Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Répression en Russie à la veille du référendum de Crimée

Vladimir Zhirinovsky, bemoaning the lack of "calm" on Russia's streets, images mixed by Kevin Rothrock.

Vladimir Jirinovski déplorant le manque de “tranquillité” des rues de Russie, montage photographique de Kevin Rothrock.

Des mois après le début des manifestations de Maïdan à Kiev, le politicien russe Vladimir Jirinovski a prononcé un discours [russe] à la Douma, pour fustiger les blogueurs et opposants russes qui perturbent la “tranquillité” de la nation. Jirinovski, le trublion à la tête du mal nommé parti Libéral-Démocrate de Russie, a distingué la militante écologiste Evguenia Tchirikova, l'homme politique Boris Nemtsov, et le blogueur anti-corruption Alexeï Navalny, affirmant que ces deux derniers devraient être mis aux arrêts domiciliaires en vue de faire revenir le calme en Russie. (Jirinovski a cité comme précédent les arrêts domiciliaires de l'opposant Sergueï Oudaltsov pour débarrasser les rues des Russes politiquement gênants.)

Au moment du discours de Jirinovski, Boris Nemtsov purgeait une peine de dix jours de prison après son arrestation à une manifestation non autorisée à Moscou. Un tribunal n'a pas attendu pour condamner Navalny, co-détenu avec Nemtsov, aux arrêts domiciliaires sur des charges douteuses d'avoir enfreint les restrictions à son mouvement à l'intérieur de Moscou. Le blogueur le plus éminent de Russie se voit désormais interdire d'utiliser Internet ou de parler à d'autres que sa famille.

Des mesures qui ont coïncidé avec la montée des hostilités en Crimée, où le Kremlin aurait déployé des milliers de soldats en violation de ses accords de stationnement avec le gouvernement ukrainien. Le nouveau parti politique de Navalny a, accessoirement, déclaré avec fermeté son opposition [russe] à l'intervention russe en Ukraine.

Dans une note [russe] sur Facebook la semaine dernière, M. Nemtsov a lui aussi exprimé son opposition à une guerre avec l'Ukraine :

Пока я под арестом, Совет Ярославской Думы (!!!!)поддержал решение Совета федерации о вводе войск на территорию Украины. Единогласно. Так вот, господа депутаты. Я категорически против ввода российских войск. Я категорически против братоубийственной войны с Украиной.

Pendant que je suis aux arrêts, le Conseil de la Douma de Iaroslavl (!!!!) a soutenu la décision du Conseil de la fédération sur l'entrée des troupes sur le territoire de l'Ukraine. A l'unanimité. Alors, messieurs les députés, je suis catégoriquement contre l'entrée des troupes russes. Je suis catégoriquement contre la guerre fratricide avec l'Ukraine.

Au début de ce mois, l'organisation de “défense écologique” basée à Moscou d'Evguenia Tchirikova a rejoint une déclaration anti-guerre [russe] de plusieurs ONG ukrainiennes.

“15 mars 2014, Moscou, Marche de la Paix,” bannière de l'événement Facebook.

Pendant que la répression met hors circuit les leaders de la société civile de Russie, les regards se tournent maintenant vers le 15 mars, jour où les Moscovites manifesteront contre l'intervention russe en Ukraine, à la veille du vote des électeurs de Crimée sur la sécession ou une autonomie élargie. Au moment d'écrire cet article, environ 2.600 utilisateurs de Facebook ont répondu à l'invitation pour le rassemblement de Moscou. 22.000 autres ont été invités.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site