Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Trois artistes de rue du Kenya, d’Afrique du Sud et de Tunisie

"Out the Box," done for Red Bull's One Upon A Town project, Kachelhoffer, Western Cape, South Africa 2015. Credit: Photo courtesy of Falko One

«Out the Box», réalisé pour le projet «Once Upon A Town» de Red Bull, Kachelhoffer, Cap-Occidental, Afrique du Sud, 2015. Crédit photographique — offert par Falko One.

Cet article par Kenny Sokan est originalement apparu sur PRI.org le 7 avril 2016, et est republié ici dans le cadre d’un accord de partage de contenu.

Cela débute avec un mur vide : une toile de béton. Une bonbonne de peinture à la main, un trait de couleur, puis un autre et encore un autre jusqu’à ce qu’un mur se métamorphose en œuvre d’art. Le «tag» est l’élément final, laissant voir au monde qui est l’auteur de cette muraille. Le graffiti fut cultivé dans les rues de New York dans les années 1970. Durant les années 1980, cette forme d’art fit son chemin jusqu’en Afrique, où ce genre était moins établi. Cela dit, la communauté des grafeurs africains grandit et est dynamique. Néanmoins, ces artistes ne bénéficient pas d’autant d’attention ou d'exposition dans les médias durant les festivals internationaux que les artistes provenant d’Europe ou d’Amérique du Nord.

« Il y a beaucoup de sous-représentation. Lorsque vous allez à des festivals, ils ne vous mettent que sur une note en bas de page et ça finit là », dit l’artiste de rue kényan Wisetwo. « Si vous faites bien vos recherches, il y a beaucoup de bons artistes à Nairobi, il y en a des bons en Tunisie ».

Voici trois artistes qui travaillent dans le but de faire découvrir au reste du monde la communauté du graffiti en Afrique.

Falko One

Le grafeur Falko One a commencé son parcours dans la sous-culture du Cap en 1988, peu avant la fin de l’apartheid en Afrique du Sud.  Il fut initié au monde du hip-hop et du graffiti dans l’une des seules boîtes de nuit où les gens de couleurs pouvaient aller faire la fête.

Aujourd’hui, la majeure partie du développement du graffiti en Afrique du Sud est attribuée à Falko. Par un échange de lettres dans les années 1990, Falko a aidé au développement d’un réseau en mettant en contact des graffeurs amateurs sud-africains et des vétérans du genre en Europe. Cela avait pour objectif de permettre à ces artistes d’apprendre les uns des autres. En 1996, il a créé le premier concours de graffiti en Afrique du Sud. Celui-ci s’appelait «Battle With Vapours» et s’est poursuivi durant plusieurs années.

"One Vision" in Johannesburg, South Africa 2015. Credit: Photo courtesy of Falko One

«One Vision» à Johannesburg, Afrique du Sud, 2015. Crédit photographique Falko One

Ses œuvres décorent les bâtiments partout au Cap, dans le pays et dans d’autres villes au travers du globe. Il dit que son art est décrit comme étant fantaisiste et poétique. Il l’exprime comme une interprétation du monde autour de lui.

« Généralement, ce sont les observations sociales et politiques que je fais qui m'influencent », dit Falko. « Mais je ne les nourris pas à la cuillère. Ce n’est pas toujours évident. Je suis bien au fait que dans les communautés où je vais, je suis le visiteur… je n’aime pas aller dans une communauté et imposer mon point de vue à tout le monde… Je fais une petite œuvre, je place l’esthétique visuelle en premier et après j’y introduis un petit message, et cela varie d’un endroit à un autre. »

Il a étudié le design graphique, mais n’a pas terminé ses études.

"Family Time," done for the 2015 City Of Gold graffiti festival in Johannesburg, South Africa 2015. Credit: Photo courtesy of Falko One

«Family Time», réalisé pour le festival City of Gold de 2015 à Johannesburg, Afrique du Sud. Crédit photographique Falko One.

« Le graffiti n’était pas quelque chose que j’ai décidé de faire consciemment », dit Falko. « Ce sont des éléments et des personnes autour de moi qui m’ont forcé à faire du graffiti ».

Il a rencontré King Jamo, l’un des artistes hip-hop de la boîte de nuit The Base, à sa deuxième visite des lieux. King Jamo lui a montré le drapeau de sa bande, avec le mot ‘Zulu’ écrit en graffiti. Ensuite, il a dit à Falko qu’ils étaient à la recherche d’un jeune graffeur pour rejoindre son équipe. Depuis cet instant, dit Falko, il était accroché.

« J’ai une personnalité assez obsessionnelle », dit-il. « Et une fois que j’étais dedans, c’était tout ce à quoi je pouvais penser ».

"Big Heart," done for the 2014 City of Gold Festival in Johannesburg, South Africa. Credit: Photo courtesy of Falko One

«Big Heart», réalisé pour le festival City of Gold de 2015 à Johannesburg, Afrique du Sud. Crédit photographique Falko One.

Wisetwo

Dans la ville animée de Nairobi, l’artiste kenyan Wisetwo travaille en art de rue depuis plus d’une décennie.

Il avait un intérêt pour les arts depuis l’enfance, ce qu’il croit être le cas pour tous les enfants.

« Chaque enfant ne pense-t-il pas qu’à peindre ? », demande-t-il. « Et puis, cela ne dépend que de jusqu’où la société vous frappe, vous lave le cerveau. vous dit que la science et les affaires sont plus importantes que les arts ».

Cependant, n’étant pas convaincu qu’il devrait mettre de côté ses pinceaux et ses pots de peinture, Wisetwo est allé à l’université pour obtenir un diplôme en relations internationales, seulement « comme plan de secours », dit-il.

A mural for the Itinerrance Gallery's 2013 Djerbahood open-air museum project in the village of Erriadh, Djerba, Tunisia. Credit: Photo courtesy of Wisetwo

Une muraille pour le projet de musée à ciel ouvert Djerbahood 2013 de la Gallerie Itinerrance, dans le village de Erriadh, Djerba, Tunisie. Crédit photographique Wisetwo.

Malgré cela, la peinture reste sa passion et elle l'a fait voyager à travers le monde, du Canada au Yémen. Il réalise la majorité de ses œuvres pour son propre plaisir, pour les afficher dans les festivals et les galeries de rues. Il fait également usage de ses talents sur demande des ONG, comme les Nations Unies, la plupart du temps dans la ville où il réside.

Wisetwo a aussi pris part à la politique dans le passé, mais il préfère éviter de l'inclure dans son art. Autour de la période électorale présidentielle du Kenyan de 2013, avec la permission de la Rift Valley Railway, un groupe d’artistes kenyans ont réalisé un message de paix sur un train de banlieue de 10 wagons. Ce train traversait le bidonville de Kibera, qui a connu beaucoup de violence durant les élections de 2007. Ce dernier s’appelait le Kibera Peace Train et visait à promouvoir la paix.

« Essayer d allier la [politique et l’art] n’est pas une tâche facile », dit Wisetwo. « Ce n’est pas le concept de mon expression. Ce monde à trop de problèmes. Tenter de les réparer n’est pas mon truc. Je ne fais que peindre pour rendre des endroits plus jolis ».

"Nostalgic" in Tunis, Tunisia 2015. Credit: Photo courtesy of Wisetwo

«Nostalgic» à Tunis, Tunisie, 2015. Crédit photographique  Wisetwo

L’an dernier, Wisetwo a eu sa première exposition en solo à Paris.

Sa galerie mettait en vedette des murailles peintes de masques africains. Ces derniers portaient des motifs influencées par  des cultures d’anciennes civilisations comme les Mayas, les Aztèques et la Mésopotamie, en plus de hiéroglyphes égyptiens. Wisetwo considère cet ouvrage comme étant une vraie représentation de son style.

« Si vous regardez l’art de rue et le graffiti, vous découvrez beaucoup d’influence américaine et européenne. Le fait que j’ai été élevé sur un autre continent ne veut pas dire que je doive adopter une culture de peinture américaine ou une culture de peinture européenne ». Dit Wisetwo. « Les gens font toujours cela. Alors, j’ai seulement décidé de rester près de mes racines, peindre d’où je viens, et à partir de ce qui m’intéresse beaucoup dans les textes anciens et les anciennes cultures. C’est la meilleure manière de m’exprimer ».

"Resilience of the Soul" in Rochester, New York 2013. Credit: Photo courtesy of Wisetwo

«Resilience of the Soul» à Rochester, New York, 2013. Crédit photographique  Wisetwo

Vajo

Vajo, de Gabès en Tunisie, est un artiste à considérer. Il a été propulsé sur la scène internationale en 2011, durant la révolution tunisienne, également connue sous le nom de Révolution du Jasmin. Cette dernière a été la première d’une vague de révoltes dans le monde arabe, appelée le Printemps Arabe.

"Does age matter when it comes to love?" A mural for the Djerbahood project in the village of Erriadh, Djerba, Tunisia 2014. Credit: Photo courtesy of Vajo

«Does age matter when it comes to love?» Une muraille pour le projet Djerbahood de 2014 dans le village de Erriadh, Djerba, Tunisie. Crédit photographique Vajo

Vajo a aussi figuré dans un documentaire intitulé PUSH Tunisia, qui a réuni différents skateboarders, activistes et artistes de rue.

Ils en sont venus à se faire connaître comme étant ‘Les Bédouins’. Le groupe utilisait leur savoir faire pour faire la promotion de la paix dans le pays déchiré par les révoltes. Ils ont transformé le manoir saccagé d’un membre de l’ancienne famille présidentielle en un repaire pour esprits créatifs.

Credit: Photo courtesy of Vajo

Credit photographique Vajo

Durant l’été 2014, Vajo a participé à Djerbahood, un projet organisé par la Galerie Itinerrance parisienne, impliquant 150 artistes de 30 nationalités différentes. Ils ont transformé le village de Erriadh sur l’île de Djerba, Tunisie, en un « musée à ciel ouvert », peignant librement autant de murs qu’ils le désiraient. L’île est une attraction majeure pour le pays et elle l’est encore plus avec le travail de ces artistes.

Vajo tente aussi de garder cette forme d’art en vie ; il a participé à un atelier financé par l’ambassade américaine de Tunisie pour donner un cours intensif sur l’art du graffiti à des enfants.

"Monster" in Tunis, Tunisia 2013. Credit: Photo courtesy of Vajo

« Monster » à Tunis, Tunisie, 2013. Crédit photographique Vajo

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site