras. Il était un responsable très connu, particulièrement actif dans de nombreux secteurs de sa communauté et de sa région. Frontline Defenders rapporte :

Carlos Hernández Mendoza était l'un des responsables du Sindicato Nacional de Trabajadores de Salud de Guatemala – SNTSG [Syndicat national des travailleurs de la santé du Guatemala], mais aussi membre du mouvement social révolutionnaire Frente Nacional de Lucha – FNL [Front de Lutte National],  de la Coordinadora de Organizaciones Populares, Indígenas, Iglesia, Sindicales, Campesinas de Oriente – COPIISCO [Coordination des organisations populaires, indigènes, religieuses , syndicales et paysannes d'Orient] et de l’ Asociación Campesina Camoteca [Organisation paysanne Camoteca].

Xinca mourning by Rodrigo Baires Quezada for Plaza Publica, under a Creative Commons Attribution license. http://www.plazapublica.com.gt/content/duelo-xinca

Funérailles à Xinca par Rodrigo Baires Quezada pour Plaza Publica, sous license Creative Commons.

 

Le 13 mars, Tzutuhil, un indigène de 68 ans, responsable de Gerónimo Sol Ajcot a été brutalement assassiné par des hommes masqués alors qu'il se rendait à son travail.

Quatre jours plus tard, Encarnación López Ucelo, responsable du groupe indigène de la minorité Xinca, était assassiné et trois de ses collègues kidnappés, passés à tabac puis relâchés. Le groupe manifestait contre les activités minières de la compagnie canadienne Tahoe Resources et le défunt était également engagé dans des conflits liés aux terres, autre cause possible de cet acte criminel. Comme l'explique un appel pour une action urgente d’Amnesty International, il y a lieu de s'inquiéter pour la sécurité des survivants :

Le 17 mars, quatre responsables Xinca – Encarnación Marcos, Rigoberto Aguilar, Rodolfo López et Roberto González – participaient à une manifestation publique qui se tenait dans le hameau d’El Volcancito, San Rafael Las Flores. Ils étaient là en tant qu'observateurs d'une consultation sur l'industrie minière de la région organisée par la communauté. Après la manifestation, ils ont quitté El Volcancito à 20h30. À 21h15, alors qu'ils arrivaient près de Mataquescuintla, une douzaine d'hommes répartis dans deux camionnettes arrêtèrent leurs véhicules. Les hommes lourdement armés et cagoulés les forcèrent à monter dans les camionnettes. Rigoberto Aguílar et Rodolfo López ont été relâchés chacun leur tour au cours de la nuit. Rigoberto Aguilar raconte qu'il a été tabassé. Au petit matin du 18 mars, Encarnación Marcos a été retrouvé mort. Il avait les mains attachées et son corps avait été jeté dans un trou. L'une des camionnettes est restée près du corps.

Un appel a aussi été lancé sur Causes pour demander que cesse les violences contre les activistes de l'industrie minière au Guatemala.

La dernière victime, comme l'indique Albedrio [es], était la responsable syndicale Santa Alvarado, qui luttait pour les droits des travailleurs du secteur de la santé. Elle a été kidnappée et retrouvée étranglée. Santa Alvadro laisse deux petits enfants et vient allonger la longue liste des femmes assassinées au Guatemala.

Comme l’indique le rapport de la Commission Guatémaltèque pour la Vérité et comme le confirme le procès pour génocide de l'ancien dictateur Rios Montt, la répression des paysans, des responsables syndicaux, des syndicalistes, des femmes et des enfants fait tristement partie intégrante de l’histoire du pays.

En fait, comme le fait remarquer [es] No a la Mina [Non à la mine], la récente répression rappelle les opérations des escadrons de la mort responsables de la mort de milliers de dirigeants indigènes ou syndicaux. Si les conflits sociaux continuent à se régler par les armes dans une totale impunité, l'avenir du Guatemala sera aussi sombre que son passé.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site