· Septembre, 2014

Billets de Brèves de Septembre, 2014

Abidjan : le premier Festival africain du numérique

Logo Africa web festivalLe premier festival africain du numérique, qui se déroulera du 24 au 26 novembre prochain à Abidjan, propose aux  créateurs travaillant autour de ou en Afrique de participer à un concours (inscriptions jusqu'au 12 octobre).

Vous êtes journalistes, développeurs, producteurs de web tv, de web radio ; vous êtes créateurs et innovateurs et avez une idée ou un projet en tête? Inscrivez-vous au premier Africa Web Festival dans l’une des six catégories de compétition : documentaire, tourisme, fiction, animation, éducation, publicité et tourisme.
 
L’Africa Web Festival est également une plateforme d’échanges entre experts, passionnés et novices du monde entier, qui fera l’état des avancées actuelles dans le domaine du numérique et animera le débat sur la planète numérique : ses espoirs, ses enjeux et les défis auxquels l’Afrique est exposée, afin que le continent prenne sa place dans la nouvelle planète numérique.

 

Mexique : comment décrire la douleur quand on n'a pas les mêmes mots ?

Mexico

Image publiée sur flickr par l'utilisateur Buen Rumbo ((CC BY-NC-SA 2.0)

Sans professionnels de la santé maîtrisant les langues autochtones, ni de services de traduction et d'interprétariat efficaces dans les hôpitaux, on court le risque que les patients soient dans l'incapacité de décrire parfaitement les maux dont ils souffrent, explique Yásnaya Aguilar dans son blog pour EstePaís. Dans sa rubrique, elle donne de nombreux exemples où la langue mixe [langue amérindienne] lui a permis de décrire de manière plus précise une douleur à une infirmière ou à un médecin parlant cette même langue, et comment une traduction en espagnol pouvait parfois s'avérer limitée. De ses propres mots :

En mixe por ejemplo tengo un conjunto de palabras distinto para nombrar el dolor físico: pëjkp, jäjp, pä’mp, we’tsp… Apenas hallo equivalentes para alguna en español. Las diferencias todavía son más grandes y hay momentos en los que sólo puedo describir un dolor en español o sólo alcanzo a nombrarlo en mixe. Hablar ambas lenguas me permite tener a mi servicio un inventario más nutrido de palabras para describir mi dolor, aunque en general, cuando algo me duele mucho, el mixe toma el control de mis pensamientos.

En langue mixe, par exemple, j'ai tout un éventail de mots différents pour nommer la douleur physique : pëjkp, jäjp, pä’mp, we’tsp. Je peux à peine trouver leurs équivalents en espagnol. Les différences sont si importantes que parfois, il ne m'est possible de décrire la douleur qu'en espagnol et d'autres fois, qu'en langue mixe. Être capable de maîtriser ces deux langues me permet aussi d'avoir à ma disposition un riche répertoire de mots pour expliquer une douleur, bien qu'en général, quand il y a quelque chose qui me fait vraiment souffrir, c'est la langue mixe qui prend le contrôle de mes pensées.

Le droit universel aux soins de santé ne peut être garanti quand la majorité des hôpitaux n'ont pas à leur disposition des praticiens qui puissent à la fois parler en langues autochtones et passer d'un système de compréhension du corps humain à un autre complètement différent. En outre, elle ajoute que cela peut être la cause d'erreurs de diagnostic et que sans ces services en langues autochtones, “il n'y a aucun moyen de tendre des ponts d'empathie et de mieux comprendre que votre “ça fait mal” pourrait être aussi le même que le mien”.

Colombie : Le Festival de cinéma libre revient

Banner Festival CC Bogotá -

Affiche du Festival CC Bogotá avec licence CC BY 2.0

Tous les liens de ce post renvoient vers des pages en espagnol, sauf indication contraire.

Du 24 au 28 septembre 2014, se tient à Bogota en Colombie, un festival de cinema libre qui a été précédé par plusieurs éditions realisées dans des villes comme Barranquilla et une plus récente également à Bogota. Le festival s'intitule “Nouveaux récits pour écrans multiples” et débutera avec la projection du film “Hydro”, dont le synopsis est:

Film sous-marin collectif créé grâce à la collaboration de dizaines de personnes et institutions de différents pays du monde partageant leur travail au travers d'Internet et de licences Creative Commons au service d'une histoire unique réalizée par Xavi Tello et Rafa G.Sánchez.

Faisant partie des films sans paroles développés par Ron Fricke dans des films comme Baraka, ce documentaire propose un voyage épique dans un sous-marin accompagné de sons narratifs et d’ atmosphères musicales, des enregistrements de divers océans, lacs, fleuves, des videos expérimentales et même des animations pour construire un voyage qui nous permettra de voir les fonds marins, comme seulement quelques privilégiés ont pu les vivre.

Vous pouvez suivre les nouveautés sur le site internet, visiter la page facebook: FestiCineCC Bogotá ou les suivre sur Twitter. Vous pouvez également aider le jour de l'évènement à la Cinemateca Distrital à partir de 18h30. 

Vous pouvez en lire plus ici sur les contenus libres et les licences Creative Commons [français].

Les toits potagers de Hong Kong

"Go Green Hong Kong" discussed the benefit of rooftop farming in Hong Kong.

Le blog “”Go Green Hong Kong” évoque les bénéfices des jardins et jardins potagers sur les toits à Hong Kong.

Green roofs can help reduce three of the four top problems facing the society in the next 50 years: energy, water, and environment.

Les toits verts peuvent contribuer à réduire trois des quatre problèmes majeurs qu'affrontera la société dans les prochains 50 ans : l'énergie, l'eau et l'environnement

Annonce en fanfare : #sarkozyleretour

Le mot-dièse #sarkozyleretour caracolait en tête des tendances Twitter en France ce vendredi 19 septembre 2014.

Court-circuitant les journalistes, l'ex-président Nicolas Sarkozy a choisi Facebook pour annoncer son retour au premier plan de la politique française :

L'émotion a fait bafouiller le présentateur de service de la chaîne d'information en continu itele :

Les réactions sceptiques n'ont pas manqué :

Le thème du retour de l'ex-président en sauveur avait déjà fait l'objet de cette image, en décembre dernier :

Le blogueur Seb Musset regarde vers l'avenir et annonce, ironique et désabusé, l'éternel retour :

Le panneau publicitaire à la gloire du président togolais qui fait rigoler les blogueurs

Un citoyen a voulu marquer haut et fort sa reconnaissance au président togolais Faure Gnassingbé pour sa générosité. Cette semaine, un panneau publicitaire géant a été érigé dans Lomé, la capitale du Togo, pour louer l'action présidentielle pour la cantine scolaire. L'exubérance du message a laissé les Togolais interloqués. Ils se sont retrouvés sur Twitter pour moquer ce panneau sous le mot-clic #merciPapaFaure

Cette photo a été largement partagée sur Twitter. Le blogueur Adzima décrit quant à lui la situation réelle des écoliers togolais.

Au Pérou, des pélicans affamés sauvés par une ONG

Pelícanos blancos. Foto en Flickr del usuario  jacinta lluch valero (CC BY-SA 2.0).

Des pélicans blancs. Photo publiée sur Flickr par l'utilisatrice jacinta lluch valero (CC BY-SA 2.0).

Au nord de la province péruvienne de Trujillo, dans l'estuaire du fleuve Moche, des membres de l'ONG Corazones Bondadosos (Cœurs généreux) ont nourri plus de 400 pélicans avec du poisson frais pour leur éviter de mourir de faim.

Le collectif Corazones Bondadosos (Cœurs généreux) nourrissent les pélicans à Trujillo. Un noble geste. Ils demandent aux autorités de leur prêter main forte.

Les pélicans morts sont un danger pour la santé publique.

Fin août, près de 120 cadavres de pélicans ont été enterrés à six pieds sous terre dans le sable de la plage de Las Delicias, située dans cette même zone, et recouverts de chaux pour éviter la propagation d'éventuelles maladies.

Enfants migrants d'Amérique centrale : pas de visa pour un rêve

Niños migrantes en clase. Imagen en Flickr del usuario pies cansados (CC BY-ND 2.0) .

Enfants migrants en classe. Image publiée sur Flickr par l'utilisateur pies cansados (CC BY-ND 2.0).

Dans un article d'opinion pour le Journal Sentinel Online, Jamie Stark, un contributeur de Global Voices, se demandait : ” Quel genre de parent payerait 10 000 $ un parfait inconnu pour faire traverser à son propre enfant, 2200 kilomètres de zones mafieuses et de postes-frontières plus qu'hostiles ? Sans doute, un bon parent”.

En tant que citoyen préoccupé par la crise des enfants migrants, Stark s'interroge :

Que faisons-nous de ces enfants ? Il est clair que la décision n'est pas à prendre à la légère,  mais elle omet l'humanité, l'histoire de chacun de ces enfants qui traversent nos frontières.
[…]
Quand un parent en Amérique centrale entend cette rumeur d'enfants autorisés à rester sur le territoire des États-Unis, il n'est pas difficile d'imaginer le voir passer sa vie à économiser entre 10 000 et 15 000 dollars pour qu'un inconnu guide son fils ou sa fille vers le Nord.
[…]
Ces enfants ne sont pas de simples statistiques. D'ailleurs, la plupart d'entre eux n'ont jamais voulu être ici.

Global Voices a précédemment écrit plusieurs articles sur cette question :
Amérique centrale : le désastre humanitaire des enfants qui immigrent seuls
An Open Letter to Salvadoran Migrant Children [en anglais et espagnol]
Trafficked Ecuadorian Children Pass Through Hell on the Way to the US [en anglais et espagnol]

Les bibliothèques pour les peuples indigènes : un espace de construction sociale

bib-mex

Bibliothèque UNAM, Mexico. Photo par Esparta sur flickr, utilisée sous licence Creative Commons Attribution 2.0 Generic (CC BY 2.0).

“C'est une chose que les livres satisfassent un désir de curiosité chez les usagers, et c'est une chose tout à fait différente que le patrimoine représente l'identité de la communauté à laquelle ils appartiennent”. Le bibliothécaire argentin Daniel Canosa s'interroge sur le rôle et la fonction des bibliothèques locales. Il écrit dans red latinoamericana Infotecarios [réseau latinoaméricain des infothécaires] :

Las bibliotecas indígenas, [deberían] generar conocimiento desde la participación local y comunitaria, ofrecer un modo de entendimiento, que es a la vez una manera de construir identidad. El tema es si lo que ofrece la biblioteca representa lo que cada comunidad sabe y conoce, si lo que construye el bibliotecario con su comunidad permite una genuina afinidad con la memoria histórica del pueblo. No se tratan de ideas nuevas, pero es necesario avanzar interpelando las mismas.
[…]
Si las bibliotecas difunden la producción de la gente de su lugar de pertenencia, entonces no sólo las elites tendrán presencia en el mundo de la información.

Les bibliothèques indigènes [devraient] susciter la connaissance sur la base d'une participation locale et communautaire, offrir un mode de compréhension qui constitue en même temps une forme de construction de l'identité. La question est de savoir si ce que la bibliothèque offre représente les savoirs et les connaissances de chaque communauté, si ce que le bibliothécaire construit avec sa communauté permet une véritable affinité avec la mémoire historique du peuple. Ces idées ne sont pas nouvelles mais une remise à plat de ces idées est nécessaire si on veut les promouvoir.
[…]
Si les bibliothèques diffusent la production des gens du lieu auquel ils appartiennent, le simple fait d'exister dans le monde de l'information ne sera plus réservé aux élites.

L'auteur souligne le fait qu'en brûlant des bibliothèques comme cela a pu se faire autrefois, on effaçait la mémoire du peuple et, par voie de conséquence, son identité. Il souligne par ailleurs le travail réalisé par la Biblioteca Básica de los Pueblos Indígenas de Colombia [bibliothèque de base des peuples indigènes de Colombie], s'interroge sur les publications de l'éditeur Editorial Ecuatoriana Abya Yala et présente un exemple d'”inclusion sociale” avec la Cooperativa Eloísa Cartonera d'Argentine.

Pour en savoir plus sur la bibliothécologie et la documentation, visitez le blog personnel de Daniel Canosa ou contactez-le sur LinkedIn.

Le billet passé en revue a participé au quatorzième #LunesDeBlogsGV [Lundi des blogs GV] du 4 août 2014.

Madagascar : et si 75 % des villes chez vous étaient volontairement privées d'électricité ?

A Night in Madagascar when electricity is out  by Augustin- CC-BY-2.0

Une nuit à Madagascar sans électricité, par Augustin- CC-BY-2.0

Il y a environ cent cinq villes dans tout Madagascar. Le ministre de l’Énergie, Richard Fienena, a annoncé récemment que quatre-vingt villes y sont actuellement sans électricité parce que la JIRAMA, l'entreprise publique chargée de la distribution d'électricité sur le territoire, est en panne de carburant. En conséquence, elle a dû sélectionner les villes qui allaient être alimentées. 80 villes sans électricité, cela représente presque 75 % des agglomérations du pays, une proportion inimaginable dans la plupart des pays du monde. La JIRAMA est également empoisonnée par des menaces de grève générale de la part de ses employés qui réclament davantage de mesures de sécurité pour les protéger des clients en colère. L'un de ces clients mécontents était le président malgache lui-même: il a menacé de poursuivre la compagnie en justice après une défaillance électrique à son domicile. Le blogueur Andriamihaja, de Tulear dans le sud de Madagascar, a écrit une lettre ouverte humoristique à la compagnie décrivant la vie dans sa ville sans énergie.

Découvrez la Macédoine en “91 jours” avec un duo de voyageurs

Un duo de voyageurs, l'allemand Jürgen Horn et l'américain Mike Powell, vadrouillent à travers le monde en suivant une démarche atypique : choisir un pays avec l'attention d'y rester trois mois, ou 91 jours. Durant ces séjours de trois mois, les deux globe-trotters cherchent à s'intégrer dans leur nouvel environnement de manière bien plus approfondie que ne le ferait un touriste lambda. Ils racontent ensuite leurs expériences sur leur blog, récits qu'ils prévoient de faire éditer par la suite sous la forme de e-books.

Horn et Powell ont déjà visité plusieurs lieux sur différents continents,  du Japon au Yucatán, de l'Idaho à l’Islande et Istanbul, en passant par le Sri Lanka et bien d'autres encore dans l'intervalle. Actuellement, ils explorent et écrivent sur la Macédoine, mettant en ligne des notes multimédias sur les villes et les villages de ce petit pays du sud-est de l'Europe, des lieux imprégnés de culture, d”histoire et de nature. Le voyage de ce duo peut être suivi sur les réseaux sociaux et sur leur blog.

Travail de filigrane d'argent avec Marta à Ohrid

Mali : Contribuez au projet culturel ‘Quand le village se reveille’

Fileuse, Mali. Photo de Boukary Konaté avec sa permission

Fileuse, Mali. Photo de Boukary Konaté avec sa permission

Quand le village se réveille‘, un projet de préservation et de partage de la culture des villages maliens grâce aux TIC, mené par un membre de Global Voices, Boukary Konaté, à Bamako, a réuni et même dépassé son objectif de 1 500 euros sur une plateforme de financement collectif. Il s'agit à notre connaissance du premier projet malien, animé par un Malien et financé par ce biais. Prochaines étapes : l'équipement informatique et la formation de référents pour chaque village partenaire dans différentes régions. Tous les Maliens et connaisseurs du Mali sont invités à partager photos, vidéos, ou leurs connaissances sur la culture rurale du Mali (traditions, dictons, contes, méthodes de travail, techniques artisanales, etc.) via la page Facebook du projet. 

Madagascar: Mazana II, la marque de voitures 100% malgache Karenjy

, heureux d'annoncer la reprise de la production des voitures Karenjy, entièrement conçue et fabriquée à Madagascar, parle de sa contribution lors des enquêtes sur l'opinion des consommateurs sur son blog CORBEILLE :

En fait, j’ai suivi sur internet le développement de cette voiture. J’ai même participé un peu en répondant aux enquêtes de l’entreprise afin de peaufiner les caractéristiques du modèle. Remplir les formulaires de ces enquêtes me plaisait beaucoup. Une fois, ils demandaient de choisir la fiche technique et les options que je voudrais. Ah! c’était comme si j’achetais une voiture personnalisée et comme si j’étais en train de remplir ma commande.

Voilà donc mon idée de la voiture idéale :

- Pour le type de voiture : bien sûr ce serait un 4×4 ou une familiale. Allez, pourquoi choisir? Une familiale à quatre roues motrices donc.
– Nombre de place : 7 à 9, c’est évident aussi. Il y a moi, ma femme, mes 5 enfants, mon père, ma mère, la nourrice, ce qui fait déjà qu’on serait à l’étroit dans une voiture à 7 places.
– Transmission : 4 roues motrices, je l’ai déjà dit. On veut aller loin avec. Si vous saviez l’état des routes qui mène à la campagne ou sont restés grand-père et les autres, cela vous paraîtra aussi très évident.
– Motorisation : je crois que le choix était entre plutôt puissante ou plutôt fiable? Bah…plutôt les 2 si c’est possible, non? il faudrait au moins un bon turbo pour rendre le moteur plus performant.
– Carburant : le Gasoil, c’est toujours moins cher au litre par rapport à l’essence.
– Qu’est-ce qui vous intéresse : l’aspect extérieur ou le côté pratique? Un compromis également si c’était possible. On veut de la praticité mais c’est triste de lire et d’entendre les étrangers comparer la première Mazana à une Mehari des années 1960, un tank ou une boîte à savon.

Guinée: Des mesures pour évaluer le travail des ONG dans la lutte contre Ebola

Pendant que la fièvre hémorragique virale à Ebola continue de progresser dans toute la Guinée, des ONG locales, sous le prétexte de contribuer à la lutte contre le fléau,  se font financer par la Coordination Nationale de Riposte contre Ebola, sans pouvoir garantir des résultats probants. De nouvelles mesures que chaque ONG doit remplir ont été introduites. Le site VisionGuinee.Info a publié un billet de Ciré BALDE qui présente ces nouvelles mesures:

Le malheur des uns fait le bonheur des autres, dit-on. Alors que l’épidémie d’Ebola a coûté la vie à 630 patients sur 970 cas confirmés selon le bilan fourni le weekend  dernier par le Comité interministériel de riposte, des “Organisations non gouvernementales’’  se bousculent à la porte de la Coordination nationale de riposte contre Ebola pour obtenir un financement pour faire de l’épidémie un business florissant.

De par le passé, des ONG ont obtenu des financements sans pourtant autant répondre aux attentes du Comité interministériel de riposte contre Ebola. Ce qui contraint les responsables de la coordination à fixer de nouvelles règles de jeu. 

Désormais, pour rafler un montant, les ONG et associations soumissionnaires doivent avoir un agrément en cours de validité délivré par le ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation, avoir une expérience avérée dans le domaine de la sensibilisation prouvée par un rapport d’activités certifié par le bailleur. Ce n’est pas tout. Elles doivent avoir un compte bancaire approvisionné à hauteur de 5 millions au minimum et surtout présenter un projet dont le montant n’excède pas 10 millions pour la ville de Conakry , et 30 millions pour l’intérieur du pays.

 

Un film rend hommage au combat d'une tribu de Bornéo pour sauver leur île de la déforestation

selungoSunset Over Selungo est un film documentaire de 30 minutes consacré au combat que mène le peuple indigène Punan pour défendre ce qui reste de la forêt tropicale de l'île de Bornéo en Malaisie, la plus grande île d'Asie. Le film a été réalisé par le cinéaste britannique indépendant, Ross Harrison.

Bamboo, launch, compound… ces mots anglais venus de Malaisie

Dans son article pour Coconuts KL, Lai Chee Seng  dresse la liste de 10 mots communs anglais aux origines malaises. Par exemple, “bamboo” est dérivé des mots malais “mambu” et “samanbu” ; “compound” quant à lui vient de “kampung” qui signifie “village” ou “groupe de bâtiments”. Enfin “launch” tire son origine du mot malais “lanchar”.

Chine : ‘Plus vous nous exploitez, plus nous sommes contents’

Kevin Slaten du blog China Labour Watch écrit sur  China File à propos de l'exploitation par le travail en Chine, de l'indifférence envers la sécurité et la vie des travailleurs, au nom de la croissance économique, qui se reflète bien dans un message resté célèbre du gouvernement local du Kunshan aux investisseurs étrangers : “Les habitants du Kunshan vous remercient de votre investissement. Plus vous nous exploitez, plus nous sommes contents.”

Une bibliothèque virtuelle sur la médecine traditionnelle philippine

philippine_health_researchLancée par plusieurs ministères philippins, la Bibliothèque virtuelle des connaissances traditionnelles philippines (TKDL-Health) a pour projet de formaliser et numériser les pratiques de la médecine traditionnelle du pays.  

Les communautés qui vivent principalement dans les montagnes ou à leurs abords, dépendent en grande partie des plantes et autres produits naturels de la forêt pour prévenir ou guérir les maladies. Mais la dégradation de l'environnement et l'influence des cultures des plaines menacent aujourd'hui les traditions des guérisseurs.

Un appel urgent pour la protection et la préservation de la langue tibétaine

Khenpo Tsultrim Lodoe est un éminent religieux bouddhiste et professeur à l'Institut bouddhiste de Larung Gar au Tibet. Dans son article, paru le 4 juillet 2014 sur un site Web officiel consacré à l'éducation dans les collèges tibétains, il s'intéresse à la relation entre la langue et l'identité, et il défend la préservation du tibétain. High Peaks Pure Earth a publié sur son site la traduction [en anglais] de cet article de réflexion.

Le ‘Projet Speargun’ de surveillance secrète échauffe les esprits en Nouvelle-Zélande

ANNA MAJAVU du Pacific Media Watch rend compte pour The Daily Blog d'un événement sans précédent à Auckland le 15 septembre 2014 :

NEW ZEALAND Prime Minister John Key has been accused of allowing the secret installation of equipment that would enable spooks to tap into New Zealand’s undersea fibre optic cable as part of a covert mass surveillance system of citizens.

This was the word from globally acclaimed whistleblower Edward Snowden and Wikileaks founder Julian Assange (both speaking via video link), Kim Dotcom and US Pulitzer prize-winner Glenn Greenwald last night at a packed meeting of more than 2000 people in Auckland.

Le premier ministre néo-zélandais John Key a été accusé d'avoir autorisé l'installation secrète d'un équipement qui permettrait aux espions de s'introduire dans le câble sous-marin en fibre optique de la Nouvelle-Zélande dans le cadre d'un système secret de surveillance massive des individus.

C'est ce qu'ont dit hier soir le lanceur d'alerte mondialement célébré Edward Snowden et le fondateur de Wikileaks Julian Assange (parlant tous deux par liaison vidéo), Kim Dotcom et le lauréat du prix Pulitzer américain Glenn Greenwald devant une salle bondée de plus de 2.000 personnes à Auckland.

Une météorite provoque une frayeur mais aucun dégât au Nicaragua

Meteorito El Chaco. Imagen en Flickr del usuario  Scheihing Edgardo (CC BY 2.0).

Meteorite, Image  surFlickr de Scheihing Edgardo (CC BY 2.0).

Une forte explosion a secoué la partie nord de la capitale du Nicaragua, Managua, aux environs de minuit le samedi 6 septembre 2014. La raison ? L'impact d'une météorite. Personne n'a été blessé, et il n'y a eu aucun dégât.

La déflagration  a effrayé les familles vivant alentours. Certaines ont fui leurs maisons, craignant un tremblement de terre.

Une météorite a frappé la capitale du Nicaragua.

Une météorite a frappé la capitale du Nicaragua.

The impact of a meteorite causes an explosion in Managua.

L'impact de la météorite a provoqué une déflagration à Managua.

Un décryptage des nouvelles règlementations chinoises sur les messageries instantanées sur mobiles

Hu Yong, professeur associé de l'Ecole de journalisme et communication de l'Université de Pekin, explique sur Chinafile ce qui est en jeu avec les dernières règlementations en Chine pour les messageries instantanées sur mobiles. Les règlementations interdisent aux détenteurs de comptes (à l'exception des comptes des médias enregistrés comme tels) de republier des articles sur l'actualité. Le résultat peut en être une application hautement sélective de la loi, tout commentaire pouvant tomber dans la catégorie “commentaires sur l'actualité”.

5 conseils pour éviter la surveillance en ligne en Chine

Vous souhaitez vous protéger du cyber snooping (surveillance en ligne) en Chine ? A lire,  les conseils donnés par Sean Maples sur ChinaHush :

1.Mettre à jour votre système d'exploitation
2. Supprimer les données inutiles
3.Amener avec vous un téléphone portable simple (non smartphone) 
4. Utiliser un VPN (Virtual Private Network)
5. Reformater les appareils électroniques

Le système éducatif aux Caraïbes : un handicap pour les enfants ?

Alors que l'année scolaire commence dans bon nombre de territoires aux Caraïbes, Guyana-Gyal, une blogueuse s'exprimant en patois local, s'interroge sur la nouvelle orientation du système éducatif dans cette région du monde. Elle remet en question l'idée que solliciter davantage les enfants les rende plus intelligents, en s'appuyant sur des pratiques telles que : faire porter aux enfants des sacs à dos lourds plutôt que de leur demander d'apporter uniquement les livres dont ils auront besoin, la tendance populaire à leur donner des « cours du soir » et la plus grande quantité de devoirs à la maison.

Why aren't children allowed to play during school-term while they're studying? Why can they play only during the holidays? What kinda ignorant parents they breeding now […] They never hear that play is one of the most important ways to discover? To learn? To think? […]

And! Passing so many exams gon prove what? That they can sweat the books really well…and…what else? It gon make them more articulate, wiser, more creative, inventive, more thinking, more analytic? Really?

Pourquoi ne pas laisser les enfants jouer pendant l'année scolaire ? Pourquoi ne les laisser jouer que pendant les vacances ? Quelle sorte de parents font-ils maintenant […] Ne savent-ils pas que le jeu est essentiel pour la découverte ? l'apprentissage ? la réflexion ? […]  

Et réussir tous ces examens, cela va prouver quoi ? Que les enfants peuvent s'acharner à étudier …et après? Cela va les rendre plus éloquents, plus sages, plus créatifs, plus inventifs, plus réfléchis, plus aptes à l'analyse ? Vous croyez ?

 

Une nouvelle espèce d'araignées nommée d'après un écologiste disparu

Aposphragisma brunomanseri goblin spider. Photo from the Natural History Museum of Berne

Araignée Aposphragisma brunomanseri. Photo Natural History Museum, Berne

Des araignées d'une espèce inconnue, à Borneo, ont été découvertes par des chercheurs suisses et nommées d'après Bruno Manser, un écologiste  qui a disparu dans l'etat de Sarawak en Malaisie en 2000. Bruno Manser faisait campagne pour la protection de nomades, les Penan, et contre la destruction de la forêt primaire du Sarawak quand il a disparu. 

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site