Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Des jeunes femmes syriennes remercient les soldats russes dans ce calendrier sexy sponsorisé par le Kremlin

“I was scared we'd never see each other again,” Miss March tells Russian soldiers. Source: FromSyriaWithLove.ru

“J'ai eu peur que nous ne nous revoyions jamais” dit Miss Mars aux militaires russes. Source : FromSyriaWithLove.ru (‘BonsBaisersDeRussie.ru’)

Près de 4.000 organisations sans but lucratif ont sollicité ce printemps une subvention du Kremlin, dans l'espoir de financements pour des actions de promotion du sport, des valeurs et de la science dans la jeunesse de Russie. Quelque 238 millions de roubles (3,6 millions d'euros) ont été distribués et partagés entre 70 projets différents. Un des neuf opérateurs subventionnés, l’Union russe de la jeunesse, a été expressément chargée de consacrer les fonds reçus à la “popularisation du patrimoine culturel russe”.

Cette semaine, huit mois plus tard, l'opinion a eu un avant-goût de la pop culture à la russe : un luxueux calendrier avec les photos de douze Syriennes jeunes et jolies posant à côté de phrases coquettes à la gloire de l'intervention armée de Moscou au Moyen-Orient. Chaque jeune femme porte un “kokochnik” (serre-tête traditionnel) “en signe de respect pour la Russie”.

Ce calendrier est une version moins érotique de celui que Vladimir Poutine a reçu six ans plus tôt pour son 58ème anniversaire, et qui affichait des étudiantes semi-dénudées du département de journalisme de l'Université d'Etat de Moscou, avec des messages brefs et suggestifs sur l'irrésistible virilité de Poutine.

Cette nouvelle création n'est pas aussi érotisée que le cadeau d'anniversaire de 2010, et est aussi moins personnellement ciblée. Cette fois, les photos de dames s'adressent aux “officiers de l'armée russe”, et une cargaison spéciale a été envoyée au troupes en Syrie samedi 17 décembre.

Mais pour que Poutine ne soit pas complètement oublié, le président se rappellera au bon souvenir des militaires russes en cours d'année, lors de son anniversaire. “Dis-moi qui est ton commandant en chef, et je te dirai qui tu es”, dit Miss Octobre, une jeune femme identifiée comme Yara Khasan.

fdg

Miss Octobe interpelle les hommes en armes russes. Source: FromSyriaWithLove.ru

Les autres mois apportent des messages similaires d'appréciation sexuelle se voulant une traduction de la gratitude de femmes rassurées, sauvées, et peut-être stimulées. “Tu as eu la fête, mais moi j'ai les cadeaux”, minaude Miss Février, mois où la Russie célèbre la Journée des Défenseurs de la patrie.

On ignore quand le calendrier a été réalisé, mais les traits d'esprit de certains mois sont déjà aigrement surannés. Miss Août, par exemple, prend une pause de prière et dit “Le sort de ma Palmyre est entre tes mains”, parlant de l'antique cité syrienne prise en mars par les forces gouvernementales avec le soutien aérien russe, puis soudainement reconquise par les combattants de l'auto-proclamé Etat Islamique la semaine dernière, le 11 décembre.

august-model

“Le sort de ma Palmyre est entre tes mains”, dit Miss Août. Source: FromSyriaWithLove.ru

Pour novembre, le calendrier commémore même l'arrivée de l'antique porte-avions russe, l’ “Amiral Kouznetsov,” sur les côtes de Syrie en renfort de la guerre aérienne. Mais depuis que le vaisseau est présent, deux avions se sont écrasés en essayant de s'y poser, à cause d'ennuis mécaniques sur le pont d'envol.

Le calendrier est l'oeuvre d'un collectif appelé “Citoyen”, séléctionné par l'Union Russe de la Jeunesse pour créer un projet qui identifierait de “jeunes artistes à orientation nationale” capables d'exprimer les “valeurs nationales et culturelles” de la Russie ainsi que les “victoires et réalisations de la Russie moderne”.

Nul doute que le calendrier est un monument à la victoire russe, et ses auteurs n'ont pas caché leur mépris de la réticence américaine à se joindre à la défense par Moscou du régime Assad. Dans un communiqué de presse du 15 décembre, les créateurs ont écrit :

«В последнее время западные СМИ часто ссылаются на аккаунты “сирийских девочек”, которые на безупречном английском пишут о том, как они ежедневно страдают от действий русских. Причём эти “девочки” даже не могут ответить по-арабски на предложения о помощи. Все большему числу людей становится понятно, что эти пронзительные истории пишут не восьмилетние девочки, а SMMщики ЦРУ, но для организаторов и участниц проекта важно, чтобы те, кто сражается с террористами, знали, что думают о них настоящие дочери Сирии».

Ces derniers temps, les médias occidentaux invoquent souvent les comptes [de médias sociaux] de “fillettes syriennes” qui écrivent dans un anglais irréprochable sur leurs souffrances quotidiennes à cause de ce que font les Russes. Au surplus ces “fillettes” ne peuvent même pas répondre en arabe aux offres d'aide. Un nombre croissant de gens commencent à se rendre compte que ces braillements ne sont pas écrits par des fillettes de huit ans, mais par des spécialistes de médias sociaux de la CIA. Mais les organisateurs et participants de ce projet, trouvent important que ceux [les Russes] qui se battent contre les terroristes [en Syrie] sachent ce que pensent d'eux les véritables filles de la Syrie.

La remarque sur les médias sociaux et les fillettes de huit ans est sans doute une pique à l'intention de Bana Alabed, la petite fille de sept ans dont la mère tweete depuis Alep-Est sous contrôle rebelle. Bana a atteint le firmament de la célébrité fin septembre, ce qui a déclenché la riposte rageuse des trolls d'internet pro-Assad et de ceux qui cherchent à contester son existence. Le 14 décembre, le site web d'investigation citoyenne Bellingcat a publié une recherche étayant fortement la réalité de la fillette et de sa vie à Alep-Est.

Le président de l'Union russe de la jeunesse est Pavel Krasnoroutski, un des prétendus “mandataires” de Poutine, autrement dit, autorisé à s'exprimer pour le compte de Poutine pendant la campagne présidentielle de 2012. Après avoir remporté la course, Poutine a gardé actif le programme mandataires, et Krasnoroutski continue à régulièrement apporter son expertise sur les questions d'enseignement.

Mise à jour : Le site web russe TJournal raeporte que quelques-unes au moins des jeunes femmes montrées sur le calendrier ont été humiliées de découvrir les phrases suggestives qu'on leur a attribuées. Yara Khasan, la Miss Octobre, aurait publié un message réservé à ses amis sur Facebook, assurant à ses connaissances en Syrie qu'elle et les autres femmes ignoraient tout des sous-titres osés du calendrier.

“Nous avons cru qu'il n'y aurait que nos photos”, a dit Khasan à TJournal. “Mais nous avons été choquées en voyant le calendrier en ligne avec ces phrases idiotes. […] J'ai expliqué à mon cercle d'amis sur Facebook ce qui s'est passé, parce que la réaction en Syrie a été horrible. Chacune est furieuse de ces phrases.”

Khasan dit qu'on leur a seulement dit, à elle et aux autres modèles, que le calendrier se voulait un remerciement aux soldats russes pour leur combat contre le terrorisme en Syrie. Elle a demandé aux réalisateurs du calendrier d'effacer les phrases osées. Trop tard : les exemplaires auraient déjà été expédiés aux troupes sur le champ de bataille.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site