Abdoulaye Bah · Juillet, 2020

Guinéen, retraité des Nations Unies, anime un forum en ligne pour l'Association des victimes du Camp Boiro et de tous les camps de concentration en Guinée où 50 000 victimes innocentes ont péri sous le régime dictatorial de Sékou Touré. Langues apprises : français, italien, anglais, espagnol, serbo-croate, allemand, peulh de Guinée (langue maternelle).

Contacter Abdoulaye Bah

Dernières publications de Abdoulaye Bah de Juillet, 2020

Au Libéria, une nouvelle réglementation fiscale sur la téléphonie mobile entre en conflit avec les droits numériques

La surtaxe prohibitive rendra plus difficile l'accès à internet pour les Libérien⸱ne⸱s ordinaires, au plus fort d'une pandémie.

Les communautés autochtones et afro-descendantes de Colombie dénoncent l'assassinat de défenseurs des droits humains

Au cours des années 1990 et 2000, des milliers de paysans ont été dépouillés de leurs parcelles et violemment déplacés par des groupes paramilitaires, tandis que l'État est resté passif.

Comment la loi sur l'idéologie du génocide au Rwanda régit-elle la parole en ligne ?

La loi rwandaise sur l’idéologie du génocide limite sérieusement la liberté d’expression en ligne et crée une culture de peur et d’autocensure.

Les Tanzaniens débattent de la signification du nouveau statut de « pays à revenu intermédiaire » selon la Banque mondiale

Alors que le gouvernement se félicite de ce nouveau statut, certains ont critiqué cette vision du développement qui masque les véritables conditions de vie de la majorité.

Le Cambodge continue de bloquer les activités commémoratives en l'honneur de l'analyste politique assassiné Kem Ley

Quatre ans plus tard, le gouvernement ignore toujours les appels à la création d'une commission indépendante pour enquêter sur le meurtre.

La Mauritanie persiste et signe dans son racisme anti-Noir systémique

Malgré la diversité culturelle et ethnique du pays, l'essentiel du pouvoir  économique, politique et militaire est concentré dans les mains des Beidanes d'origine arabo-berbère.

Se souvenir des paroles déchirantes de la « génération perdue » frappée par la guerre en Yougoslavie

"Jamais de ma vie [je n'aurais imaginé] tirer sur quelqu'un ou que quelqu'un me tirerait dessus. Comment est-ce possible ?"

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site