Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

COVID-19 : en Chine, les porteurs asymptomatiques testés positifs n'auraient pas été comptabilisés

Un groupe de médecins chinois parlent du coronavirus à la CCTV

CCTV, la télévision centrale chinoise a rapporté que des médecins chinois partageaient leur expérience de la lutte contre le COVID-19 avec le monde entier par vidéoconférence. Capture d'écran de CCTV.

L’article d'origine a été publié en anglais le 23 mars 2020.

Tous les liens de cet article renvoient vers des pages en anglais, ndlt.

La pandémie de COVID-19 s'est atténuée en Chine. Depuis le 18 mars aucun cas de transmission locale n'ayant été signalé, tous les nouveaux cas confirmés au 22 mars ont été déclarés comme des cas importés. Cependant, des données confidentielles révélées par le South China Morning Post indiquent que les annonces officielles de cas confirmés excluaient les porteurs asymptomatiques ayant testé positif au coronavirus.

Fin février, au moins 43 000 personnes identifiées comme des cas asymptomatiques avaient été placées en quarantaine. Ce chiffre représente plus de la moitié du total des 81 689 cas confirmés signalés au 23 mars 2020 et constitue environ un tiers du nombre total de cas positifs.

L'idée que le gouvernement chinois aurait exclu les cas asymptomatiques des annonces officielles circule sur les réseaux de sociaux tels que WeChat depuis plus le début du mois de mars. De nombreuses personnes ont remarqué que les chiffres des cas confirmés sur le terrain étaient différents des chiffres officiels.

L'utilisateur de Twitter @ding_gang a publié un certain nombre d'avis concernant des cas récemment confirmés dans des quartiers résidentiels de Wuhan et a remis en question le chiffre officiel :

Autant de nouveaux cas ajoutés autour de Wuhan mais le chiffre officiel est de zéro!

Certains ont souligné que la Commission nationale chinoise de la santé avait classé les cas asymptomatiques et les cas confirmés dans deux catégories distinctes dans la troisième édition de ses « Directives de contrôle du COVID-19 » publiée fin janvier. En fait, la définition opérationnelle de l'« infection confirmée » utilisée par les autorités sanitaires chinoises a été modifiée à plusieurs reprises depuis janvier.

Graphique montrant un pic de cas confirmés entre le 11 et le 16 février, puis une résorption complète

Rouge : cas confirmés ; jaune : cas suspects. Capture d'écran de la mise à jour de Tencent sur le COVID-19.

Comme le montre la courbe de l'épidémie ci-dessus, après que les autorités sanitaires aient soustrait les cas asymptomatiques du chiffre officiel, le nombre de cas confirmés a atteint un pic d'environ 4 000 le 4 février, pour diminuer lentement jusqu'à environ 2 000 le 11 février. Puis il y a eu une augmentation de 600 %, 15 152 cas confirmés étant apparus le 12 février à la suite de changements majeurs des responsables de la province du Hubei et de la ville de Wuhan. Sous la nouvelle direction, la définition de « confirmé » a été modifiée, passant d'une définition basée sur des tests en laboratoire à des diagnostics cliniques. En réalité, il n'y a eu que 1 820 cas confirmés en laboratoire, tandis que les 13 332 autres cas ont été confirmés cliniquement. Après le 12 février, la courbe des cas confirmés a décliné, car la définition de l'infection « confirmée » a été ramenée aux tests de laboratoire.

De nombreux internautes ont estimé que l'objectif de la manipulation des chiffres était de préparer le pays à la reprise des activités économiques en mars. L'impact économique d'un confinement prolongé était susceptible de générer une instabilité politique plus importante que la maladie. L'écrivain chinois @laodeng89, par exemple, a commenté une analyse de Bloomberg sur l'impact de COVID 19 sur l'économie chinoise :

Afin de défendre l'économie, le PCC a essayé par tous les moyens de réduire le nombre de cas confirmés. Si Wuhan avait 14 jours consécutifs sans infection, le pays tout entier pourrait reprendre le travail. Mais selon l'analyse de Bloomberg, la reprise du travail en Chine ne soulagerait pas la pression économique. La propagation de la pandémie à travers le monde frapperait aussi durement la Chine.

Le dissident politique @caojitw a cité le rapport d'enquête de l'agence de presse chinoise Caixin sur la crise économique imminente :

Alors que le PCC affirmait que la fréquence de la pneumonie à Wuhan avait diminué, que les sociétés de commerce extérieur de 19 provinces avaient repris presque 100 % de leurs activités et que, dans l'ensemble, 90 % des entreprises du pays avaient repris le travail, Caixin a précisé que la diminution de la demande et des contrats en provenance des États-Unis et de l'Europe en raison de la pandémie avait fait diminuer l'activité. La situation a été encore plus désastreuse que lors du tsunami financier. Pas de contrats, pas de devises étrangères. Mais l'importation annuelle de pétrole, de nourriture et de composants électroniques coûterait 400 milliards de dollars. Qu'adviendra-t-il de l'économie chinoise ?

Dans le même temps, la menace de transmission des cas d'infections asymptomatiques est toujours présente. Bien que la Chine ait gardé la trace des infections asymptomatiques, au fur et à mesure que le pays reprend ses activités économiques, certains porteurs asymptomatiques du coronavirus  pourraient avoir réintégré la population active et propager le virus à d'autres. Au moins une étude a montré que les personnes infectées peuvent être très contagieuses même si elles ne présentent que des symptômes légers ou nuls. Dans une autre étude, le taux de « transmission silencieuse » est estimé à environ 10 %.

Le site de dissidence politique basé à l'étranger Epoch Times a également rapporté qu'un grand nombre de patients sortis de l'hôpital avaient à nouveau été testés positifs.

Le nombre de cas confirmés à Hong Kong et Taïwan a doublé en 10 jours, passant de 150 le 14 mars à 317 le 22 mars. Bien que la majorité des cas soient importés, un nombre croissant de cas n'a pas pu être relié aux cas existants. Ceci indique que la transmission asymptomatique s'est installée dans la communauté locale.

Selon la mise à jour quotidienne de Tencent sur le COVID-19, le 23 mars, il y avait environ 191 cas confirmés dans tout le pays (y compris Hong Kong, Macao et Taïwan), dont 60 ont été importés. Bien que le site ait supprimé les emplacements spécifiques des cas confirmés, la tendance indique que le COVID-19 est de retour en Chine.

Consultez le dossier spécial de Global Voices sur l'impact mondial du COVID-19.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site