Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Plus d'Européens migrent en Amérique latine que l'inverse

 "Leaving" Mural, by Antonio Segui, at Independencia station in the Buenos Aires metro (Argentina). More Europeans have migrated to Latin America than vice versa. Credit: Rodrigo Borges Delfim

“Saliendo” (Le départ) Céramique, par Antonio Segui, station Independencia dans le métro de Buenos Aires, Argentine.
Photo: Rodrigo Borges Delfim

Ce post a tout d'abort été publié en Portugais sur le blog MigraMundo et a été republié sur Global Voices dans le cadre d'un accord de partage de contenus.

Contrairement à ce que l'on croit, plus d'Européens migrent actuellement d’ Europe en Amérique Latine et aux Caraïbes que l'inverse. C'est la conclusion à laquelle est arrivée une étude récemment publiée par l'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), intitulée ‘La Dynamique Migratoire dans la région de l'Amérique Latine et des Caraïbes et entre l'Amérique Latine et l'Union Européenne’.

Ce document est l'illustration que plus de 181 000 Européens ont quitté leur pays en 2012, comparé à 119 000 Latino-Américains allant dans la direction opposée. Ces données montrent une réduction de 68% dans ce dernier flux par rapport à 2007,quand  le nombre de migrants partant de l'Amérique Latine et des Caraïbes à destination d'Europe était de 350 000 personnes, son niveau record.

L'Espagne est en tête de liste des pays ayant le nombre le plus élevé de citoyens émigrés à la recherche de nouvelles opportunités dans les Etats d'Amérique Latine, avec 181 166 émigrés vers l'Amérique Latine en 2012. Elle est suivie par l'Italie, le Portugal, la France et l'Allemagne.

En 2013, 8,5 millions de migrants internationaux vivaient en Amérique Latine (1,1 million originaires de l'UE), 500 000 de plus qu'en 2010 et 2,5 millions de plus qu'en 2000.

“Ces dernières années, les changements dans les flux migratoires entre l'Amérique Latine et l'Europe montrent une fois de plus que ces flux évoluent naturellement selon les fluctuations socio-économiques et qu'elles ont la possibilité d'agir en tant qu’ outil afin de s'adapter et de répondre aux crises économiques structurelles”, explique Laura Thompson, directrice générale adjointe de l’ OIM.

Study shows that more Europeans have migrated to Latin America than Latin Americans to Europe. Credit: Divulgação

Study shows that more Europeans have migrated to Latin America than Latin Americans to Europe.
Photo: IOM/Divulgação

Un exemple d'adaptation dont elle a fait mention est l'accroissement  migratoire entre les pays de l'Amérique Latine. En 2013, l'Argentine s'est positionnée à la tête du classement, en accueillant 238 700 immigrants originaires d'autres pays d'Amérique Latine (28% du total), suivie par le Venezuela, le Costa Rica et la République Dominicaine.

Qu'en est-il du Brésil?

Le problème de la migration continue à prendre de l'ampleur au Brésil, qui est en train de s'instaurer comme un pays de transit et de destination pour les migrants. L'étude de l'OIM montre que les Brésiliens continuent à émigrer pendant ce temps vers d'autres pays.

Selon l'OIM, le Brésil est le pays d'Amérique Latine qui envoie le plus grand nombre de migrants en Europe, suivi de la Colombie, du Pérou et de l'Equateur. C'est également le pays qui reçoit le plus important montant de versements transférés depuis  l'Union Européenne (1 596 milliards de dollars américains), comprenant 22% du montant total envoyé en Amérique Latine (données datant de 2012).

Cliquez ici pour télécharger l'étude (en espagnol).

Les informations contenus dans ce post proviennent de l’ OIM, de Rádio Migrantes et de El País.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site