Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

PHOTOS : Humains d'Asie du Sud

[Tous les liens de ce billet dirigent vers des sites en anglais]

En 2010, le photographe Brandon Stanton a commencé à photographier des inconnus dans les rues de New York, en leur posant quelques questions et en partageant leur histoire en ligne. Après trois ans, il a monté la page Facebook “Humains de New York” (Humans of New York). La popularité du projet s'est vite étendue et des photographes professionnels et amateurs du monde entier ont commencé à copier son idée sur des blogs ou des pages Facebook, mettant en avant les photos et les histoires de personnes de leurs régions. 

Voyez donc comment “Humains de New York” a inspiré les photographes des pays d'Asie du Sud.

Inde

Screenshot of the Humans of India Facebook Page

Capture d'écran de la page Facebook “Humains d'Inde” (Humans of India)

Depuis son lancement le 1er juin 2012, la page Facebook “Hommes d'Inde” (Humans of India) a attiré plus de 108 700 abonnés et a été partagée par plus de 17 800 personnes. Megha Majumder, l'administratrice de la page Humans of India, a expliqué lors d'un entretien sur Mashable:

Il existe ce mot dont je suis tombée amoureuse il y a quelque temps : “sonder” (en anglais), qui correspond à la prise de conscience que chaque passant aléatoire vit une vie aussi dynamique et complexe que la vôtre, aussi complète avec leurs propres pensées, sentiments et émotions. Et pour eux aussi, vous n'êtes qu'une personne croisée dans la rue. Ce mot “sonder” a saisi ma conscience — les gens n'étaient plus des étrangers.

A decoration of the body, an enhancement of the soul ॐ. Image by Humans of India. Used with permission.

Une décoration du corps, un embellissement de l'âme. Photo de “Humans of India”. Utilisée avec leur permission.

"I'm pretty sure that love and light have something to do with each other. That's why Diwali's cool. Lots of love in the air." Image by Humans of India. Used with permission

“Je suis quasiment sûr que l'amour et la lumière sont reliés l'un à l'autre. C'est pourquoi la fête de Diwali est tellement belle. Il y beaucoup d'amour dans l'air.” Photo de “Humans of India”. Utilisée avec leur permission

Des initiatives similaires ont été prises par d'autres villes dont les projets sont intitulés Humans Of BangaloreHumans of Mumbai, Humans of New Delhi (12), Humans of Hyderabad et Humans of Lucknow. La plupart de ces pages acceptent les soumissions provenant des internautes. 

Screenshot of Humans of Bangalore page

Capture d'écran de la page “Humans of Bangalore”

Bangladesh

Humans of Bangladesh est un projet collaboratif des internautes qui a gagné plus de 2 050 abonnés depuis son commencement le 19 juillet 2012.

Screenshot of Humans of Bangladesh blog

Capture d'écran du blog de “Humans of Bangladesh”

Il existe aussi un autre nouveau projet, débuté le 29 novembre 2013 par des photographes bangladais intitulé Humans of Bangladesh, qui compte déjà plus de 4 700 abonnés.

Screenshot of Humans of Bangladesh by Bangladeshi photographers.

Capture d'écran de “Humans of Bangladesh” par des photographes bangladais.

Une page Humans of Dhaka est aussi disponible.

Maldives

La page Facebook Humans of Maldives a été lancée le 10 août 2013 et est suivi par plus de 2300 personnes.

Screenshot from Humans of Maldives Facebook page

Capture d'écran de la page Facebook de “Humans of Maldives”

Bhoutan

Inspiré par “Humans of New York”, la page “Humans of Bhutan” a été lancée en septembre 2012 et a continué d'étendre sa collection de photos avec un portrait à la fois.

Screenshot of Humans of Bhutan webpage

Capture d'écran de la page web “Humans of Bhutan”

Népal

La page de Humans of Nepal, qui a commencé le 7 juin 2013, célèbre la diversité culturelle, ethnique et religieuse du Népal. 

Screenshot from Humans of Nepal

Capture d'écran de ‘Humans of Nepal”

Pakistan

La page Humans of Pakistan a été lancée en juillet 2012 et une autre page similaire Humans of Pakistan a commencé le 22 août 2013. Ces pages sont suivies par quelques centaines de personnes.

screenshot of the Humans of Pakistan Facebook page

Capture d'écran de la page Facebook de “Humans of Pakistan”

Il semblerait que les pages de villes soient plus populaires, comme Humans of Islamabad et Rawalpindi (3 416 abonnés), Humans Of Kashmir (1 209 abonnés), Humans of Sindh (3 521 abonnés), Humans of Lahore (7 057 abonnés) et Humans of Karachi (99 647 abonnés).

Letter by Sakina. Image courtesy Humans of New York and Humans of Karachi

Sakina Gheewala. Photo cédée par “Humans of New York” et “Humans of Karachi”

Sakina Gheewala a écrit une lettre à Brandon Stanton, le créateur de Humans of New York, qui a été publiée sur la page de Humans of New York, expliquant comment le projet l'a touchée : 

Cher Brandon,

Mon livre HONY (Humans Of New York) est arrivé au Pakistan aujourd'hui. Bien que je l'aie reçu avec cinq mois de retard, il s'agit de mon plus beau cadeau d'anniversaire de l'année. 

Dans ce pays où des gens se battent pour survivre chaque jour, j'appartiens à l'une des ces personnes chanceuses dont le souci principal est d'être acceptée à la faculté de médecine. Dans le monde où je vis, les personnes comme moi, quoi que l'on fasse pour le nier, vivent dans une bulle. Et nos problèmes sont appelés “les plus grands problèmes mondiaux”. Peut-être que cela surprendra les gens de voir qu'une “Pakistanaise” soit tellement en contact avec le Monde Occidental. Pour voir quelque chose d'autre que la haine que le monde voit s'irradier d'ici. Mais dans ma petite bulle ici au Pakistan, je trouve l'inspiration dans les histoires partagées sur “Humans of New York”, car elles décrivent plus que ce qui est perçu par une personne standard. Oui, le Pakistan en tant qu'Etat souffre plus que les autres, nous avons en effet des milliards de problèmes, mais HONY me rappelle qu'au dessus de tout, nous restons des humains. Ainsi, tous les Pakistanais ne sont pas pareils, les Américains ne le sont pas non plus. Cela me rappelle d'aimer et de respecter tout le monde — ce que de nombreuses personnes ici ont tendance à oublier. Les images et les histoires sur HONY me donnent presque toujours l'impression que tout est possible. 

Merci, 

Sakina

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site