Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Tunisie : L'expulsion de l'ambassadeur de Syrie enflamme les esprits

Ce billet fait partie du dossier de Global Voices sur le soulèvement en Syrie 2011/12.

Le 1er février 2012, la Tunisie, berceau de ce qu'on appelle le printemps arabe, a enclenché la procédure d'expulsion de l'ambassadeur de Syrie à Tunis, et de retrait de sa reconnaissance du régime syrien, une mesure qui a suivi l'attaque meurtrière lancée sur la ville de Homs depuis vendredi soir, se soldant par des milliers de morts selon le Conseil National Syrien.

La Présidence de la république tunisienne a indiqué dans une déclaration officielle publiée sur sa page Facebook [en arabe] :

تونس التي تدين إدانة مطلقة كل الجرائم التي يرتكبها النظام السوري في حق الشعب السوري الشقيق منذ أزيد من تسعة أشهر،.. معتقدة أن هذه المأساة لن تعرف طريقها إلى الحل إلا بتنحي نظام بشار الأسد عن الحكم في دمشق وفسح المجال لانتقال ديمقراطي للسلطة يحقق للشعب السوري الشقيق … كما تعلن تونس عن الشروع في الإجراءات العملية والترتيبية لطرد السفير السوري من تونس وسحب أي اعتراف بالنظام الحاكم في دمشق.
La Tunisie, qui  condamne depuis plus de neuf mois les crimes commis par le régime syrien contre le peuple frère de Syrie… croit que cette tragédie ne prendra pas fin avant que le régime de Bachar Al Assad renonce au pouvoir pour ouvrir la voie à une transition démocratique qui assure la sécurité au peuple frère de Syrie… La Tunisie annonce de plus l'ouverture d'une procédure d'expulsion de l'ambassadeur de Syrie en Tunisie et le retrait de toute reconnaissance du régime au pouvoir à Damas

Merci la Tunisie

"Hafedh (father of Bashar Al Assad): May your soul be cursed", written on the door of the Syrian embassy in Tunis. Photograph shared by Facebook page "Union Des Admins Des Pages Tunisiennes"

"Hafez (père de Bachar Al Assad) : Maudite soit ton âme", inscription sur la porte de l'ambassade de Syrie à Tunis. Photo sur la page Facebook "Union Des Admins Des Pages Tunisiennes"

Les internautes du monde arabe ont salué la décision de la Tunisie comme “révolutionnaire.” Quelques réactions d'internautes arabes sur Twitter :

De Djeddah en Arabie Saoudite, Ahlam Safi écrit [en arabe] :

@iAhlamSafi: ولتونس علينا حقا.. أرض السابقين الأولين في الثورة.. أول دولة تسقط شرعية بشار وترفض الاعتراف بنظامه #ArabSpring #Tunisia #Syria #pray4syria

@iAhlamSafi: La Tunisie a un droit sur nous..le pays des pionniers dans la révolution.. premier à lâcher la légitimité de Bachar, et qui refuse de reconnaître son régime #PrintempsArabe #Tunisie #Syrie #priezpour lasyrie

L'Algérienne Melissa Rahmouni ajoute :

@MelissaRahmouni: Je suis heureuse du soutien de la #Tunisie au combat des syriens pour la #liberté. #syrie

Du Koweït, l'écrivain Saadiah Mufarreh tweete [en arabe] :

@saadiahmufarreh: للمرة الألف نرددها وراء محمود درويش خلال عام كامل: كيف نشفى من حب تونس؟.. أنا شخصيا لا أريد أن أشفى
@saadiahmufarreh: Pour la millième fois en un an, nous répétons ce qu'a dit (le poète) Mahmoud Darwish : “Comment guérir de l'amour de la Tunisie ?”.. Moi, je ne veux aucun remède

Et le Syrien Geo de remercier la Tunisie de la part du peuple syrien :

@CitizenGeo: De la #Syrie à la #Tunisie Merci de votre humanité

La décision divise les internautes

En Tunisie, la décision du Président de rompre les relations avec le régime syrien ne fait pas l'unanimité des internautes. Ceux pour qui la décision n'est pas bienvenue s'inquiètent de la sécurité des expatriés tunisiens en Syrie.

@ElyssaDidon tweete :

@ElyssaDidon: La #tunisie aurait du rapatrier ses siens avant d'expulser l'ambassadeur syrien! #Syrie

et insiste dans un autre tweet :

@ElyssaDidon: J'appuie la decision d'expulser l'ambsdr 2 la #Syrie en #Tunisie msj'aurais préféré la prse 2mesures pr prtger les tunisiens sur plce d'abrd

Le blogueur et journaliste Haythem El Mekki estime la décision “très courageuse, et très risquée”. Sur son blog, il écrit [en arabe] :

بشار الأسد (و ماهر خوه خاصة) سفاح دموي و يجب خلعه، لا شك في ذلك. حزب البعث نظام وحشي ظالم و يجب اسقاطه، هذا أكيد. الثورة السورية بدأها الشعب السوري الطامح إلى الحرية و القضاء على الإستبداد، و يجب مساندته في مطالبه، هذا واجب.

لكن في المقابل، يبدو جليا لكل مراقب يقظ أن ما يحصل الآن في سوريا من نزاعات مسلحة و التغطية الإعلامية الحافلة بالتهويل و الفبركة لقناتي الجزيرة و العربية (يعني قطر و السعودية) مع إحتضان تركيا و قطر (حلفاء أمريكا الإستراتيجيين في المنطقة، حاضنو قواعدها العسكرية) للمعارضة السورية، كل هذا يبرز أن سيناريو ليبيا بصدد التكرار، و أن الولايات المتحدة الأمريكية تواصل تشكيل خارطة الشرق الأوسط الجديد… يأتي قرار الحكومة التونسية المؤقتة بطرد السفير السوري في تونس و سحب الإعتراف بنظام بشار الأسد. قرار في غاية الجرأة و الخطورة، و يعكس موقفا شديد الوضوح في التموقع الجلي إلى جوار أحد أطراف الصراع ضد الطرف الآخر بصفة جذرية و نهائية، خاصة و أننا نكون بهذا أول بلاد في العالم تقوم بذلك.

Bachar Al Assad (et surtout son frère), est un boucher sanguinaire et il devrait être chassé. Il n'y a aucun doute là-dessus. Le parti Baas est un système monstrueux et injuste qui devrait être renversé. C'est une certitude. La révolution syrienne a été lancée par le peuple syrien à la recherche de sa liberté et de la fin de l'oppression. Soutenir les Syriens dans leurs revendications est un devoir.

Mais, d'un autre côté, il est évident pour tout observateur attentif que ce qui se passe en ce moment en Syrie avec les conflits armés, et la médiatisation à outrance et fabriquée des chaînes Al Jazeera et Al Arabiya (autrement dit, le Qatar et l'Arabie Saoudite), avec la Turquie et le Qatar (deux alliés stratégiques des USA qui ont des bases militaires dans ces pays), endossant l'opposition syrienne, prouve que le scénario libyen est sur le point d'être rejoué, et que les USA continuent à dessiner la carte du nouveau Moyen-Orient…La décision du gouvernement provisoire tunisien d'expulser l'ambassadeur syrien, et de retirer sa reconnaissance au régime de Bachar Al Assad, est une décision très courageuse et très risquée, qui reflète une position très claire de prendre le côté d'une partie au conflit, contre l'autre, d'une manière extrême, sans retour, surtout que nous sommes le premier pays au monde à faire ce pas.

Linda Ben Osman pense que ce n'est pas seulement l'ambassadeur de Syrie, mais tous les ambassadeurs de pays qui ont commis des massacres, et des violations des droits humains, qu'il faut expulser. Elle écrit :

Si l'on vire l'ambassadeur syrien pour massacres commis par son pays, il me semble logique que l'on en vire d'autres, à commencer par ceux de tous les pays arabes, et plus spécialement le Qatar et l'Arabie Saoudite, non seulement pour abus commis par leurs pays à l'encontre de leurs peuples et des chiites plus spécifiquement, mais aussi à l'encontre des Bahreïnis aujourd'hui colonisés.

Que l'on vire, l'ambassadeur chinois, pour massacre des tibétains et l'ambassadeur américain, pour massacre des palestiniens, irakiens et afghans pour ne citer qu'eux, et pour torture et abus de pouvoir, et pour maltraitance et violences policières envers les manifestant d'Occupy, pour Guantanamo, et, et, et…

Virons l'ambassadeur français, pays dont le Ministre de l'Intérieur considère que toutes le civilisations ne se valent pas, et qui traite les immigrés illégaux comme des moins que rien.

Virons aussi l'ambassadeur russe pour massacre des tchétchènes…

Elle conclut :

nous, tunisiens révolutionnaires, voulons soutenir tous les peuples lésés par leurs gouverneurs, et si virer les ambassadeurs est la solution adéquate pour montrer notre solidarité , alors soit, virons-les tous!

Sur Twitter, @tounsiahourra défend vigoureusement la décision du Président  [en arabe] :

@tounsiahourra: شكرا للمرزوقي ,,أقول لك شكرا كما تعودت أن أنتقدك ,صدقا موقفك مشرف لنا كتونسيين ; شكرا لانك لم تتنكر لنضالك في حقوق الانسان #SYRIA #MM
@tounsiahourra: Merci M. Marzouki ! Je vous dis merci tout comme je vous critiquais, sincèrement, votre position nous honore comme Tunisiens, merci parce que vous n'avez pas oublié votre lutte pour les droits humains

Et elle ajoute dans un autre tweet [en arabe] :

@tounsiahourra: أن أنقد الاسلاميين المرزوقي والتحالفات التي لا نعرف إلى أين تصب هذا أمر ,وأن نقول كلمة حق في قرار شجاع ينتظره اخوتنا في سوريا هذا أمر آخر.
@tounsiahourra: Critiquer les islamistes, Marzouki et les alliances de pouvoir dont nous ne savons pas où elles vont est une chose, et dire un mot de vérité sur une décision courageuse attendue par nos frères en Syria en est une autre.

@The_Fan de conclure :

@The_Fan: Je ne comprends pas l'attaque sur la decision diplomatique de la #tunisie, on est quand meme avec la revolution syrienne #syrie non ?

Ce billet fait partie du dossier de Global Voices sur le soulèvement en Syrie 2011/12.

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site