Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Un jeune inventeur nigérien s'attaque à la pollution de l'air

Capture d'écran du documentaire réalisé par SciDev Afrique sur l'invention nigérienne.

Sauf mention contraire, les liens de cet article renvoient vers des pages en français.

Vous avez peut-être entendu parler de Boyan Slat, un jeune inventeur et entrepreneur néerlandais qui a créé un système utilisant les courants marins pour nettoyer les océans des déchets et des polluants. Son projet, The Ocean Cleanup [en] [Le nettoyage de l'océan, NdT] a reçu beaucoup d'attention après la présentation de Slat à une conférence TEDx en 2012 [en] et a levé plus de 26,8 millions d'euros de sponsors, dont Salesforce.com et le philanthrope Peter Thiel.

Le prochain jeune inventeur à la rescousse de l'environnement vient peut-être du Niger. Voici Abdou Barmini qui, à vingt-deux ans, a inventé un système pour purifier l'air des fumées industrielles. Barmini a appelé son appareil APFI Barelec et explique qu'il peut ôter 80 % des impuretés de l'air provenant des cheminées d'usines. Si son affirmation est justifiée, son invention pourrait s'avérer particulièrement bénéfique dans les pays pauvres.

Barmini explique le fonctionnement de l'APFI Barelec dans la vidéo ci-dessous. Celle-ci fut produite par SciDev Afrique, un portail d'information africain sur la science et la technologie orientées vers le développement.

Barmini détaille son procédé dans la vidéo :

C'est un appareil qui est conçu pour être installé sur des cheminées industrielles d'où sortent les fumées. […] L'appareil en forme de T capture les substances lourdes qui contiennent du CO2 de la fumée par une méthode de dosage chimique par affinité, qui lie les particules de CO2. La fumée traitée, purifiée, sort de l'appareil par l'autre branche du T.

Capture d'écran de Barmini aux côtés de son prototype, via Africa 24.

Il ajoute que son appareil n'en est encore qu'au stade de prototype et qu'il peut être grandement optimisé. Son collègue Garba Boubacar, chercheur en physique et en sciences d'environnement à l'Université de Niamey, indique que :

Les particules en suspension dans l'air ne sont pas constituées que de gaz carbonique ; il y en a d'autres que son invention devra fixer pour atteindre un taux de purification à 100%.

Barmini a travaillé sans relâche pendant deux ans en finançant sa recherche lui-même pour construire son prototype. Sa motivation ? Trouver une réponse à ses inquiétudes grandissantes sur la qualité de l'air et le changement climatique au Niger.

Selon une estimation de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), la pollution de l'air ambiant (extérieur) dans les zones urbaines aussi bien que rurales a causé trois millions de décès prématurés en 2012, dont 88 % dans les pays à revenu faible ou moyen. En réduisant la pollution atmosphérique, ces pays peuvent diminuer le poids d'afflictions telles que les accidents vasculaires cérébraux, les maladies du cœur, le cancer des poumons et les maladies respiratoires chroniques et aiguës.

Le Niger est un pays enclavé d'Afrique de l'Ouest qui se retrouve systématiquement parmi les derniers de la liste de l'indice de développement humain des Nations Unies. Qui plus est, la région entière a été drastiquement touchée par le changement climatique ces dernières années. L'économie du pays, quant à elle, dépend fortement de l'exploitation minière : l'uranium et le charbon sont les principales ressources exportées.

Mine d'uranium à ciel ouvert près d'Arlit, au Niger. Photographie de David Francois, CC-BY-NC-2.0.

La qualité de l'air est ainsi un problème urgent pour un pays qui souffre déjà d'un climat extrêmement chaud et sec, de fortes sécheresses et de famines récurrentes.

Ceci étant, en quoi l'invention de Barmini diffère-t-elle des autres purificateurs d'air ? Voici l’explication qu'il a donnée à l'Organisation africaine de la propriété intellectuelle :

Par ailleurs, en faisant l'état de la technique dans ce domaine, M. Abdou Barmini a souligné que les purificateurs ambiants existants sont des appareils électroniques qui sont utilisés pour nettoyer l'air. Ils le font en réduisant ou en éliminant complètement le nombre de particules nocives dans l'air (mais ils ne se focalisent pas à la source de l'émission) [..] Les purificateurs domestiques se font souvent via un filtre. Essentiellement, cela rend l'air sortant de la machine plus propre et plus sain. Mais cette technique présente des insuffisances. Elle provoque l'obstruction des mailles et ne peut faire l'objet d'une utilisation sur les cheminées industrielles.

L'appareil de Barmini n'utilise pas de filtre. Son prototype a été construit avec des matériaux locaux qu'il a recyclés, adaptés et assemblés selon ses besoins. Il espère que son invention sera remarquée par des organisations travaillant sur le changement climatique et qui l'aideront à finaliser son projet.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site