Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Sibérie, cinq ans après : mêmes incendies, même incurie

Only so-and-so can prevent wildfires. Images edited by Kevin Rothrock.

Le seul à pouvoir arrêter les feux de prairie. Photomontage de Kevin Rothrock.

D'énormes feux de forêt parcourent la Sibérie, plus particulièrement dans les régions de Khakassie, où ils ont fait 23 morts, et de Transbaïkalie plus à l'est. Il y a presque cinq la Russie connaissait déjà ce genre de ravages, lorsque les incendies de prairie de 2010 avaient tué au moins 56 personnes. RuNet Echo avait raconté ces feux, et la riposte des internautes, avec leur travail impressionnant pour crowdsourcer le bénévolat, et une critique massive de la réaction des autorités à la catastrophe. En 2015, la réaction des Russes aux nouveaux feux est comparable à celle de 2010, mais avec plusieurs différences majeures.

Mécontentement

A l'identique de la réaction de nombreux blogueurs russes en 2010, les critiques montent à la fois contre le traitement des incendies par les autorités centrales et la couverture des médias nationaux. La différence essentielle entre les feux de 2010 et de 2015 est que les premiers incluaient de vastes incendies proches de Moscou (en même temps que dans les régions lointaines), alors que ceux de 2015 se limitent jusqu'à présent à la Sibérie. Conséquence d'un cycle de l'information russe dominé par Moscou, les médias russes accordent beaucoup moins d'attention à ce qui reste un problème oriental, d'où le ressentiment de nombreux Sibériens contre Moscou, et par extension le Kremlin, accusé de déformer les priorités du pays.

La communauté d'internautes “Tchita typique” (Typichnaya Chita), dont les membres partagent mèmes et informations sur l'actualité locale, donne à voir ce sentiment répandu. Sur le groupe, un appel public des habitants du Kraï de Transbaïkalie (où est située Tchita) adressé au gouvernement fédéral s'attire quelque attention :

Эээй, правительство, мы Забакайльский край, мы не отделялись. Мы Россия и мы горим! Хватит обсуждать Украину, помогите сначала своему народу!!!

Hé, le gouvernement ! Ici le Zabaïkalsky Krai, nous n'avons pas fait sécession. Nous sommes la Russie et nous sommes en feu ! Assez discuté de l'Ukraine, aidez d'abord votre propre population !

Les Russes affectés par les incendies en cours en Transbaïkalie ont aussi lancé une pétition demandant au Président Poutine une aide supplémenaire. Plus de 10.000 personnes l'ont signée, et laissé des centaines de commentaires.

Вчера, 13.04.2015 года в непосредственной близости к г.Чита полностью сгорели несколько дачных кооперативов, погибла 3х летняя девочка. Люди тушили пожар практически своими силами. Пожарные машины прибывали на место без воды. Электроснабжение было отключено, жители поселков даже не могли использовать собственные скважины.

При этом губернатор Забайкальского края К.К. Ильковский заявил ранее что край готов к пожароопасному периоду, а также заявил телеканалу Россия 24 что сил и средств для ликвидации пожаров в Забайкалье достаточно, хотя это фактически не так. Чита задыхается, с неба падает пепел. Забайкальцам не остается ничего как только продолжать тушить пожары своими силами и надеяться что Вы не оставите преступные действия Ильковского без внимания.

Hier, 13 avril 2015, à proximité immédiate de la ville de Tchita, plusieurs lotissements de datchas ont entièrement brûlé, une fillette de 3 ans est morte. Les gens ont éteint l'incendie pratiquement par leurs propres moyens. Les camions des pompiers sont arrivés sur les lieux sans eau. La distribution électrique était coupée, les habitants du bourg ne pouvaient même pas utiliser leurs puits.

De plus le gouverneur du kraï de Transbaïkalie Konstantin Ilkovsky venait d'annoncer que la région est prête pour la saison de risques d'incendies, allant jusqu'à déclarer à la télévision [nationale] Russie 24 que les moyens et hommes sont suffisants en Transbaïkalie pour combattre les feux, alors que dans les faits il n'en est rien. Tchita suffoque ; il pleut des cendres. Nous n'avons d'autre choix que de continuer à éteindre ces incendies avec nos propres forces et espérer que vous ne laisserez pas sans réponse les agissements délictueux d'Ilkovsky.

La supplique des habitants de Khakassie et Transbaïkalie a peut-être été entendue. Pendant sa séance télévisée annuelle de questions-réponses le 16 avril, Poutine a annoncé un dispositif d'aide de 100 millions de dollars destiné essentiellement à secourir ceux dont les biens ont été endommagés par les incendies.

Ceci dit, ce ne sont pas seulement des internautes râleurs qui se plaignent de la couverture médiatique nationale des feux de prairie. Les représentants d'au moins un gouvernement provincial—le compte Twitter appartenant au Ministère de l'industrie de la construction, du logement et des infrastructures de la République de Khakassie—s'en est pris à l'agence d'information Vesti pour l'inexactitude de son reportage :

Vesti Russie écrit “ils ont réussi à sauver plus de 60.000 maisons”. Nous n'en avons que 16.000, immeubles collectifs y compris. Ça vient d'où ???

L'action des bénévoles

Contrairement aux incendies de 2010, il n'y a pas eu de véritable essor d'innovations technologiques pour crowdsourcer les actions de sauveteurs bénévoles en faveur des victimes des feux. Probablement du fait que les récents incendies ont été brefs (ceux de 2010 se sont prolongés pendant des mois), et la proximité des feux de 2010 avec Moscou, d'où la visibilité et l'urgence plus grandes dans la société russe.

Les Sibériens n'en ont pas moins exploité les médias sociaux pour faciliter les actions de bénévolat en faveur des victimes en Khakassie et Transbaïkalie. Ainsi, les membres du groupe en ligne “Tchita typique” ont diffusé les coordonnées des personnes nécessitant de l'aide dans les zones touchées par les incendies, tels qu'individus et familles isolés ou nécessitant une fourniture d'eau potable. Des internautes ailleurs sur VKontakte, partagent eux aussi les localisations de zones recherchant des bénévoles, ainsi que des itinéraires routiers et des numéros de téléphone pour quiconque souhaite participer aux actions de sauvetage.

S'ajoute à cela l'activité débordante depuis le début des incendies d'un groupe VKontakte de pompiers volontaires dans le Kraï de Transbaïkalie. Les volontaires de ce groupe échangent des informations sur les personnes à contacter, les lieux de collecte d'aide humanitaire, les points de rencontre pour combattre les brasiers, et d'autres choses.

Quel rapport avec l'Ukraine ?

La différence qui saute aux yeux entre la Russie des feux de 2010 et celle de la crise actuelle n'a rien à voir avec les incendies, et tout à voir avec la guerre en cours en Ukraine. Si les rapports entre les feux de prairie et le conflit ukrainien peuvent sembler rien moins qu'évidents à première vue, les Sibériens ont facilement fait le lien. D'après une dépêche supposée des forces séparatistes pro-russes en Ukraine orientale, des combattants rentreraient en Russie renforcer les pompiers en sous-effectif :

Горит Сибирь и Дальний Восток. Ополченцы-сибиряки временно возвращаются на малую родину, чтобы помочь землякам в тушении пожаров. Горят тысячи гектаров леса, сотни людей лишились крова. Ветеран иловайской кампании, прибывший к местам тушения пожаров, заявил, что когда он прибыл на пепелище, то по привычке подумал, что по поселку прошлись украинские каратели, настолько сильный был ущерб, нанесенный огненной стихией.

La Sibérie et l'Extrême-Orient sont en feu. Les supplétifs sibériens rentrent temporairement dans leur petite patrie aider leurs compatriotes à éteindre les incendies. Des milliers d'hectares de forêt brûlent, des centaines de personnes sont sans-abri. Un vétéran de la campagne d'Ilovaïsk [en Ukraine de l'Est], arrivé sur les lieux de l'extinction des incendies, a déclaré qu'en marchant dans les cendres il a pensé que les vengeurs ukrainiens avaient fait un tour dans le village, si forte était la dévastation apportée par le feu.

A ce jour, les récits tels que ceux des volontaires russes de retour chez eux pour éteindre les incendies n'ont pas été vérifiés. Un utilisateur russe de Twitter a relevé l'ironie de l'envoi récent d'un convoi humanitaire de Khakassie vers le Donbass ravagé par la guerre :

La Khakassie, actuellement en feu, envoie dans le meilleur style d'une partie d'échecs multidimensionnelle un convoi humanitaire dans le Donbass.

Pas de répit pour la Sibérie

Cinq années et un climat géopolitique très différent ont beau séparer les deux grandes épidémies d'incendies en Russie, celles-ci ont des points communs  : grogne contre la réponse des autorités, et exemplarité des actions de crowdsourcing et de bénévolat montées grâce aux médias sociaux. Parce que les incendies de 2015 sont localisés en Sibérie, l'Etat et les médias russes dominés par Moscou ont montré relativement peu d'intérêt pour cette crise.

Et les gens de la région eux-mêmes semblent voir les incendies, au moins en partie, à travers le prisme du conflit ukrainien.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site