Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Journée Mondiale des Réfugiés : Zoom sur l'Irak

Tandis que se déroule dans le monde la Journée Mondiale des Réfugiés , aujourd’hui 20 juin, le Moyen-Orient se trouve à nouveau au centre d’une tragédie humanitaire en plein développement.

Un rapport de l’ONU attribue à la guerre d’Irak l’augmentation du nombre de réfugiés au niveau mondial à 14 millions. Ce chiffre inclut les 4, 3 millions de Palestiniens (et leurs enfants) qui ont été déplacés par le conflit arabo-israelien de 1948 .

“Le nombre de réfugiés au niveau mondial a augmenté pour la première fois en cinq ans, et ceci est largement du au conflit en Irak, selon un rapport des Nations Unies.
Le nombre total de réfugiés a augmenté de 14% l’an dernier, atteignant presque 10 millions, a annoncé l’UNCHR , l’agence chargée des réfugiés aux Nations Unies.

Le nombre des personnes déplacées à l’intérieur des frontières a aussi atteint un niveau record de presque 13 millions de personnes.

En marge de l’Irak, les conflits au Liban, au Timor Est, au Soudan et au Sri Lanka sont à incriminer pour cette hausse du nombre de réfugiés. Ce chiffre, publié par les Nations Unies, ne comprends pas les 4.3 millions de Palestiniens (incluant ceux nés en exil) déplacés depuis 1948 à la suite du conflit avec Israël », rapporte la BBC.

La guerre en Irak a elle seule est responsable de 4.4 millions de réfugiés et de populations déplacées à l’intérieur des frontières.

“La situation en Irak continue à empirer, avec plus de deux millions d’Irakiens dont on estime qu’ils ont été déplacés à l’intérieur des frontière et 2.2 millions qui ont cherché refuge dans les pays voisins ». affirme le rapport de L’UNCHR.

Selon des chiffres gouvernementaux, quelques 1.4 millions d’Irakiens se trouvent maintenant en Syrie, jusqu’à 750 000 en Jordanie, 80 000 en Egypte et quelques 200 000 dans la région du Golfe. La Syrie, à elle seule, accueille un minimum de 30 000 Irakiens par mois.

Le nombre d’Irakiens fuyant dans les pays voisins reste élevé selon le Haut Comité aux Réfugiés de l’ONU, rapporte l’agence Reuters.

Que dit la blogosphère de cette tragédie ?

Etat de désespoir:

Zeyad , du blog Healing Iraq [En]a mis en ligne trois vidéos enregistrées pour l’émission Dateline (09/05/07) par la chaîne australienne SBS , qui relatent les épreuves de trois familles irakiennes ayant fui le carnage dans la Jordanie voisine.

“Vous ne verrez pas ça à la télé américaine. C’est à briser le cœur, et il ne s’agit que de l’histoire de trois familles parmi des millions » écrit-il .

Avertissement: certaines images peuvent heurter les personnes sensibles

video 1

vidéo 2

vidéo 3

Les réfugiés irakiens en Syrie :

Alive in Baghdad |En] met en ligne cette vidéo, et explique pourquoi les Irakiens fuient en Syrie.

La presse internationale souligne à nouveau le nombre croissant de réfugiés de la crise irakienne. Il y a au moins 4.2 millions d’irakiens déplacés de leur foyer, dont 2.2 millions seraient maintenant sortis d’irak. Les Nations Unies ont prévu qu’il fallait s’attendre à 5 millions d’Irakiens déplacés dans un futur proche.

Ian Mather écrit, dans le Scotsman que cet exode dépasse maintenant celui des Palestiniens en 1948 et constitue le plus grand exode dans l’Histoire de cette région du monde.

Le flot d’Irakiens fuyant les violences inter-religieuses de leur pays a atteint plus de quatre millions, l’afflux de réfugiés le plus important au Moyen-Orient depuis la création d’Israël en 1948.

La Syrie, avec ses frontières poreuses et une politique d’accueil plus ouverte aux Irakiens que ses autres voisins arabes tels que la Jordanie, le Koweit et l’Arabie Saoudite, accueille semble-t-il le plus gros contingent de réfugiés.

Selon Paul Cochrane, de The Independent ::

“Une crise humanitaire de grande ampleur se prépare en Syrie. Plus de 1.4 millions d’irakiens se sont réfugiés là depuis l’invasion de 2003, et 30 000 arrivent chaque mois. La raison essentielle à la fuite des irakiens est la violence et l’insécurité, beaucoup recherche aussi des services de santé et la possibilité pour leurs enfants d’aller à l’école sans courir les risques quotidiens du trajet quotidien entre maison et école à Bagdad ou ailleurs en Irak”.

Fuir en Jordanie:

Konfused Iraqi Kid [En] écrit qu’il y a au moins 750 000 réfugiés irakiens en Jordanie..

“ Le gouvernement jordanien a signé un accord avec une ONG norvégienne, FAFO, pour faire un recensement des réfugié irakiens en Jordanie, les résultats devraient être publiés le mois prochain, après analyse des résultats du travail sur le terrain de avril et mai, selon le site Internet de l’ONG.

Les articles sur les réfugiés irakiens citent couramment le chiffre de 750 000 irakiens réfugié en Jordanie et 1.5 million en Syrie.

Cependant, une source de l’ONG norvégienne m’a confié que les résultats initiaux semblent indiquer que le nombre total est beaucoup moins élevé, presque moitié moins ici (en Jordanie). Avec les règles strictes imposées par le gouvernement aux Irakiens pénétrant sur son territoire , le coût élevé de la vie et l’impossibilité de trouver un travail ou un logement , je ne trouve pas surprenant que le nombre de réfugiés soit moins élevé, mais la différence est telle que je préfère attendre la publication des résultats officiels”, explique –t-il.


Fuir au Kurdistan:


Alive in Baghdad [En] nous informe de la situation des irakiens qui fuient vers les régions kurdes dans ce billet, qui comprend une vidéo..

“Les Arabes iraquiens qui fuient au Kurdistan sont devenu un signe de plus en plus évident de la dégradation de la situation à Bagdad. On estime à 30 000 le nombre d’Irakiens qui ont fuit pour se rendre à Arbil, dans la partie nord et kurde et l’Irak..

Cette semaine, Isam Rasheed nous amène à Arbil, la capitale de la région kurde et l’une des nombreuses villes du Kurdistan qui débordent aujourd’hui de réfugiés fuyant la guerre au sud.

Les épreuves racontées par deux famille dans cet épisode sont un pauvre reflet des difficultés que les Irakiens rencontrent dans leur nouveau refuge. Selon Ron Redmond, un porte-parole du UNHCR, “ceux qui ont fui deviennent de plus en plus désespérés au fur et à mesure que les communautés qui les accueillent et eux mêmes se trouvent à bout de ressources ».

Oublier Bagdad:

Nadia N.[En], une Irakienne vivant à Toronto, au Canada , a consacré un de ses blogs aux réfugiés irakiens. Nommé bien à propos Forget Baghdad (Oublier Bagdad), ce blog n’a malheureusement pas été mis à jour récemment.

“Ce blog a été créé pour mettre en lumières les problèmes qu’affrontent les Irakiens qui cherche asile en dehors de l’Irak, tout autant que ceux des populations déplacées de l’intérieur et sa diaspora. Il a été créé pour parler de ce que j’estime être un sujet pas assez traité et un dont l’urgence croit de façon exponentielle alors que la guerre continue. Alors que l’Irak devient un des pays les plus dangereux du monde, les Irakiens qui espèrent fuir ailleurs se trouve face à des difficultés immenses, dues non seulement au durcissement des lois sur l’immigration dans les pays européens mais aussi au refus de nombreux pays de reconnaître l’Irak comme un pays en guerre, ce qui complique le statut de ceux qui cherchent asile », explique Nadia.


Aidez les réfugiés irakiens:

Depuis l’Egypte, Issandr El Amrani [En] exhorte les lecteurs à faire campagne auprès du gouvernement des Etats Unis pour faire plus pour les réfugiés irakiens.

“Refugees International demande aux citoyens d’appeler la Maison Blanche pour lui demander d’augmenter l’aide aux réfugiés irakiens à 290 millions. Souvenez-vous que, comme vous l’avez récemment lu dans un billet sur un récent rapport Brooking consacré à la crise irakienne et aux réfugiés, les Etats Unis ont accordé le statut de réfugiés à seulement 800 irakiens depuis 2003, même si une nouvelle loi augmentera ce chiffre jusqu’à un toujours très insuffisant 7000 » explique-t-il.

Blâmer les USA:

Selon Shamhita [En] la guerre menée par les USA dans la région contribue à cette tragédie en plein développement.

“Un des effets collatéraux les moins mentionnés de cette campagne militaire injuste et prolongée des Américains en Irak est le déplacement des populations qu’elle a entraîné, surtout des femmes et des enfants, forcés de fuir les persécutions et de devenir des réfugiées dans les pays voisins. Selon une étude publiée par les Nations Unie, le nombre total de réfugiés dans le monde a augmenté pour la première fois en cinq ans.

Le nombre total de réfugiés a augmenté de plus de 14% l’an dernier, jusqu’à presque 10 millions, affirme le Haut Comité aux réfugiés. Le nombre de personnes déplacées à l’intérieur des frontières a aussi atteint un record, presque 13 millions, selon le rapport. Outre l’Irak, les conflits au Liban, à Timor Est, au Soudan et au Sri Lanka sont à blâmer pour l’augmentation du nombre de réfugiés.

De plus, ceci ne comprend pas les 4.3 millions de Palestiniens qui sont également des populations déplacées..

Le rapport dit que le conflit en Irak est largement responsable de cette augmentation. Quelques 1.5 millions d’Irakiens vivraient maintenant comme réfugiés dans d’autres pays, particulièrement en Syrie et Jordanie.

Si l’on considère que l’autre grand groupe de réfugiés vient d’Afghanistan, on peut se risquer à dire que la campagne militaire américaine ne fait pas que tuer les populations, elle les déplace aussi. Mais la grande question, pour moi, est : quelles vont être les conséquences de ces déplacements de population? Qu’arrive-t-il quand des gens sont forcés de quitter l’endroit qu’il considère comme leur chez-eux, s’enfuir dans la terreur, devenir sans abri et chercher protection dans les pays voisins, où l’économie peut à peine les nourrir ?

Pendant que nos “leaders” vivent tranquillement, avec leurs mains avides et pleines de sang”.

Amira Al Hussaini

5 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site