Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Snowden, un an après : Le 5 juin, dire non à la surveillance

Cartoon by Doaa Eladl/Web We Want via Flickr (CC BY-ND 2.0)

Dessin de Doaa Eladl/Web We Want via Flickr (CC BY-ND 2.0)

Le 5 juin 2013, le journal The Guardian publiait le premier d'une série de documents administratifs communiqués par Edward Snowden. Dans les semaines et mois qui ont suivi, un flux continu d'articles a prouvé ce que beaucoup de défenseurs de la vie privée soupçonnaient depuis belle lurette : les communications numériques du monde sont espionnées sans relâche par les Etats-nations en l'absence quasi-totale de supervision.

Un an a passé, et nous continuons à en apprendre sur les opérations menées à l'échelle planétaire par les Etats-Unis et leurs plus proches alliés aux dépens des libertés fondamentales de milliards d'individus. Nous avons découvert que le gouvernement américain dispose de systèmes secrets pour aspirer les données des sociétés Internet étatsuniennes qui dominent aujourd'hui une grande partie de l'activité en ligne. Tout comme nous savons que son homologue britannique, le GCHQ, a pris des millions de captures d'images de webcam en mettant sur écoutes le pilier de l'Internet.

Le 5 juin 2014 commence une nouvelle année, non seulement pour la connaissance des arcanes de la surveillance de masse, mais aussi pour l'exigence d'un changement de pratiques. Parlez-en à votre famille et vos amis. Dites aux hommes et femmes politiques d'honorer leurs engagements pour la défense de la vie privée. Aidez la communauté du logiciel libre à développer des applications sûres et faciles d'usage accessibles à tous et partout.

Que faire d'autre ? Exemples de ce qui se fait dans le monde pour le premier anniversaire de l'événement Snowden.

Canada : OpenMedia.ca et la Protect Our Privacy Coalition vont intensifier leur campagne pour des dispositions juridiques efficaces de protection contre la surveillance étatique bénéficiant à la totalité des habitants du Canada. OpenMedia.ca soutiendra l'initiative Reset The Net, et poussera à l'utilisation du cryptage comme moyen de lutter contre la surveillance de masse. Ces organismes vont aussi intensifier leurs actions à destination des parlementaires canadiens et du premier ministre Stephen Harper, en insistant pour qu'il assume l'activité de son gouvernement et défende le respect de la confidentialité en ligne.

Colombie : Le mouvement pour les droits numériques Fundación Karisma organisera un atelier réunissant des journalistes et des professionnels de la sécurité en vue de créer une nouvelle génération de chercheurs férus de technologies qui seront capables de protéger leurs sources à l'aide d'une nouvelle génération d'outils journalistiques sécurisés.

Mexique : La société civile réaffirme son combat pour la neutralité du net, le respect de la vie privée et la liberté de parole, en farouche opposition au projet de loi télécommunications du Président Enrique Peña Nieto, qui transformerait l'Internet mexicain en instrument de surveillance et de contrôle. Avec la campagne #DefenderInternet — et le soutien de l'organisation militante française La Quadrature du Net — les militants ont développé un site sur lequel les Mexicains peuvent appeler les législateurs à exiger le placement des droits fondamentaux au coeur de tout nouveau projet de loi.

Pologne : L'anniversaire des premières révélations Snowden coïncide avec la célébration des 25 années de liberté en Pologne et de la chute du communisme. Le Président Obama et de nombreux autres chefs d'Etat seront présents, avec des hommes politiques de pays concernés par le scandale de la surveillance massive de la NSA. La fondation polonaise Panoptykon profitera de leur visite pour souligner l'importance du droit à la liberté de parole et au respect de la vie privée dans un pays qui a renversé un régime d'oppression et qui a éprouvé les dangers d'une surveillance de masse omniprésente. Une semaine après ces anniversaires, Panoptykon fêtera ses cinq ans d'existence par une série d'ateliers sur la vie privée avec au programme le cryptage des e-mails et les bases de la confidentialité et de la sécurité en ligne, culminant avec une “cryptoparty” [“cryptofête”] avec le soutien du hackerspace de Varsovie.

Espagne : A Barcelone, l'Association pour des Communications Progressistes organise Take Back The Net [Reprendre le Net] les 4 et 5 juin. Militants des droits humains et fournisseurs de technologies pourront rassembler leurs forces pour partager les connaissances sur l'impact sur eux de la surveillance, et collaborer pour enseigner les outils dernier cri à ceux qui en ont besoin. Vous pouvez rejoindre Take Back the Net en et hors ligne, ou monter une CryptoParty près de chez vous (comme Snowden l'a fait à Hawaï en 2012).

Ukraine : Du 6 au 8 juin, SHARE Defense transformera la villa de Ianoukovitch à Mejyhirya près de Kiev en plate-forme de partage de savoirs. Les militants se rassembleront pour mettre en commun les expériences et débattre des questions relatives à la liberté de parole, au journalisme d'investigation, à la sécurité numérique et au militantisme, sous forme de conférences, débats ouverts et ateliers. Le 22 février, après la chute du gouvernement Ianoukovitch et la fuite de ce dernier, le complexe de Mejyhirya, sa résidence campagnarde de Kiev, a été ouvert aux contestataires, militants et journalistes. Ainsi ont été découverts plus de 200 dossiers de documents détaillant les activités de l'ex-président. Pendant ces journées, SHARE Defense présentera l'analyse finale de ces archives ainsi qu'un nouveau documentaire sur IanoukovithLeaks.

Royaume-Uni : Le 7 juin, la Coalition Don’t Spy on Us [Ne nous espionnez pas] élargira son combat pour stopper l'espionnage des Britanniques par le GCHQ lors d'un grand événement public dans le centre de Londres. Hébergés par le Guardian, les orateurs seront Cory Doctorow, Alan Rusbridger, Bruce Schneier, Neil Tennant, Shami Chakribarti, Lord Richard Allan, la Baronne Helena Kennedy, Claude Moraes MEP, Ian Brown, Caspar Bowden, Gabrielle Guillemin, et d'autres encore. Vous pouvez vous rejoindre la coalition ici et trouver les coordonnées de l'événement ici.

Etats-Unis : Des mesures techniques y sont prises pour recouvrer la confidentialité avec Reset The Net, une campagne auprès des entreprises pour qu'elles ajoutent sur leurs sites et applis une sécurité à l'épreuve de la curiosité des services de renseignement et pour diffuser à nos amis et voisins des outils de protection de la vie privée résistant à la NSA. Encrypt All The Things d'Access est une autre initiative qui renforcera la pression sur les plates-formes Internet pour verrouiller leurs données contre l'espionnage le 5 juin.

Les membres de la coalition internationale qui anime les Principes nécessaires et proportionnés contre la surveillance incontrôlée (dont beaucoup se trouvent dans les mouvements précités) vont lancer des campagnes, interpeller les législateurs et tenir des événements en temps réel à travers le monde. Simon Davies, un des pionniers du mouvement mondial de défense de la vie privée, exposera la réaction des gouvernements de plusieurs pays aux révélations de Snowden — et comment ils peuvent aller plus loin.  

Dites-nous comment vous combattez la surveillance dans votre pays, le 5 juin ou plus tard. Tweetez à @Advox, postez un message sur notre mur Facebook, ou envoyez-nous un courriel à advocacy@globalvoicesonline.org !

5 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site