Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le premier smartphone Made in Africa

Les usines de CZ Electronics  avec permission

Les usines de CZ Electronics avec permission

La compagnie sud-africaine CZ Electronics lance la première marque de smartphones et tablettes made in South-Africa. Elle vise spécifiquement le marché africain. Partant du constat qu’aujourd’hui 20 millions de téléphones cellulaires  sont importés chaque années en Afrique du Sud mais seulement 18% des Sud-Africains ont un smartphone, CZ Electronics a décidé de créer le smartphone de même qualité et avec les mêmes fonctions mais accessible à la plus grande partie de la population.

L’accès au smartphone n’était jusque-là qu’une espérance lointaine pour la majorité des africains, mais une compagnie de Limpopo a résolu ce problème. En effet Mint Electronics a lancé les premiers smartphones et tablettes made in Afrique. Une opération qui est le fruit du rachat de CZ electronics par la filiale Mint Electronics du groupe Sekoko, une compagnie sud-africaine qui opère dans les secteurs des mines et de l’énergie.

Au cours des 2 dernières années CZ Electronics a investi près d’1 million de dollars en recherche et développement pour la création d’une manufacture de Smartphones et tablettes. Sagran Pillay, le directeur exécutif de CZ Electronics, affirme haut et fort que ses smartphones et tablettes sont des appareils de technologie de pointe tout en étant abordables. Cela dans le but d’élargir la clientèle ciblée et atteindre une plus large partie de la population.

Entre 45 et 115 euros pour des écrans de 7 et 10 pouces !

L’expert en nouvelle technologies, Arthur Goldstuck, estime que pour que ce téléphone séduise les Sud-Africains, il doit avoir les mêmes attraits que les marques internationales. Ceci signifie qu’il doit avoir une apparence similaire et doit être doté des mêmes fonctions mais ceci à un prix inférieur.

Pour Pillay, c’est un pari réussi. En effet avec un éventail de prix entre 45 et 115 euros pour des écrans entre 7 et 10 pouces, ils entrent dans les critères qui donneraient accès à ce marché. Un risque persiste cependant : que ces téléphones fabriqués localement ne soient perçus que comme de pâles copies des versions importées. Cela serait certainement synonyme d’échec.

Prototype du nouveau prototype  du smartphone sud-africain. Permission de l'auteur.

Prototype du nouveau prototype du smartphone sud-africain. Permission de l'auteur.

Aucune chance de s’insérer dans le marché ?

Le plus grand défi des nouvelles marques est de parvenir à entrer dans un réseau. On ne peut pas simplement produire un nouveau téléphone et s’attendre à commencer à le vendre. Si le produit n’est pas porté par un réseau, il n’a aucune chance de s’insérer dans le marché.

déclare Goldstuck.

Effectivement le marché actuel est mené par le réseau et cela encore plus dans le domaine des nouvelles technologies. Ainsi le nouveau venu doit s’assurer du soutien et de l’engagement de celui-ci avant son entrée sur le marché. Mais CZ Electronics et Mint Electronics sont des compagnies anciennes et bien implantées sur le territoire donc cela ne devrait pas être un problème. Voilà de quoi rassurer les investisseurs !
Ambitieuse, la compagnie, qui compte actuellement 250 employés pour la production des tablettes et smartphones, pense déjà à développer des usines dans d’autres pays africains et à vendre ses produits à travers le continent.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site