19/12/2011

Billets de 19/12/2011

Lire la suite

Kazakhstan : L'état d'urgence déclaré après les troubles de Zhanaozen

Le Kazakhstan se préparait aux célébrations du 20ème anniversaire de son indépendance quand une grève-marathon - qui dure depuis sept mois - des employés licenciés par une filiale de la compagnie nationale du pétrole, dans l'ouest du pays, a explosé en violents affrontements avec les forces de d'ordre. Il semble que des provocateurs, pour l'instant non identifiés, aient joué un rôle dans ces troubles.

Lire la suite

Une solution extrême contre la pauvreté dans le monde: l'ouverture des frontières

Le 18 décembre a été l'occasion de célébrer la Journée Internationale des Migrants. En ces temps de crise économique mondiale, l'immigration est souvent pointée du doigt par divers partis politiques radicaux comme la source des problèmes d'emploi dans leurs pays respectifs. De nombreux experts postulent pourtant que l'extrême pauvreté n'est pourtant une fatalité. La solution la plus radicale pour réduire de manière drastique la pauvreté dans le monde serait pour beaucoup d'experts économiques d'ouvrir les frontières entre les pays et laisser les travailleurs emigrés librement là où le besoin en main d'oeuvre est le plus prégnant.

Lire la suite

Italie, Sénégal : Vives réactions après les meurtres de deux Sénégalais à Florence

Le 13 décembre, un grave fait de racisme et de folie meurtrière a couté la vie à 2 marchands ambulants sénégalais. Un chasseur, Gianluca Casseri, 50 ans, militant d’extrême droite, auteur de livres négationnistes de l’holocauste a ouvert le feu contre un groupe de sénégalais dans deux marchés de Florence. Ces évènements ont provoqué des réactions très contrastées sur les motifs qui ont poussé Casseri à tuer des personnes qu'il ne connaissait peut-être même pas. S'agit-il de racisme ou bien de folie? Abdoulaye Bah explique:

Lire la suite

Syrie : Razan Ghazzawi est LIBRE

La blogueuse syrienne Razan Ghazzawi a été libérée sous caution à Damas le dimanche 18 décembre, après avoir passé quinze jours en prison. Razan Ghazzawi, qui blogue sous son vrai nom depuis la Syrie, avait été arrêtée à la frontière en se rendant à une conférence à Amman en Jordanie.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site