Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Facebook peut-il tenir sa promesse de connecter un milliard de terriens?

Annonces publicitaires de Free Basics de 2015. Des images largement partagées sur les médias sociaux.

Annonces publicitaires de Free Basics de 2015. Images largement partagées sur les médias sociaux.

En 2015, Facebook a lancé un projet visant à combler le fossé numérique dans les pays en développement avec une application mobile appelée “Free Basics”.

Le programme Free Basics crée pour cela une “rampe d'accès” à Internet grâce à une plate-forme mobile fermée qui permet aux utilisateurs d'accéder gratuitement à quelques services en ligne, tels que Accu Weather, BBC News et Wikipédia.

Actuellement disponible dans 63 pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine, l'application Free Basics est devenue une partie de l'ambition de Facebook de devenir la plate-forme sociale la plus populaire et la plus puissante sur Terre. Treize ans après sa naissance, Facebook a maintenant deux milliards d'utilisateurs actifs mensuels, plus de personnes que la population totale de la Chine. Et la société a particulièrement travaillé au cours des deux dernières années pour rendre ses produits populaires et faciles à utiliser dans les pays en développement (carte ci-dessous). Free Basics est une partie importante de cette stratégie.

Sur le site Web promotionnel [fr] pour l'application, Facebook explique que “[fr] introduisant les gens aux bénéfices d'Internet”, l'application aidera à justifier le coût des données mobiles et, par conséquent, “amener davantage de personnes en ligne et contribuer à améliorer leur vie”.

Alors, quelle est la performance de l'application pour les intérêts et les besoins locaux?

Au printemps 2017, un groupe d'experts des technologies et des droits numériques de Global Voices en Colombie, au Ghana, au Kenya, au Mexique, au Pakistan et aux Philippines s'est proposé de répondre à cette question. Nous avons mené une série d'études de cas dans ces pays où nous avons utilisé l'application et l'avons testée en fonction de la convivialité et des références Internet ouvertes que nous avons développées en consultation avec des experts mondiaux des politiques des TIC et d'Internet. Lisez ici le rapport complet.

Par cette recherche, nous visons à accroître la sensibilisation du public, ainsi que ses connaissances sur les droits numériques et le secteur des technologies de la communication et de l'information sur l'utilité de Free Basics dans les pays où l'application a été déployée.

Nos principales conclusions:

  • Free Basics peut ne pas parler votre langue : Free Basics ne résout pas les besoins linguistiques des utilisateurs cibles. Aucune version du programme testé dans notre étude n'a permis de répondre adéquatement aux besoins linguistiques de la population locale. Dans les pays fortement multilingues, y compris le Pakistan et les Philippines, l'application est offerte dans une seule langue locale.
  • Free Basics comprend peu de contenus locaux mais de nombreux services d'entreprises des États-Unis et du Royaume-Uni. Free Basics ne contient qu'une quantité relativement faible de contenus pertinents pour les problèmes et les besoins locaux, peu de sites de services publics et de sources d'informations indépendantes. Il n'inclut pas non plus de plate-formes de courrier électronique.
  • Free Basics ne connecte pas à l'Internet global – mais il collecte vos données : Facebook collecte des flux uniques des métadonnées de l'utilisateur durant toute sa navigation sur Free Basics, pas seulement ses activités sur Facebook. La société recueille des informations sur les utilisateurs tiers auxquels ils ont accès, quand et pendant tcombien de temps.
  • Free Basics enfreint les principes de neutralité du net : Free Basics ne permet pas une navigation sur l'Internet ouvert. Il offre l'accès à un petit ensemble de services et donne une priorité à l'application Facebook en sollicitant activement les utilisateurs pour qu'ils s'inscrivent et se connectent au service payant. Free Basics divise également les services tiers en deux niveaux, en donnant une plus grande visibilité à certaines informations qu'à d'autres.
  • Un peu d'Internet c'est mieux que rien – mais pas aux conditions de Facebook : les résultats de la recherche de Global Voices suggèrent que la plupart des contenus proposés via Free Basics ne répondent pas aux besoins les plus urgents de ceux qui ne sont pas encore connectés et que les limitations en données et contenus de Free Basics sont dans une large mesure artificielles et visent principalement à collecter des données rentables auprès des utilisateurs.

À propos de la recherche

Nous avons évalué Free Basics en fonction de critères développés collectivement de qualité de connexion, de langue et d'accessibilité, du contenu ainsi que des politiques de confidentialité / données. Chaque chercheur a utilisé et évalué l'application dans son pays d'origine et a écrit une brève étude de cas résumant ses résultats.

Notre rapport de recherche complet reflète nos conclusions et nos analyses collectives. Les annexes au rapport comprennent notre méthodologie, une liste sélective des services tiers fournis par Free Basics et une collection de captures d'écran de chaque version de l'application. Nous encourageons les lecteurs et les chercheurs curieux à explorer tous ces matériaux et à envisager de les utiliser pour mener leurs propres recherches ou analyses.

Rapport de recherche complet [PDF]

Étude de cas en Colombie [PDF]

Étude de cas au Ghana [PDF]

Étude de cas au Kenya [PDF]

Étude de cas au Mexique [PDF]

Étude de cas au Pakistan [PDF]

Étude de cas aux Philippines [PDF]

Annexe 1: Methodologie [PDF]

Annexe 2 : Sélection de services de Free Basics [Google drive]

Annexe : Captures d'écran [Google drive]

 

L'équipe de recherche

  • Kofi Yeboah est un blogueur ghanéen qui s'intéresse à la liberté d'Internet. Contributeur actif à Global Voices, il a servi de coordinateur de recherche pour le projet Free Basics in Real Life. Il travaille actuellement avec Population Services International, au Ghana, comme responsable des communications.
  • Monica Paola Bonilla >est une linguiste qui collabore à Global Voices depuis 2015. Elle a travaillé sur des projets de documentation linguistique et de localisation de logiciels vers des langues autochtones parlées en Colombie, au Mexique, en Equateur et au Pérou. Ses domaines d'intérêt sont la linguistique appliquée, l'alphabétisation numérique, l'inclusion numérique, les logiciels libres, l'informatique et les langues autochtones. Elle est la représentante de Mozilla pour la Colombie ; elle dirige le Club Mozilla Nativo et travaille pour un site Web ouvert et accessible pour tous.


  • Mahnoor Jalil est stagiaire chez Mindmap Communications. Elle travaille avec Karachi Youth Productions et a participé à plus de douze conférences modèles des Nations Unies. Elle attend avec impatience de commencer sa licence en médias plus tard cette année.

  • Faisal Kapadia est écrivain, blogueur et cofondateur de Mindmap Communications, une agence de médias numériques au Pakistan et aux Émirats arabes unis. Il est auteur pour Global Voices depuis 2007. Il a co-produit un podcast que Google Pakistan a nommé le meilleur du Pakistan en 2010. Il écrit actuellement une chronique hebdomadaire dans le Daily Times. Faisal possède une licence en systèmes d'informatique de gestion et il est un formateur expérimenté dans les médias et les contenus numériques.

  • Mong Palatino est l'éditeur pour l'Asie du Sud-Est de Global Voices. Il est également un militant basé à Manille, aux Philippines.
  • Giovanna Salazar est une chercheuse sur Internet qui se concentre sur le contrôle de l'information et l'activisme numérique en Amérique latine. Elle est titulaire d'une maîtrise en études médiatiques de l'Université d'Amsterdam et agit à titre d'agent de plaidoyer et de communication à SonTusDatos.org, une ONG mexicaine axée sur la protection de la vie privée et des données en ligne. Elle participe régulièrement aux équipes Advox et Amérique latine de Global Voices.

  • Le travail de Njeri Wangari Wanjohi réside à l'intersection des arts, de la technologie et des médias. Pionnière du blogging au Kenya, elle dirige kenyanpoet.com depuis plus de dix ans et est l'une des fondatrices de l'Association des bloggers du Kenya (BAKE). Elle est également poète et auteur de Mines & Mind Fields: My Spoken Words. Avec sa formation dans les TIC spécialisée dans le soutien des systèmes, elle a fondé en 2014 AfroMum, une publication en ligne de premier plan pour les femmes en Afrique, qui se concentre sur la famille, la technologie et d'autres questions touchant les femmes. Elle contribue à Global Voices, Mail & Guardian Africa, Kenya Monitor et The Nairobi Garage Newsletter. Njeri est actuellement responsable du marketing à GeoPoll, une plate-forme d'enquête mobile.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site