Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les camps russes impopulaires mais “nécessaires” d'immigrants illégaux

Fin juillet, le gouverneur par intérim de l'oblast de Moscou a proposé la création d'un centre de détention pour les immigrants illégaux dans une ancienne base militaire près de Iegorievsk. Le coût des rénovations pour réutiliser la propriété est estimé à 200 millions de roubles (plus de six millions de dollars). Sans surprise, les résidents locaux étaient moins enthousiastes. Le chef du district, Mikhail Lavrov, a alors suggéré un référendum sur le sujet, qui aura lieu le 22 septembre, afin de décider si Iegorievsk accueillera le camp ou pas.

Bien que Lavrov déclarait être personnellement opposé au centre de détention, il soutenait l'idée d'un sondage en ligne pour juger les sentiments des électeurs sur ce sujet. Le site internet du gouvernement du district a rapidement posté une enquête “oui ou non”, demandant au public: “Etes-vous d'accord avec la mise en place d'un camp spécial pour les migrants illégaux dans le secteur municipal de Iegorievsk ?”

A scene from inside one of Moscow's recent makeshift illegal immigrant detention centers, 2 August 2013, screen capture from YouTube.

Une scène à l'intérieur d'un récent camp de détention de fortune pour les immigrants illégaux, le 2 août 2013, capture d'écran de Youtube.

Alors que les précédents sondages du site internet ont généré en moyenne moins de 100 réponses, environ 10 000 personnes ont voté sur la question du centre de détention lors des premières 24 heures. Durant cette période, plus de 99% des sondés – 9000 sur 9001 réponses -étaient opposés à la mise en place d'un tel camp.

En outre, la Chambre publique locale a écrit une lettre au gouverneur par intérim de l'oblast de Moscou, notant que la municipalité a déjà aménagé une prison, un hôpital psychiatrique, deux internats neuropsychologiques et un orphelinat.

Plus tard, dans une interview accordée à la radio Echo de Moscou, Lavrov a tenté de clarifier la situation, expliquant que la réaction négative de la population quant à la construction de ce camp était le résultat de la confusion entourant les détails du plan.

Dans un commentaire publié sur le site de l'Echo de Moscou, un internaute a plaisanté:

Жители Егорьевского района против лагеря мигрантов, потому что все жители высказали свое желание о предоставлении своего жилья все приезжим мигрантам! Добро пожаловать в Россию!

Les résidents de la région de Iegorievsk sont contre les camps de migrants car tous les résidents ont exprimé leur souhait d'offrir leur logement à tous les travailleurs de passage dans la région! Bienvenue en Russie!

Pendant ce temps, le chef de la commission électorale locale a annoncé qu'un référendum sur le sujet n'était pas nécessaire, et Lavrov a rapidement cédé, fermant le sondage en ligne et annulant les plans d'un référendum. La commission électorale a simplement déclaré:

Если все будут отказываться — где размещать лагеря для мигрантов? А это надо делать….

Si tout le monde refuse, où pourrons-nous mettre le camp pour les migrants ? C'est quelque chose qui doit être fait…

 Le 28 août, il a été rapporté que l'oblast de Moscou projetait d'avoir quatre centres de détention semblables d'ici 2016, avec au moins un de ces camps près de l'ancienne base militaire de Iegorievsk.

Le chef du Service Fédéral des Migrations de Russie, à Moscou, Oleg Molodievsky, a ajouté:

В течение месяца мы проинформируем жителей района, что за учреждение, в каком виде оно будет, какое количество мигрантов там будет находиться, и как они будут доставляться, после этого жители выскажут свое мнение, нужен этот центр или не нужен.

Dans un mois, nous informerons les résidents du district sur l'établissement du camp, expliquerons ses détails, spécifierons combien de migrants seront logés ici, et comment ils seront acheminés, après que les résidents aient exprimé leur opinion sur la nécessité de ce centre.

Molodievsky a également essayé de calmer les peurs quant à l'incarcération de davantage de criminels dans les environs, élaborant:

Это те же граждане, которые ходят между нас, они перемещаются на территории области и Москвы, это не преступники ни в коем случае. Нам лучше надо разъяснять населению, что это за центры.

Ce sont les mêmes personnes qui se promènent parmi nous. Ils circulent dans l'oblast et la ville, [mais] ce ne sont pas des criminels, dans tous les sens du terme. Nous avons besoin de mieux expliquer au public ce que sont ces centres.

La campagne de sensibilisation du public, cependant, pourrait être une bataille difficile. Commentant la déclaration de Molodievsky, un internaute a remarqué cyniquement:

Замечательно, за наш счет (налогоплательщиков) еще будем строить, отапливать, содержать и кормить. Может деньги пустить на пенсии или в школах/детсадах на завтраки детям? Или на укрепление наших границ, что бы нелегальных мигрантов становилось меньше, а ехали к нам высокообразованные иностранцы, готовые работать за 15 тыс рублей?

Merveilleux, à nos frais (les contribuables) nous allons également construire, chauffer, entretenir et nourrir [les migrants]. L'argent ne peut-il pas être dépensé sur les retraites ou les écoles et les petits-déjeuners dans les jardins d'enfants? Ou pour renforcer nos frontières, afin que les migrants soient moins nombreux, et que davantage d'étrangers hautement qualifiés prêts à travailler pour 15 000 roubles viennent ici ?

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site