Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Un physicien ayant toujours rêvé de travailler aux USA dit qu'ils ne sont plus “le centre mondial des sciences”

Nima Arkani-Hamed dans son bureau. Crédits: Carolyn Beeler

  Cet article de Carolyn Beeler est originalement paru sur PRI.org le 8 juin 2017. Il est republié ici dans le cadre du partenariat entre PRI et Global Voices.

Niché dans un coin du bureau du physicien Nima Arkani-Hamed se trouve un ordinateur avec le show des années 1990, “Twin Peaks” en pause.

Ce classique est constamment en train de tourner en arrière-plan pendant qu'Arkani-Hamed travaille sur des problèmes de physique à l'Institute for Advanced Study dans la ville de Princeton dans l'Etat du New Jersey aux USA.

“Je trouve ça inspirant de la regarder parce que là, ils essayent de comprendre des trucs fous et nous essayons aussi de comprendre des trucs fous,” dit Arkani-Hamed. “C'est vraiment sympa de l'avoir en fond du coup.”

Dans “Twin Peaks”, une ville essaye de résoudre un meurtre. Dans son bureau, Arkani-Hamed essaye de répondre à des questions fondamentales qui occupent les physiciens du 21ème siècle.

“Qu'est-ce réellement que l'espace et le temps ? Pourquoi l'univers est-il si grand ?” se demande Arkani-Hamed. “Et par-dessus tout, nous ne comprenons pas pourquoi il y a de grandes choses dedans.”

Les grandes questions fondamentales sont la marque d'Arkani-Hamed.

Et il s'est créé une réputation dans la recherche de réponses : à seulement 45 ans, Arkani-Hamed a déjà passé du temps à Berkeley, Stanford et Harvard ainsi que remporté un prix de physique prestigieux d'une valeur de 3 millions de dollars.

Membre d'une famille qui a parcouru le monde à la poursuite et en défense de la science, Arkani-Hamed a toujours su qu'il ferait carrière aux États-Unis.

“Il était évident que l'endroit où l'on allait et pensait librement aussi grand que l'on voulait et où tout ce qui comptait était la qualité de ses idées et ses ambitions, c'était évidemment les États-Unis plus que nulle part ailleurs,”dit Arkani-Hamed.

Mais aujourd'hui, il n'en est plus si sûr.

Un voyage circulaire de retour aux Etats-Unis

Pendant des décennies, les USA ont attiré quelques uns des meilleurs scientifiques du monde. Albert Einstein a fui les nazis en 1933 et est arrivé dans la même institution que celle où Arkani-Hamed travaille maintenant. Les universités américaines et la réputation du pays de lieu pour les penseurs libres sert à attirer les universitaires qui fuient des régimes répressifs et cherchent un refuge.

Comme pour des générations de scientifiques avant eux, les USA ont attiré les parents d'Arkani-Hamed, Hamideh Alasti et Jafar Arkani-Hamed, venus d'Iran pour poursuivre leurs carrière de physiciens au Massachusetts Institute of Technology et la NASA.

Arkani-Hamed est né au Texas alors que son père travaillait sur l'une des missions Apollo. Juste après la révolution Iranienne en 1979, quand Nima avait 7 ans, Jafar et Hamideh ont abandonné leurs postes aux Etats-Unis pour retourner en Iran. Ils espéraient y rétablir une tradition scientifique forte.

“Nous espérions qu'en y allant, nous serions capables de rendre nos universités plus démocratiques,”dit Jafar Arkani-Hamed

Après environ un an, l'Ayatollah Khomeini est venu fermer ces universités et Jafar Arkani-Hamed a pris la parole à propos des dommages que cela causerait à la science dans leur pays.

“La plupart des professeurs ont écrit une lettre ouverte à la nation en disant qu'en faisant ça, on détruisait la science en Iran,” dit Jafar Arkani-Hamed.

Pour éviter la prison ou même la mort cette fois-ci, leur famille dut fuir pour la science. Ils prirent la direction de la frontière turque.

“C'était une aventure compliquée, avec de nombreux méchants et quelques héros de fantasy,” dit Nima Arkani-Hamed.

Ils leur a fallu traverser à cheval des montagnes escarpées. Nima et sa petite sœur sont tombés malades.

“C'était horrible,”se rappelle Hamideh Alasti. “J'ai cru que j'allais perdre les enfants l'un après l'autre.”

Une nuit, Nima était trop faible à cause de la fièvre et de la déshydratation pour s'asseoir sur son cheval, alors Hamideh l'a mis sur le sien.

“Soudainement, j'ai vu que le ciel était brillant et je lui ai montré la Voie Lactée,” dit Hamideh. “Ses yeux se sont ouverts et il a commencé à me parler de la Voie Lactée puis à me poser des questions sur la physique. Je l'ai ainsi ramené — d'une certaine façon — à la vie.”

Hamideh Alasti pense que la curiosité de son fils lui a sauvé la vie.

Après plus d'une semaine de fuite, la famille a rejoint la Turquie. Ils ont émigré à Toronto où Nima a continué à poser des questions sur la physique et a excellé en math et en science.

Mais il a toujours voulu boucler le cercle initié par sa famille et retourner aux Etats-Unis. Après le lycée, il a quitté le Canada pour obtenir son doctorat à l'Université de Californie à Berkeley.

Les USA cèdent leur leadership dans le domaine des sciences

C'était inévitable, dit-il, qu'il retourne aux Etats-Unis, le pays de sa naissance et le pays qu'il a toujours vu comme le meilleur endroit pour voir grand quand on parle de science.

Mais aujourd'hui, il n'est plus si sûr que les USA soit le centre scientifique mondial.

“Ce leadership cède graduellement,”dit Arkani-Hamed.

De récents développements politiques tels que la décision du président Trump de retirer les USA de l'accord sur le climat de Paris et ses propositions de coupes budgétaires pour la recherche en sont une petite partie. Mais Arkani-Hamed pense que de plus grands problèmes menacent cette administration. Il pense que la population des USA a arrêté de voir grand.

“Nous avons été ambivalents dans l'engagement à faire les prochains grands pas évidents dans le développement de notre compréhensions des lois fondamentales de la nature et c'est quelque chose où nous étions les premiers durant un demi siècle,”dit-il.

Arkani-Hamed parle de la physique des particules. Les USA ont abandonné le travail sur un super-collisionneur révolutionnaire aux débuts des années 1990 en partie pour des raisons budgétaires.. L'Europe, avec la construction du grand collisionneur de hadrons près de Genève, est devenue l'épicentre de ce domaine.

Aujourd'hui Arkani-Hamed est impliqué dans la construction d'un collisionneur à particules de nouvelle génération qui résoudra les nouveaux paradoxes en physique.

Mais ce projet n'est pas aux États-Unis, où Arkani-Hamed ne croit pas qu'il y ait l'argent ou la volonté pour le construire.

Il est en Chine.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site